Le patron d'Adecco veut «moins de courbettes»

Suisse-UELe patron d'Adecco critique vertement la politique helvète vis-à-vis de l'Union Européenne.

Rolf Dörig, patron d'Adecco et de Swiss Life 'exprime lundi dans le journal zurichois <i>Blick</i>. (Image d'archive)

Rolf Dörig, patron d'Adecco et de Swiss Life 'exprime lundi dans le journal zurichois Blick. (Image d'archive) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le président d'Adecco et de Swiss Life, Rolf Dörig, critique vivement la politique européenne du Conseil fédéral, lundi dans le Blick. Il exige du gouvernement «plus de volonté de combattre et moins de courbettes». Il n'y a aucune urgence à négocier, clame-t-il.

«Il est dans l'intérêt de l'Union européenne (UE) que l'Europe économique, y compris la Suisse, soit forte, sinon l'Europe sera écrasée entre la Chine et les Etats-Unis», explique M. Dörig dans un entretien accordé au journal zurichois.

Le président du conseil d'administration de la plus grande agence de recrutement de travailleurs au monde, Adecco, et du plus grand assureur de Suisse, Swiss Life, souhaite une «stratégie claire» et «une action concertée» dans les négociations entre la Suisse et l'UE sur un accord institutionnel. Selon lui, la Suisse a beaucoup à offrir, «mais nous nous comportons partout comme des quémandeurs ou même comme des exécutants».

«Cacophonie indescriptible»

Il constate que la Suisse est bloquée et se déchire. «La cacophonie indescriptible» doit cesser, tonne-t-il. Chaque jour, de nouvelles idées sont présentées dans les médias. Le gouvernement, poursuit-il, doit parler d'une seule voix et présenter une stratégie claire. M. Dörig préconise un temps d'arrêt, car il n'y a pas de hâte. L'UE et la Suisse doivent d'abord faire leurs devoirs, ajoute-t-il.

D'après lui, les assurances n'ont pas besoin d'un accord sur les services financiers. Les banques privées, oui, concède-t-il, mais pas les grandes banques. La Suisse ne doit pas tout accepter pour l'accès au marché européen, répète-t-il. Le Zurichois de 60 ans reconnaît toutefois l'importance des accords bilatéraux. (ats/nxp)

Créé: 29.01.2018, 05h28

Articles en relation

Trump juge l'Europe «très injuste»

Commerce Le président américain estime que les Etats-Unis ont du mal à écouler leur production en Europe, mais que l'inverse est fausse. Plus...

«Conclure un accord avec l'UE avant le Brexit»

Ignazio Cassis au WEF A Davos, Ignazio Cassis a fait savoir qu'une volonté de conclure un accord, entre la Suisse et l'Europe, était perceptible des deux côtés. Plus...

Macron déclare tout son soutien à Merkel

France - Allemagne Le président français a martelé vendredi à l'Elysée en présence de la chancelière que la France aurait «besoin» de l'Allemagne pour réformer l'Europe. Plus...

Alain Berset rappelle à l'ordre ses collègues

Accord avec l'UE Face aux déclarations contradictoires de conseillers fédéraux au sujet de l'UE, Alain Berset fait une mise au point dans la presse. Plus...

Maurer: pas d'accord-cadre avec l'UE bientôt

Suisse Le ministre des finances Ueli Maurer estime qu'un accord-cadre entre la Suisse et l'UE n'est pas possible prochainement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.