Libre-échange: pas une priorité pour les Etats-Unis

SuisseJohann Schneider-Ammann voulait partir sur un grand coup à la veille de l'élection à Berne de son successeur avec un accord de libre-échange avec les Etats-Unis. C'est raté.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce devait être le couronnement de la carrière de conseiller fédéral de Johann Schneider-Ammann. Mais les négociations sur le libre-échange ne semblent pas, après une visite à Washington, être une priorité pour les Etats-Unis.

Johann Schneider-Ammann a, dans la nuit de lundi à mardi, tweeté qu'il a rencontré Jeff Gerrish, représentant adjoint du commerce des États-Unis. Le ministre de l'économie a ajouté que «les discussions exploratoires en vue d'un éventuel accord de libre-échange seront poursuivies». En clair, cela signifie que le début prévu des négociations formelles avec la Suisse ne s'est pour l'heure pas concrétisé.

Il l'a confirmé mardi à la radio SRF. Les parties se comprennent mieux «mais il faut encore beaucoup de discussions pour déterminer si l'on est ou non capable de négocier». Il serait selon le conseiller fédéral préférable de discuter encore un moment avant de passer aux négociations. Cela les rendrait plus efficaces, et aiderait ensuite à accepter le résultat. D'autres contacts sont prévus en janvier avec les représentants américains dans le cadre du Forum économique mondial.

Objectif loupé

Suisse et Etats-Unis avaient déjà négocié un accord de libre-échange mais, en 2006, les plans ont été enterrés. A cette époque, l'accord avait échoué principalement à cause de la résistance de l'agriculture suisse.

Johann Schneider-Ammann n'a pas atteint son objectif. Le conseil fédéral souhaitait en effet entamer ces négociations avec les Etats-Unis avant la fin de l'année. Le dernier grand succès diplomatique du ministre demeure la déclaration d'intention sur un accord de libre-échange avec l'Indonésie, signée début novembre.

Trois ministres américains ont assisté à la signature par Johann Schneider-Ammann d'une lettre d'intention de coopération dans le domaine de la formation professionnelle. La fille du président étatsunien, Ivanka Trump, était également présente, a encore commenté le conseiller fédéral sur Twitter. (ats/nxp)

Créé: 04.12.2018, 12h20

Articles en relation

Élection au Conseil fédéral: le mode d'emploi

Suisse Quatre candidats PDC et PLR se disputent mercredi les deux sièges laissés vacants par la PDC Doris Leuthard et le PLR Johann Schneider-Ammann. Explications. Plus...

J-2 pour les candidats au Conseil fédéral

Suisse La PLR Karin Keller-Sutter reste la favorite pour succéder à Johann Schneider-Ammann. L'issue est plus incertaine pour le fauteuil de Doris Leuthard. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...