Le chanvre médical bientôt plus accessible

SuisseLe Conseil national s'est penché mercredi sur la prescription de cannabis légal pour la santé de certains patients.

Le cannabis légal est actuellement utilisé par 3500 habitants.

Le cannabis légal est actuellement utilisé par 3500 habitants. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les patients, atteints de maladies chroniques, devraient pouvoir se procurer plus facilement du cannabis médical. Le National a soutenu mercredi les plans du Conseil fédéral.

La chambre du peuple a tacitement adopté une motion de sa commission de la santé chargeant le gouvernement de modifier les bases légales pour permettre aux médecins de prescrire du cannabis légal aux malades chroniques. Le Conseil des Etats doit encore se prononcer.

Meilleure qualité de vie

Actuellement, 3500 habitants sont traités grâce à du cannabis légal. Le chanvre améliore la qualité de vie des malades. Il peut stimuler l'appétit, soulager les douleurs ou encore faire passer les crampes ou la nausée.

Or, il est difficile, voire impossible, de se le procurer en Suisse, contrairement aux pays voisins. Les patients doivent faire face à des coûts élevés et des obstacles bureaucratiques. Les médecins doivent notamment prouver qu'aucune autre thérapie n'a été concluante.

Le texte adopté par le National rejoint les plans du gouvernement. En juillet, il avait chargé le ministre de la santé Alain Berset de faciliter l'accès au cannabis médical pour soulager les douleurs des patients. Le conseiller fédéral avait également indiqué vouloir examiner la question d'un remboursement par l'assurance maladie.

Etudes scientifiques autorisées

Des études scientifiques, limitées dans le temps, sur la consommation de cannabis doivent être autorisées. Le Conseil national a adopté mercredi, par 98 voix contre 92 et 2 abstentions, quatre motions en ce sens. La Chambre des cantons doit encore se prononcer.

La Chambre du peuple retourne ainsi sa veste. En juin, elle avait enterré une motion similaire du conseiller aux Etats Roberto Zanetti (PS/SO).

Comme pour la proposition du Soleurois, les motions adoptées mercredi font suite au «niet» fédéral en novembre dernier à une étude scientifique de l'Université de Berne sur les effets de la régularisation de la vente de cannabis sur les consommateurs et sur le trafic de stupéfiants à Berne.

D'autres villes comme Genève, Zurich, Bâle ou Bienne avaient manifesté leur intérêt pour cette expérience. Les participants se seraient procuré le cannabis dans les pharmacies. Motif avancé par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP): la loi actuelle ne permet pas une consommation à des fins non médicales.

Atteindre les jeunes

«Il est indispensable de trouver de nouvelles solutions» pour mieux appréhender la future politique en matière de cannabis et les études permettent justement d'atteindre cet objectif, a expliqué Regine Sauter (PLR/ZH), au nom des quatre motionnaires. Angelo Barrile (PS/ZH), Regula Rytz (Verts/BE) et Kathrin Bertschy (Vert'libéral/BE) avaient déposé le même texte.

Les essais pilotes permettent de rendre les discussions sur le cannabis plus objectives et de faire émerger une solution fondée sur les faits, ont encore détaillé les motionnaires. Verena Herzog (UDC/TG) a tenté en vain de mettre en avant les effets néfastes du cannabis pour la santé, notamment celle des jeunes, afin de contrer les textes.

«La loi actuelle ne protège pas les jeunes. Tant que le cannabis reste prohibé et la recherche interdite, nous aurons de la peine à atteindre les jeunes à consommation problématique», lui a répondu le ministre de la santé, Alain Berset, qui a soutenu les motions.

Le conseiller fédéral a par ailleurs souligné que des conditions claires devront être définies pour l'élaboration de ces études. «Il ne s'agit pas de légaliser le cannabis, mais d'autoriser la recherche», a précisé Alain Berset. La consommation récréative de cannabis resterait interdite.

Projet en consultation

Le Conseil fédéral a déjà mis en consultation un projet d'essais pilotes de distribution de cannabis. Seules les personnes pouvant prouver qu'elles consomment déjà du cannabis seront autorisées à participer. Plus de 200'000 personnes en consomment régulièrement à des fins récréatives en Suisse.

Les participants devront être domiciliés sur place et être volontaires. Les mineurs et les femmes enceintes ou allaitantes seront exclus. La taille du groupe ne devra pas dépasser 5000 participants.

Les essais pilotes seront limités géographiquement à une commune ou un regroupement de communes. Ils ne devront pas durer plus de cinq ans et pourront être prolongés sur demande de deux ans. L'OFSP a de son côté annoncé qu'il étudiait comment compléter la loi actuelle. (ats/nxp)

Créé: 19.09.2018, 09h53

Articles en relation

Un cultivateur de chanvre obtient gain de cause

Canton de Berne Le Tribunal fédéral a admis le recours d'un plaignant, dont la production de chanvre dépassait nettement les normes admises en THC. Plus...

La police est déboussolée par le cannabis légal

Suisse Avec moins de 1% de THC, le chanvre en vente est impossible à distinguer de l'herbe «classique». Les gendarmes veulent un test affiné et rapide. Plus...

Cannabis à des fins scientifiques: c'est non

Suisse Le Conseil national s'est prononcé lundi contre la remise de cannabis à des fins scientifiques. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...