Le PBD marche dans les pas de Christine Bussat

Elections fédérales Le parti dépose une interpellation sur la pornographie infantile, alors que l’égérie de la Marche Blanche s’apprête à être sa candidate

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’affaire semble entendue. Le Parti bourgeois-démocratique embrasse la cause de la pasionaria antipédophile et cette dernière défendra les couleurs du PBD aux prochaines élections fédérales. «Je pense être candidate, confirme Christine Bussat. Je suis motivée. J’ai passé treize ans à travailler directement avec le peuple, maintenant je souhaite le faire avec le monde politique.» Précisions d’usage: «Il y a encore des discussions internes.»

--> Edito: Inaudible, le PBD parie sur l'égérie de Marche Blanche

«C’est elle qui prendra la décision, mais j’espère qu’elle sera notre candidate, lance de son côté Martin Landolt, président du PBD. Christine Bussat est une personnalité en Suisse romande. Ce serait une bonne chose pour le parti.» Dès lors, l’issue de ces «discussions internes» laisse peu de doute.

Opportunité pour le PBD

Effectivement, l’opportunité est unique pour le petit parti du centre. La notoriété de la Vaudoise, victorieuse devant le peuple avec son initiative de la Marche Blanche, laisse entrevoir la possibilité de décrocher un siège dans la députation vaudoise à Berne lors des élections fédérales en 2015. D’autant plus que celui détenu actuellement par le PDC est plutôt branlant.

L’enjeu n’est pas mince. Aujourd’hui, le PBD ne compte que dix élus aux Chambres. Tous alémaniques. Avec la candidature de Christine Bussat aux prochaines Fédérales, le parti peut espérer s’implanter en Suisse romande. Et, du même coup, consolider sa position au niveau suisse.

Cependant, il y a une contrepartie. «Si je suis entrée dans un parti, c’est pour défendre le sujet qui m’est cher, prévient la fondatrice de la Marche Blanche. Ils le savent très bien au PBD.» D’ailleurs, le groupe au Conseil national lui donne aujourd’hui des garanties en déposant une interpellation sur les différences cantonales dans les procédures pénales contre la pornographie infantile. «C’est moi qui suis à l’origine de cette interpellation», indique Christine Bussat. «Oui, nous l’avons élaborée ensemble, précise Martin Landolt. Le PBD est aussi sensible à cette question. Nous avions défendu l’initiative pour que les personnes condamnées pour pédophilie ne puissent plus travailler avec des enfants.»

L’UDC ne l’a pas soutenue

L’UDC s’était également engagée pour l’initiative, mais Christine Bussat a préféré s’inscrire dans le parti dissident. «C’est faux, l’UDC n’a jamais fait campagne avec moi, corrige tout de suite la Vaudoise. Seuls Oskar Freysinger, Natalie Rickli et Gregor Rutz m’ont soutenue. Le parti, lui, n’a jamais rien fait.» Ce qui semble avoir été rédhibitoire dans les choix de Christine Bussat pour se lancer en politique. Elle enfonce le clou: «Avec l’UDC, je suis d’accord sur les idées mais je n’aime pas les méthodes. Avec le PBD, je ne suis pas d’accord sur tout mais je m’y sens bien.

--> La pornographie infantile dans le viseur du PBD (24 heures)

Créé: 12.12.2014, 09h56

Christine Bussat (Image: ALAIN ROUECHE)

Articles en relation

La pornographie infantile dans le viseur du PBD

Politique Le PBD dépose une interpellation sur la pornographie infantile pour que la justice suisse soit davantage réactive lors d'enquêtes internationales Plus...

Inaudible, le PBD parie sur l'égérie de Marche Blanche

Editorial En se portant candidate aux prochaines élections fédérales, Christine Bussat devrait apporter au PBD la notoriété dont le parti a tant besoin pour exister en Suisse romande. Commentaire Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...