Le Suisse arrêté au Maroc est un Genevois radicalisé

Meurtres de touristes scandinavesLe Suisse suspecté d'avoir participé au meurtre de deux touristes scandinaves est un individu bien connu de la police genevoise.

Un Suisse arrêté à Marrakech serait impliqué dans le meurtre de deux jeunes randonneuses scandinaves dans le sud du Maroc.

Un Suisse arrêté à Marrakech serait impliqué dans le meurtre de deux jeunes randonneuses scandinaves dans le sud du Maroc. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Suisse arrêté à Marrakech dans le cadre de l'enquête sur le meurtre de deux jeunes randonneuses scandinaves dans le sud du Maroc est un multirécidiviste ayant débuté sa carrière de délinquant à Genève. «L’individu est connu de la police genevoise pour des faits de droit commun commis entre 2007 et 2013», confirme la porte-parole de Fedpol Anne-Florence Débois. Infraction à la loi sur les stupéfiants, vol, cambriolage, dommages à la propriété, agression et violence conjugale: le casier judiciaire du Genevois est bien rempli.

Selon l'enquête du journal marocain "Le 360", le jeune homme décrit comme «imprégné de l'idéologie extrémiste», K.Z., dont l'identité nous a été confirmée par les autorités marocaines, est âgé de 25 ans, de père suisse et de mère espagnole. Selon nos recherches, il était auparavant un fervent supporter du Servette F.C. Son profil Facebook, qu'il alimentait autrefois de photos de fêtes dans des clubs entre amis, est inactif depuis 2013. Il se serait converti en 2011 à la Grande Mosquée de Genève.

«Suspecté de s’être radicalisé, l'individu a quitté la Suisse pour s’installer au Maroc en 2015», révèle Anne-Florence Débois. Fedpol précise encore que les autorités fédérales compétentes sont en contact étroit, entre elles et avec les autorités marocaines, espagnoles, danoises et norvégiennes. Elles se coordonnent afin de pouvoir offrir tout le soutien nécessaire à leurs partenaires à l’étranger.

K.Z. est «soupçonné d'avoir appris à certaines personnes interpellées dans cette affaire les outils de communication issus des nouvelles technologies et de les avoir entraînées au tir», a annoncé le Bureau central d'investigations judiciaires (BCIJ) dans un communiqué publié le 29 décembre. Une étudiante danoise de 24 ans, et son amie, une Norvégienne de 28 ans, ont été tuées dans la nuit du 16 au 17 décembre dans le sud du Maroc, où elles passaient des vacances. Leurs corps ont été découverts sur un site isolé du Haut-Atlas, dans un secteur prisé des amateurs de marche. Les deux victimes ont été décapitées.

Ambassadeur suisse de retour à Rabat

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a indiqué dimanche que la Suisse «prend l'affaire très au sérieux». L'ambassadeur de Suisse au Maroc a notamment interrompu ses vacances et est rentré à Rabat.

«La Suisse assure aux proches des victimes sa solidarité et sa profonde sympathie», poursuit le DFAE dans sa prise de position. «Elle fera tout ce qui est en son pouvoir pour contribuer à l'élucidation rapide de cette affaire.»

Déjà 18 arrestations

Les autorités marocaines ont déjà arrêté 18 personnes pour leurs liens présumés avec ce double homicide qualifié de «terroriste» par Rabat.

Les quatre principaux auteurs présumés, interpellés à Marrakech les jours suivant le double meurtre, appartenaient à une cellule inspirée par l'idéologie du groupe Etat islamique (EI) mais «sans contact» avec ses cadres en Syrie ou en Irak, avait déclaré lundi à l'AFP le chef de l'antiterrorisme marocain Abdelhak Khiam.

L'un d'eux, un marchand ambulant de 25 ans, est soupçonné par les enquêteurs d'être le chef de cette «cellule terroriste». C'est lui que l'on voit parler dans une vidéo tournée une semaine avant le meurtre, dans laquelle les quatre principaux suspects prêtent allégeance à Abou Bakr al-Baghdadi, le chef de l'EI. (24 heures)

Créé: 31.12.2018, 10h04

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.