Le National prêt à réformer à nouveau l'AI

SuisseLa réforme de l'assurance invalidité comprend l'introduction d'un système de rentes linéaires pour tous, mettant fin au système par échelons.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'assurance invalidité (AI) doit améliorer les chances sur le marché du travail des jeunes et des personnes souffrant de maladie psychique. Le National s'est lancé mercredi dans une réforme d'optimisation à laquelle il risque d'ajouter des mesures d'économies jeudi.

Le projet s'inscrit dans une lignée d'autres visant à faciliter la réinsertion professionnelle des rentiers et ainsi réduire les coûts de l'assurance. L'AI ne devant plus avoir de dettes d'ici à 2031 selon les dernières prévisions, le gouvernement n'a pas inclus de grandes mesures d'économie dans sa copie, ce dont la gauche s'est réjouie.

La droite n'a pas renversé la vapeur mercredi, mais la Chambre du peuple n'a pas eu le temps de traiter plusieurs mesures d'austérités proposées par sa commission préparatoire. Elle examinera jeudi matin une réduction des rentes pour enfants et l'introduction d'un système de rentes linéaires à la place des quatre échelons de rente actuels.

En attendant, le National a soutenu des mesures visant à faciliter la réinsertion professionnelle des jeunes et des personnes atteints dans leur santé psychique. Pour favoriser la détection précoce, les mineurs pourront faire l'objet d'une communication auprès de l'AI dès 13 ans. Le signalement est aussi prévu pour les personnes menacées d'être en incapacité de travail.

Les jeunes en orientation ou formation professionnelle pourront de leur côté bénéficier de mesures médicales visant directement l'insertion dans la vie active jusqu'à l'âge de 25 ans. Le couperet tombe jusqu'ici à 20 ans. Les mesures de réinsertion professionnelle tout comme les conseils et suivis seront étendus dans le temps.

L'AI va réorienter les formations financées et baisser les indemnités journalières versées de manière à inciter les jeunes à trouver un travail. Les rentes seront réduites au salaire des apprentis, mais elles seront versées plus vite. Cela doit assurer une certaine égalité de traitement avec les jeunes apprentis pas à l'AI, a expliqué Philippe Nantermod (PLR/VS).

Maladies rares

L'AI devra également rembourser les frais médicaux de certaines maladies congénitales rares, même si l'efficacité des mesures médicales ne peut pas encore être démontrée scientifiquement. Le traitement d'autres maladies moins graves sera en revanche désormais pris en charge par l'assurance maladie.

La Chambre du peuple a refusé d'autoriser le Conseil fédéral à introduire une liste de mesures médicales non prises en charge. Dans le viseur du gouvernement, les frais d'ergothérapie et la physiothérapie. Mais cela pourrait aller plus loin, pas question de lui laisser les mains libres, a expliqué Maya Graf (Verts/BL).

Les coûts des mesures médicales de l'AI ont augmenté de plus de 90% depuis 2001, a rappelé le ministre des assurances sociales Alain Berset. Un meilleur encadrement des mesures médicales a été demandé par le Contrôle fédéral des finances, a-t-il ajouté. En vain.

Frais de voyage inchangés

Le National a par ailleurs refusé par 122 voix contre 53 de tailler dans le remboursement des frais de déplacements. Une minorité PLR/UDC voulait là aussi repêcher une mesure d'économie coulée par le Parlement avec une précédente réforme de l'assurance.

L'AI n'est de loin pas tirée d'affaire financièrement, a justifié Regine Sauter (PLR/ZH). Cela toucherait les familles ayant des enfants handicapés qui supportent déjà de lourdes charges, ont fustigé les partis de centre droit et la gauche. De plus, seuls 6 millions de francs pourraient être économisés. Il ne vaut pas la peine de détériorer la situation des familles.

Experts indépendants

La Chambre du peuple a encore inscrit dans la loi une obligation d'indépendance pour les experts. Le Conseil fédéral devra édicter des critères pour l'autorisation d?expertises médicales et instituer une commission réunissant tous les milieux concernés afin de surveiller de manière générale les expertises.

C'est de la surréglementation, a critiqué Thomas Weibel (PVL/ZH) au nom d'une minorité. La pratique actuelle a fait ses preuves et doit être maintenue, a-t-il ajouté. Le soutien du PBD, de l'UDC et d'une partie du PLR n'a pas suffi. (ats/nxp)

Créé: 06.03.2019, 13h08

Articles en relation

Hausse de 1,5% pour les rentiers de 2015

Suisse Les bénéficiaires depuis 2015 d'une rente de survivants et d'invalidité de la LPP recevront davantage l'an prochain. Plus...

Droit à l'AI révisé suite à des expertises irrégulières

Suisse La demande de révision d'une assurée fribourgoise pour l'assurance-invalidité a obtenu gain de cause devant le Tribunal fédéral. Plus...

L'AI pour les moins de 30 ans? Berne dit «oui»

Suisse Une commission du Conseil national estime que l'assurance invalidité ne devrait pas avoir un âge minimal. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.