Le coup de frein à la dépénalisation du cannabis fait tousser les experts

CannabisL'Université de Berne se voit interdire de mener une étude sur la consommation contrôlée. Tollé dans les milieux de la prévention.

Du matériel de prévention chez Addiction Suisse, à Lausanne. Les spécialistes des dépendances aux drogues aimeraient pouvoir analyser les effets d'une vente régulée de cannabis sur les consommateurs.

Du matériel de prévention chez Addiction Suisse, à Lausanne. Les spécialistes des dépendances aux drogues aimeraient pouvoir analyser les effets d'une vente régulée de cannabis sur les consommateurs. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Pas question d’analyser les effets d’une vente régulée de cannabis sur les consommateurs et sur le marché illégal. L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a opposé son veto à l’Université de Berne, qui souhaitait mener une telle étude en ville de Berne. La Commission cantonale d’éthique et de la recherche avait pourtant donné son accord, tout comme le Fonds national suisse, désireux de financer le projet à hauteur de 720 000 francs.

Dans les milieux concernés, c’est la consternation. Au nom de la Fédération des professionnels des addictions, Jean-Félix Savary fustige «une décision catastrophique». Il craint que les autres projets pilotes lancés en Suisse dans ce domaine – notamment à Genève, à Bâle et à Zurich – passent eux aussi à la trappe. «C’est une offense au fédéralisme et à l’intelligence des acteurs locaux», s’emporte-t-il. Sandro Cattacin, professeur de sociologie à l’Université de Genève, parle quant à lui d’un «autogoal idiot».

Argument juridique

Pourquoi ce refus de l’Administration fédérale? L’OFSP brandit un argument juridique: la législation actuelle ne permet pas la consommation de cannabis pour des raisons autres que médicales. Or la requête des chercheurs de l’Université de Berne supposait une telle dérogation. Il s’agissait de constituer deux groupes de fumeurs réguliers, âgés de plus de 18 ans et habitant la ville de Berne. Ces volontaires auraient eu la possibilité d’acheter du cannabis en pharmacie, à des fins récréatives, et auraient bénéficié d’un suivi médical. «La loi sur les stupéfiants n’autorise pas ce genre d’expérience, c’est vrai, admet Sandro Cattacin, Mais il aurait été souhaitable d’en faire une lecture moins légaliste.» Aux yeux de Jean-Félix Savary, c’est surtout la conséquence d’un manque d’implication du Conseil fédéral: «Depuis une dizaine d’années, il s’est retiré de la politique des drogues». L’OFSP reconnaît que «du point de vue de la politique de la santé», l’intérêt existe pour une analyse scientifique «de nouvelles formes de réglementation». Il conviendrait donc de compléter la loi dans ce sens, estime-t-il.

«Corrections possibles»

Les autorités de la ville de Berne n’ont cependant pas l’intention d’attendre que la machine législative se mette en branle. L’écologiste Franziska Teuscher, directrice des Affaires sociales, veut examiner tous les moyens politiques et juridiques pour contrer la décision de l’OFSP. L’Université de Berne dispose d’ailleurs de trente jours pour faire recours.

Sandro Cattacin, actif au sein du groupe de travail réunissant les villes suisses engagées dans ces démarches, tente de positiver. «Je pense que des corrections sont possibles pour que les expériences envisagées soient autorisées. Mais le climat va sans doute changer. On va repartir dans le conflit entre les tenants d’une libéralisation et ceux d’une interdiction stricte. C’est très dommage, car ce que nous voulons tous, c’est une solution pragmatique aux problèmes qui se posent, comme le deal de rue.» La population semble partager cet avis: selon un sondage réalisé l’été dernier, deux citoyens sur trois soutiennent le principe d’une dépénalisation contrôlée du cannabis, avec réglementation du marché. (24 heures)

Créé: 15.11.2017, 11h36

Articles en relation

La Suisse va exporter du cannabis en France

Commerce La variété légale en Suisse rencontre un tel succès qu’une société genevoise vise désormais la France, la Belgique et l’Italie. Plus...

La production de cannabis légal s'envole

Suisse Quelque 250 producteurs se sont déjà déclarés auprès des douanes, avec de fortes variations selon les cantons. Plus...

Cannabis: les recherches pas limitées à la science

Suisse Une initiative UDC réclamait que les recherches sur les drogues soient réduites au domaine de la médecine. Le National a refusé. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Macron et la France bloquée. Paru le 21 avril 2018.
(Image: Valott) Plus...