Les entreprises favorables à un accord-cadre

SuisseLes milieux économiques recherchent principalement un accès non discriminatoire au marché intérieur de l’Union Européenne.

Monika Rühl, présidente de la direction d’economiesuisse, ne veut pas entendre parler d'une résiliation de l’accord sur la libre circulation des personnes.

Monika Rühl, présidente de la direction d’economiesuisse, ne veut pas entendre parler d'une résiliation de l’accord sur la libre circulation des personnes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Trois entreprises sur quatre disent «oui» à un accord-cadre avec l'Union européenne (UE), révèle une étude de gfs.bern. Cette enquête a été menée auprès d?un millier d?entreprises environ, sur mandat d?economiesuisse et de l?Alliance Economie-Politique (EP).

«Pour les entreprises, l?intérêt des accords bilatéraux réside principalement dans l?accès non discriminatoire au marché intérieur de l'UE», a déclaré lundi Monika Rühl, présidente de la direction d'economiesuisse, selon la version écrite de son discours. Les milieux économiques suisses saluent également la position du Conseil fédéral dans les négociations. Et plus l'entreprise est grande, plus son soutien est fort.

Aux yeux de la majorité des milieux économiques, tant la résiliation de l'accord sur la libre circulation des personnes que la disparition des accords bilatéraux I avec l'UE ainsi qu'un gel de la situation en l'état actuel ne sont pas des options.

L'image des accords bilatéraux est encore plus positive au sein des milieux économiques suisses que parmi la population. Et près de 80% des entreprises environ espèrent un développement de ces accords.

Le marché intérieur de l'UE reste le principal débouché pour les produits suisses. Il compte plus de 500 millions de consommateurs potentiels. Pour accéder à ce marché si possible sans entraves, la Suisse a négocié quelque 120 accords avec l'UE.

Protéger l'espace économique suisse

La sécurité juridique dans les relations avec l'UE est cruciale pour les entreprises suisses. Selon elles, renoncer à développer les accords bilatéraux avec l'UE menacerait la Suisse en tant qu'espace économique.

Rien d'étonnant pour Simon Michel, CEO d'Ypsomed et représentant d'Alliance EP: «Une grande partie des entreprises suisses ont besoin des exportations et de bonnes relations commerciales avec l'UE. Les nombreux accords bilatéraux constituent la base des échanges. Parce que nous n?avons pas d'accord-cadre, nous ne pouvons pas les développer ni les compléter depuis des années. C'est dangereux.»

Majorités moins claires

Sur d'autres thèmes majeurs, les majorités sont moins claires. Ainsi 53% des sondés rejettent l'initiative de l'UDC sur l'autodétermination (juges étrangers) et ils sont 52% à se prononcer en faveur du «milliard de cohésion» suisse à l'UE.

Enfin, concernant le référendum touchant au durcissement de la loi sur les armes dans l?espace Schengen, il serait disproportionné de mettre en jeu l'accord de Schengen en raison d'un durcissement tout compte fait minime, souligne Monika Rühl. (ats/nxp)

Créé: 02.07.2018, 13h44

Articles en relation

Cassis prêt à faire des concessions à Bruxelles

Libre circulation Dans les négociations sur l'accord-cadre avec l'UE, le chef de la diplomatie n'exclut pas de rediscuter les mesures d'accompagnement. Plus...

La Suisse est dans «une impasse bilatérale»

UnionEuropéenne Invité samedi aux entretiens de Verbier (VS), l'ambassadeur suisse estime que «les accords actuels avec l'UE s'érodent». Plus...

Le PDC dépeint une adoption du droit de l'UE

Accord cadre Le PDC propose une forme de reprise automatique du droit de l'UE, avec des exceptions via des referendums. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 24 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...