Le Gothard comme outil de la diplomatie suisse

BilatéralesL’inauguration de la ligne de base intervient dans un contexte de relations tendues avec l’Europe. La présence de ses dirigeants peut être vue comme un signe d’apaisement.

VictoireLe plus long tunnel ferroviaire du monde sera inauguré demain mercredi en présence de plus de 1000 invités.

VictoireLe plus long tunnel ferroviaire du monde sera inauguré demain mercredi en présence de plus de 1000 invités. Image: FABRICE COFFRINI/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Nous y sommes presque. Demain, la Suisse inaugure en grande pompe le tunnel ferroviaire de base du Saint-Gothard. Un long chemin sépare ce 1er juin 2016 du pari ambitieux fait par l’Europe et la Suisse il y a plus de vingt ans: transférer le trafic de marchandises de la route au rail.

Les difficultés liées au «chantier du siècle» n’ont pas uniquement été techniques, mais également politiques. En mai 1992, la Suisse conclut avec la Communauté européenne un accord sur la politique européenne des transports, dont le projet des Nouvelles transversales ferroviaires alpines (NLFA) fait partie.

Quelques mois plus tard, les Suisses rejettent leur adhésion à l’Espace économique européen (EEE). Un refus qui a des conséquences sur le projet: fâchée, la Communauté européenne exige une renégociation de l’accord. Le projet est finalement sauvé en 2000, après d’intenses négociations, par l’adoption des accords bilatéraux. La promesse de la construction d’un couloir à travers la Suisse, via les NLFA, fait partie des arguments qui ont permis de conclure l’accord sur les transports.

Un moyen de pression?

Aujourd’hui, plus deux ans après l’acceptation de l’initiative «Contre l’immigration de masse», c’est une Suisse à nouveau en difficulté avec l’Europe qui inaugure l’un des nœuds du trafic nord-sud du continent. L’enjeu diplomatique de ces festivités est de taille, comme en témoigne la liste impressionnante des invités: les présidents et ministres de tous les pays limitrophes – François Hollande, Matteo Renzi, Angela Merkel, Christian Kern et Adrian Hasler (Liechtenstein) sont de la partie. Les ministres des Transports de France, d’Italie, d’Allemagne, d’Autriche, de Belgique, de Hollande, de Slovénie, du Liechtenstein, du Luxembourg, ainsi que la Commission européenne des transports, ont également répondu à l’appel.

Cliquez pour agrandir la carte.

Le conseiller national Laurent Wehrli (PLR/VD) voit dans cette inauguration l’opportunité d’apaiser les tensions causées par le vote du 9 février 2014. «En achevant cet ouvrage dans le respect des délais et du budget, nous avons une très belle occasion de montrer que la Suisse est un partenaire fiable, qui tient ses engagements», se réjouit-il.

Ce membre de la Commission fédérale de politique extérieure voit la présence des dirigeants européens comme un signe d’apaisement. «Je ne pense pas que François Hollande se déplace uniquement pour goûter le risotto tessinois. Le fait qu’autant de dirigeants se soient libérés pour l’occasion permet un peu d’optimisme pour la poursuite des négociations avec l’Europe.» Seule ombre au-dessus de ce tableau d’entente cordiale: la commissaire aux Transports de l’UE, Violeta Bulc, se retrouvera bien seule mercredi. Les trois plus hauts personnages de l’Union européenne (UE) – Donald Tusk, président du Conseil européen, Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, ainsi que le président du Parlement européen, Martin Schultz – ont décliné l’invitation de la Suisse pour des raisons d’agenda.

«L’événement n’a pas été planifié deux semaines à l’avance, regrette Laurent Wehrli. Très franchement, à mon sens, on peut interpréter ces «problèmes d’agenda» comme un rappel du chemin qu’il reste à parcourir pour trouver un terrain d’entente avec l’Europe.»

Pour son collègue de commission Yves Nidegger (UDC/GE) pourtant, l’inauguration du tunnel de base sera également l’occasion de mettre les points sur les «i». «Il me semble naturel que les dirigeants des pays qui vont profiter de cet ouvrage viennent applaudir la prouesse technique que la Suisse vient d’accomplir avec brio. Après, cela sera aussi l’occasion de rappeler la force de négociation suisse. L’accord sur les transports fait partie de ces Bilatérales auxquelles certains voudraient couper la tête. Si nous sommes capables d’ouvrir des passages, nous sommes également capables de les fermer.»

Le tunnel ferroviaire deviendra-t-il donc un moyen de pression dans les négociations avec l’Union européenne? «La Suisse est un partenaire-clé dans la politique des transports européens, avec qui il faut parler poliment», reformule Yves Nidegger.

Intérêt mondial

Qu’il devienne outil d’adoucissement ou de pression, le plus long tunnel ferroviaire du monde fait l’objet d’une attention qui dépasse les frontières et les relations diplomatiques de la Suisse avec le Vieux-Continent. Demain, outre les dirigeants européens, le Conseil fédéral, l’ensemble du parlement, des représentants des secteurs des transports, de l’économie ou encore du tourisme du pays et de l’étranger viennent s’ajouter à la liste des 1100 invités.

La cérémonie d’inauguration sera également retransmise en direct dans plusieurs villes; dans le Musée des transports de Bruxelles ainsi que dans les ambassades de Suisse à Berlin, à Rome, à Luxembourg, mais aussi en Inde ou en Arménie. L’événement sera relayé par des médias de toute la planète. Des journalistes du Koweït, de Russie, du Japon, de Chine, du Canada ou encore du Chili font partie de la liste des 300 journalistes accrédités. L’organe de représentation du pays à l’étranger, Présence Suisse, a également organisé, avec un budget de 48'000 francs, un voyage de presse pour une trentaine de journalistes internationaux.

Présence Suisse vantera la ligne de base au monde bien au-delà du 1er juin. Expositions, conférences, films, soirée à thème, voyages destinés aux délégations étrangères: le programme de communication internationale Gothard 2016 est long comme le bras. Avec un budget supplémentaire de 350'000 francs, Présence Suisse a lancé pas moins de 60 projets dans 35 pays (voir la carte ci-dessus), accompagné du slogan destiné à définir l’importance de la nouvelle ligne ferroviaire du Gothard: «Switzerland connects people and nations», la Suisse connecte les gens et les nations. (24 heures)

Créé: 31.05.2016, 07h01

L'essentiel

Inauguration Le tunnel du Saint-Gothard (57 km) est inauguré demain dans un contexte de tensions avec l’UE.

Communication Présence Suisse vantera la ligne ferroviaire dans 35 pays du monde.

«Nous montrons à l’Europe que nous participons à la construction de ses infrastructures»

Interview de Nicolas Bideau, directeur de Présence suisse



Présence Suisse a réservé 350'000 francs de son budget pour présenter la nouvelle ligne au reste du monde. Mais est-il vraiment intéressé?

Certainement. Pour le voyage de presse que nous organisons à l’intention des médias étrangers, nous avons dû refuser des inscriptions. De manière générale, nous avons œuvré à mettre en évidence l’importance de l’ouvrage au niveau international, que ce soit à travers des expositions ou des soirées à thème, comme celle qui aura lieu à Washington fin septembre. En Italie, nous avons également montré dans plusieurs Universités une étude qui montre les impacts concrets de l’ouverture de la ligne pour le nord du pays. J’aime bien aussi dérouler la pelote historique, notamment en rappelant l’importance des travailleurs étrangers qui ont participé à l’ouvrage.

Tous ces efforts ne visent pas uniquement à montrer que nous sommes les meilleurs en infrastructures ferroviaires?

Nous allons bien évidemment montrer que nous sommes les meilleurs (rires), mais ce n’est en effet pas l’unique intérêt. Avec les pays européens, la démarche relève également de la politique étrangère. Nous avons besoin de soigner notre image, notamment depuis la votation «Contre l’immigration de masse» et les discussions sur l’avenir de nos relations bilatérales. Avec le tunnel de base du Gothard, nous montrons que nous investissons aussi, et beaucoup, dans la construction des infrastructures européennes. La Suisse ne fait pas partie de l’UE, mais elle participe à son développement
de manière solidaire.

Quel est l’intérêt de tenter de séduire aussi les Asiatiques?

Il est ici plutôt touristique. Les peuples asiatiques sont très attachés au rail, à l’instar du Japon, de la Corée et,
petit à petit, de la Chine également. Nos infrastructures, combinées avec la nature et les paysages bucoliques, ont le potentiel de leur vendre du rêve.

Et les deux continents d’Amérique?

L’intérêt est plus économique. Le Chili, comme le Canada et les Etats-Unis, s’intéresse de près aux compétences de la Suisse en matière d’infrastructures ferroviaires et de génie civil. Le Chili a par exemple déjà manifesté son intérêt pour acheter le savoir suisse dans ce domaine.

Articles en relation

Ce que le Tessin attend du nouveau Gothard

Tunnel La nouvelle ligne ferroviaire représente un espoir pour le canton. A condition qu'il se donne les moyens de saisir ces nouvelles opportunités. Plus...

Ils sont parvenus à faire une brèche dans les Alpes!

Histoire d'ici Un projet d'un tunnel au Gothard avait été un brandon de discorde entre Alémaniques et Romands - 1872. Plus...

«L’homme, au Gothard, a toujours le dernier mot»

Récit Angel Sanchez est le seul photographe à avoir couvert l’intégralité des travaux du chantier du siècle. Il raconte Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...