Le Gripen, un rafistolage d'appareils existants

Avion de combatDans son projet de message, le Conseil fédéral présente une version moins rutilante qu'annoncée du nouvel avion de combat. Le Gripen ne sera en outre pas assemblé en Suisse. Et sa facture sera plus salée que prévu.

Selon le projet de message du Conseil fédéral, le Gripen Suisse ne sera pas un nouvel avion mais une évolution du modèle actuel et son coût par l'heure de vol sera de deux fois plus élevé que celui initialement avancé par le  constructeur Saab.

Selon le projet de message du Conseil fédéral, le Gripen Suisse ne sera pas un nouvel avion mais une évolution du modèle actuel et son coût par l'heure de vol sera de deux fois plus élevé que celui initialement avancé par le constructeur Saab. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le document n'est pas encore officiellement publié, mais la Basler Zeitung en rapporte la substance mercredi. Le projet de message du Conseil fédéral sur l'acquisition du Gripen recèle, selon le quotidien bâlois, son lot de surprises. La première étant que les Forces aériennes suisses se verront équipées d'un «développement des actuels Gripen A et C».

Jusqu'ici, il avait été pourtant dit que le «Gripen E/F» commandé par la Suisse était un modèle repensé de fond en comble, qui ne pouvait être comparé aux actuels «Gripen C/D». Dans son rapport, la sous-commission ad-hoc du Conseil national, présidée par l'UDC schaffhousois Thomas Hurter, écrit que le «Gripen E/F» n'est pas une mise à niveau du «Gripen C/D». De ce fait, le modèle retenu par la Suisse «doit être nouvellement développé».

Mise à niveau d'appareils existants

La réalité est autre. Dans son projet de message, le Conseil fédéral note que les avions seront «acquis et exploités avec les mêmes caractéristiques matérielles et informatiques» que le modèle engagé par l'armée de l'air suédoise.

Or, dans son projet de budget 2013, la Suède dit vouloir «développer et transformer» 40 à 60 «Gripen E», à condition que la Suisse ou un pays tiers en acquiert 20 exemplaires. Elle ajoute que, pour chaque nouvelle version «E», un ancien Gripen de type «C» sera utilisé, souligne la Basler Zeitung.

Dans sa dernière édition, le Matin Dimanche rapportait à ce sujet les propos du porte-parole du Ministère suédois de la Défense Johan Elmberg, selon qui les Suisses «auront des appareils entièrement neufs». Mais avec des caractéristiques équivalentes à celles des futurs avions de l'armée suédoise, comme décrit par le Conseil fédéral, ils seront de facto issus en partie des modèles et des technologies actuels.

Le risque financier sur la nouvelle version «E» s'en trouverait réduit, dans la mesure où le gouvernement suédois a, sur cette base, offert les appareils dans une version clairement définie et à un prix ferme.

Entièrement assemblés en Suède

Contrairement aux conditions fixées dans l'appel d'offre donné en 2007/2008 aux différents constructeurs, les nouveaux Gripen ne devraient pas être montés en Suisse. Dans son message, le Conseil fédéral relève qu'après évaluation, l'option d'un assemblage en Suisse est apparue comme économiquement non défendable et a été écartée.

En lieu et place, une équipe de collaborateurs de Ruag et des Forces aériennes sera envoyée sur place. Elle participera au montage des appareils en Suède et pourra ainsi acquérir le savoir-faire nécessaire.

220 millions de plus que prévu

Autre surprise, il apparaît aujourd'hui déjà que la facture sera supérieure au plafond de 3,126 milliards de francs annoncé par Ueli Maurer pour l'acquisition des 22 «Gripen E». A ce montant viennent s'ajouter 220 millions de francs pour la location sur cinq ans d'une flotte intermédiaire de 11 «Gripen C/D». Tout compris, la facture sera de 3,346 milliards.

Mais surtout, les coûts d'exploitation de l'appareil seront nettement supérieurs au 10'000 francs par heure de vol annoncés par le constructeur Saab au moment où l'appareil a été présenté. Dans le projet de message du Conseil fédéral, les coûts d'exploitation des 22 nouveaux appareils sont devisés à 102 millions de francs par année.

En prenant en compte des frais de personnel (24 millions de francs), de maintenance (51 millions) et de carburant (21 millions) mentionnés et des 180 heures de vols effectuées chaque année par un appareil, la Balser Zeitung en déduit que le coût d'exploitation horaire du «Gripen E» dépassera les 24'000 francs. (nxp)

Créé: 26.09.2012, 14h53

Galerie Photos

Rappel de la bataille pour ou contre le Gripen en images

Rappel de la bataille pour ou contre le Gripen en images Le Conseil fédéral a choisi le Gripen du Suédois Saab comme nouvel avion de combat pour remplacer les vieux Tiger. Mais leur achat est combattu par référendum. Les Suisses se prononceront le 18 mai 2014.

Articles en relation

Nouvelle offre de Dassault pour son Rafale

Concurrence au Gripen Le constructeur français persiste et signe. Il veut soumettre une nouvelle offre pour son Rafale et a envoyé à la mi-septembre une lettre en ce sens au Conseil fédéral. Plus...

Le contribuable suédois pourra se payer le Gripen

Avions de combat Les coûts relatifs à la nouvelle génération de l'avion de combat Gripen ne doivent pas inquiéter le contribuable suédois, a assuré le PDG du fabricant suédois Saab. Plus...

Faute d’argent, la Suède hésite à développer le Gripen

Avions de combat Le gouvernement suédois veut acquérir 40 à 60 Gripen, mais ne sait pas encore comment financer cet achat. Le soutien de la classe politique suédoise n'est plus unanime. Plus...

Le Gripen doit sauver Saab mais aussi Ruag Aviation

Avion de combat Ueli Maurer lui-même cite la «coopération stratégique» pour motiver le choix du Gripen comme nouvel avion de combat. La Suisse et la Suède viseraient en fait le même but: sauver leur industrie d’armement. Plus...

Une majorité de Suisses ne veut pas d’avions de combat

Armée Plus de 57% des Suisses estiment que le pays peut se passer de nouveaux avions de combats. Et 64,4% sont opposés à l'acquisition des avions suédois Gripen. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.