Les appels se multiplient en faveur de l’«Aquarius»

MigrantsDouze ONG insistent auprès du Conseil fédéral pour que le navire humanitaire puisse battre pavillon suisse.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Accorder le pavillon suisse à l’Aquarius n’est pas seulement un geste d’humanité. Il s’agit également de marquer l’opposition de la Suisse à une forme inquiétante de criminalisation des organisations humanitaires, dans le but de les empêcher d’accomplir leur mission auprès des populations.» Ainsi s’expriment douze ONG dans une lettre ouverte adressée jeudi au Conseil fédéral. Parmi lesquelles Amnesty International (section suisse), Caritas, EPER (Entraide protestante suisse), Médecins du monde, l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés et Terre des hommes.

Cet appel s’ajoute à la pétition remise mardi dernier à la Chancellerie fédérale, munie de plus de 25 000 signatures. Mais aussi au récent plaidoyer de nombreuses personnalités, dont l’ancienne conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey, le Prix Nobel de chimie Jacques Dubochet, l’évêque Charles Morerod et l’ex-procureure Carla Del Ponte.

Le navire de secours en mer Aquarius, affrété par l’association SOS Méditerranée, est bloqué depuis plus d’une semaine au port de Marseille, le Panama ayant décidé de lui retirer son pavillon. «Le plus vite une solution sera trouvée, le plus vite nous pourrons repartir en mer pour sauver des gens», confie Caroline Abu Sa’da, directrice de SOS Méditerranée Suisse. Les seules autres pistes dont le bateau dispose aujourd’hui proviennent du Luxembourg, du Portugal et du Venezuela, où ont été émises des intentions semblables à celles qui se manifestent en Suisse.

Caroline Abu Sa’da espère aujourd’hui une «décision politique» de la part du Conseil fédéral. Celui-ci peut en effet faire usage d’une clause d’exception prévue dans la loi fédérale sur la navigation maritime. Elle l’autorise à inclure un bâtiment dans le registre des navires suisses, pour autant que celui-ci soit exploité à des fins humanitaires, mais aussi à condition que la société propriétaire soit domiciliée en Suisse.

Or, dans le cas de l’Aquarius, il s’agit d’un petit armateur allemand, Jasmund Shipping. Son patron, interviewé cette semaine par «Le Temps», évoquait des coûts trop élevés pour concrétiser une telle démarche. La directrice de SOS Méditerranée Suisse, elle, n’y voit pas un obstacle insurmontable. «Si nous obtenons une décision de principe de la part du Conseil fédéral, nous pourrons agir au niveau administratif.»

Qu’en dit-on à Berne? Quatre parlementaires ont interpellé le Conseil fédéral fin septembre, pour lui suggérer de faire ce geste en faveur de l’Aquarius. «Il leur répondra en temps utile, indique un porte-parole du Département fédéral des affaires étrangères. Nous ne fournissons aucune information préalable.» (24 heures)

Créé: 12.10.2018, 18h26

Articles en relation

Aquarius: pétition déposée à Berne

Crise migratoire Une pétition de 25'000 signatures, déposée à la Chancellerie fédérale, demande l'obtention d'un pavillon suisse pour le navire humanitaire. Plus...

«Il faut sauver l'«Aquarius»

Crise migratoire L'ONG SOS Méditerranée a lancé un appel pour que le navire humanitaire puisse continuer à sauver des vies au large des côtes libyennes. Plus...

«Nous avons fait face aux gardes-côtes libyens»

Migration Bientôt sans pavillon, l’«Aquarius» cherche à débarquer les 58 migrants recueillis. À bord, la Vaudoise Kiri Santer témoigne Plus...

«Pourvu que l’«Aquarius» fasse enfin bouger l’Europe!»

Immigration Le bateau affrété par l’ONG SOS Méditerranée est arrivé à Valence au terme d’un périple de huit jours. Reportage. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.