Les Vaudois pratiquent souvent le Conseil fédéral

Succession BurkhalterLes statistiques le montrent: la Suisse romande est surreprésentée au Conseil fédéral et particulièrement les Vaudois. Les femmes et les moins de 40 ans pédalent.

Le Conseil fédéral de 1991: Kaspar Villiger, Arnold Koller, Jean-Pascal Delamuraz, Flavio Cotti, Otto Stich, Adolf Ogi et Rene Felber (de droite à gauche).

Le Conseil fédéral de 1991: Kaspar Villiger, Arnold Koller, Jean-Pascal Delamuraz, Flavio Cotti, Otto Stich, Adolf Ogi et Rene Felber (de droite à gauche). Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Vaut-il mieux être un Tessinois, une femme ou plutôt un trentenaire pour accéder au Conseil fédéral? Les candidats à la succession Burkhalter ont tous une minorité à défendre: c'est le critère régional pour le Tessinois Ignacio Cassis, le critère du genre pour la Vaudoise Isabelle Moret ou encore celui de l'âge pour Pierre Maudet (GE), qui a 39 ans.

Depuis 1848, 116 conseillers ont occupé les 7 sièges fédéraux. Selon quelle répartition? Principalement en fonction de leur parti (avec la fameuse formule magique, entre 1959 et 2003), mais aussi selon la région, la langue et bien sûr le sexe. S'il n'y a pas de règle mathématique précise, la Constitution prévoit simplement que les régions linguistiques et géographiques doivent être représentées de manière appropriée (lien).

Dans les faits, il y a toujours eu un Romand au Conseil fédéral, et désormais on en compte plutôt deux ou trois. C'est même une tradition que de donner plus de poids aux minorités linguistiques, par esprit démocratique. La Romandie est donc surreprésentée actuellement avec trois conseillers fédéraux (Alain Berset, Didier Burkhalter et Guy Parmelin) sur sept, soit 42,8% du Conseil fédéral, alors que la population romande représente moins d'un quart des Suisses (23,92%). Une tendance qui se confirme dans la durée, puisque la Suisse francophone a fourni à Berne un tiers de tous les conseillers fédéraux (36 sur 116).

La Suisse italienne, elle, est restée dans l'ombre. Elle a apporté 7 conseillers fédéraux sur 116, soit 6%, et sa population n'est que de 4%. Le dernier italophone au Conseiller fédéral a été Flavio Cotti (1987-1999). Cela fait ainsi dix-huit ans qu'un Tessinois n'a pas siégé au Conseil fédéral. En ce qui concerne le romanche, que l'on entend principalement aux Grisons, trois conseillers fédéraux l'ont parlé mais seul l'un d'entre eux, Felix Calonder (1913-1929), est considéré comme représentant officiel des romanches par les statistiques fédérales.


Vaud surreprésenté?

La Constitution de 1848 prévoyait que chaque canton ne fournisse qu'un seul conseiller fédéral à la fois, afin que les grands cantons ne soient pas surreprésentés. Cette restriction est tombée après la réforme de la Constitution de 1999 et, depuis cette date, les cantons de Zurich et de Berne ont été représentés par deux personnes, comme actuellement avec les deux Bernois Simonetta Sommaruga et Johann Schneider-Ammann.

Cinq cantons n'ont toujours pas eu de conseillers fédéraux: le Jura (qui n'existe que depuis 1979), Nidwald, Schaffhouse, Schwytz et Uri (dont la population ne dépasse pas 2% de la population totale).

Le canton de Vaud, troisième canton en terme de population (520'906 Vaudois à fin 2016) après Zurich et Berne, pourrait-il lui aussi obtenir deux représentants au Conseil fédéral? Il ne manque en tout cas pas d'appétit. Les Vaudois représentent 8,25% des Suisses mais ont fourni pas moins de 13% des conseillers fédéraux, ce qui en fait le canton le mieux représenté au Conseil fédéral depuis 1848, juste après Neuchâtel (2,1% de la population et 7,76% de conseillers fédéraux).

A noter que les Vaudois représentaient déjà 8.34% de la population suisse en 1850, et que cette proportion est restée stable jusqu'à nos jours (source).

De son côté, le canton de Genève n'est pas défavorisé, avec 4,31% des conseillers fédéraux depuis 1848, alors que les Genevois représentent 4,63% de la population suisse (chiffres 2016).


7 femmes au pouvoir

Depuis 1971, année où l'on accorda le droit de vote et d'éligibilité aux femmes dans la plupart des communes de Suisse, on dénombre sept conseillères fédérales. La première fut élue treize ans plus tard, en 1984: Elisabeth Kropp. Elles sont aujourd'hui deux (Simonetta Sommaruga et Doris Leuthard) à représenter les 4,2 millions de Suissesses (soit 50,49% de la population suisse). La majorité est passée du côté féminin une seule fois, lorsque Simonetta Sommaruga a été élue en 2010, rejoignant Micheline Calmy-Rey, Doris Leuthard et Eveline Widmer-Schlumpf. Elle est repassée du côté masculin en 2011, avec le départ de Micheline Calmy-Rey et l'élection d'Alain Berset.


Les moins de 40 ans sous-représentés

Depuis 1848, seuls 11 conseillers fédéraux ont été élus avant l'âge de 40 ans. Les derniers en date étaient Alain Berset, qui avait 39 ans à son élection en 2011, et Ruth Metzler qui avait 35 ans lors de son élection en 1999. Alors que la moitié de la population suisse est âgée de moins de 40 ans (46,81%), l'âge moyen des conseillers fédéraux et de 50,87 ans.


Expérience cantonale ou fédérale

Faut-il être passé par les Chambres fédérales pour accéder au Conseil fédéral? C'est ce que montrent les statistiques depuis 1848: 89% des conseillers fédéraux ont siégé auparavant au Conseil des Etats (38) ou au Conseil national (66). Dix autres provenaient du Conseil d'Etat de leur canton, dont trois femmes: Ruth Metzler, Micheline Calmy-Rey et Eveline Widmer-Schlumpf. Deux conseillers ne provenaient d'aucun Conseil, l'Argovien Hans Schaffner (1961) et Ruth Dreifuss (1993). Le dernier homme a avoir accédé au Conseil fédéral sans passer par les Chambres était le Zurichois Ernst Brugger, en 1969.

Le passage par les Chambres est toujours de mise aujourd'hui. Depuis 2003, 5 Conseillers fédéraux venaient du Conseil des Etats, 8 du National et 2 d'un exécutif cantonal. On trouve la même répartition parmi les 18 candidats ayant échoué depuis 2003.

Sources: Chancellerie fédérale, Office fédéral de la statistique, www.parlament.ch, Dictionnaire historique de la Suisse (24 heures)

Créé: 10.08.2017, 16h03

Galerie photo

Les Conseillers fédéraux Vaudois depuis 1848

Les Conseillers fédéraux Vaudois depuis 1848 Guy Parmelin devient le quinzième Vaudois élu au Conseil fédéral. Tour d'horizon chronologique de ses prédécesseurs.

Articles en relation

La candidate Isabelle Moret fait l’unanimité au PLR Vaud

Election Après le Tessinois Ignazio Cassis et le Genevois Pierre Maudet, l’avocate de Yens-sur-Morges est aussi sur les rangs pour succéder à Didier Burkhalter. Plus...

Pierre Maudet fait son autoportrait en ministre pragmatique

Course au Conseil fédéral Adoubé par sa section cantonale, le Genevois liste ses propositions et expose sa vision. Plus...

Sur Google, Isabelle Moret double Pierre Maudet

Succession de Burkhalter Les Suisses ont googelisé les noms des candidats dès leur entrée en lice. La Vaudoise intrigue plus que le Genevois. Plus...

Les médias alémaniques plombent les Romands

Succession au Conseil fédéral Moret, de Quattro ou Maudet n’auraient quasi aucune chance face à Cassis pour la succession. Des élus fédéraux de tout bord estiment en revanche que les jeux sont loin d’être faits. Plus...

Les louvoiements de Moret sur ses liens d’intérêts

Conseil fédéral La conseillère nationale Isabelle Moret peine à assumer son changement de position sur les mandats lucratifs. Analyse. Plus...

Galerie photo

Le Conseil fédéral, les photos officielles

Le Conseil fédéral, les photos officielles Quelle mise en scène? Sourire ou non? Que nous disent les photos officielles du Conseil fédéral? Regard sur plus de 20 ans d'un exercice périlleux.

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

La drague au parlement fédéral (paru le 16 décembre 2017)
(Image: Valott) Plus...