Les noms d'employés ne seront pas transmis

Justice - échange de donnéesLe Tribunal fédéral a refusé de transmettre aux Etats-Unis des noms d'employés de banque dans le cadre de l'assistance administrative.

Le Tribunal fédéral.

Le Tribunal fédéral. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Tribunal fédéral refuse la transmission aux Etats-Unis des noms d'employés de banque et autres tiers dans le cadre de l'assistance administrative. Il estime que ces données ne sont pas pertinentes pour élucider la situation fiscale du contribuable.

Dans un arrêt publié mercredi, le Tribunal fédéral confirme la décision du Tribunal administratif fédéral (TAF) de ne pas transmettre aux Etats-Unis les noms d'employés de banque, d'avocats et de notaires. Dans le cadre d'une assistance administrative, un expatrié d'origine américaine s'était opposé à la transmission par l'Administration fédérale des contributions (AFC) de ses données obtenues auprès de sa banque.

Cette dernière participait en effet au programme de régularisation lancé par les autorités américaines à l'intention des établissements susceptibles d'avoir fraudé le fisc.

Comme l'instance précédente, le Tribunal fédéral a estimé que, en présence d'une présomption de fraude fiscale, il importait de déterminer concrètement l'ampleur de la documentation à transmettre. Selon la convention de double imposition Suisse-USA, l'autorité doit se demander si les documents requis concernent bien les faits décrits dans la requête d'entraide. Elle doit s'abstenir de transmettre des documents dénués d'importance, en particulier pour protéger les personnes réellement étrangères à l'infraction.

Partant, la transmission des noms de tiers n'est admise que si elle est pertinente par rapport au but visé par l'Etat requérant et que leur caviardage rendrait vide de sens la demande d'assistance. Dans le cas d'espèce, les juges de Mon Repos soulignent que l'AFC n'a pas étayé l'affirmation selon laquelle ces informations seraient indispensables pour établir la situation financière et fiscale du contribuable.

Le TF reconnaît que le rôle des tiers dans la commission de l'infraction - par exemple comme complices ou instigateurs - peut jouer un rôle sur l'amende fiscale qui sera prononcée aux Etats-Unis. Cependant, leur identité n'est pas nécessaire pour prouver une telle intervention. Enfin, le tribunal rappelle que la convention de double imposition prévoit uniquement une assistance administrative et non une entraide pénale qui viserait d'éventuelles poursuites contre ces tiers. (arrêt 2C_640/2016) (ats/nxp)

Créé: 03.01.2018, 13h39

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...