Médire sur Whatsapp ne justifie pas de se faire virer

Justice La Cour suprême de Zurich a donné tort à une entreprise qui avait licencié une employée après avoir lu ses conversations privées sur Whatsapp.

Pour la Cour suprême, une entreprise n'est pas autorisée à lire des conversations entières.

Pour la Cour suprême, une entreprise n'est pas autorisée à lire des conversations entières. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une entreprise zurichoise a licencié avec effet immédiat une secrétaire. Sur WhatsApp, elle avait médit sur la direction. L'entreprise a lu ces messages, envoyé depuis un téléphone professionnel. Une action illégale, juge la Cour suprême de Zurich.

L'ambiance au bureau était tendue depuis quelque temps. La secrétaire et une collègue ont largement critiqué le directeur, le décrivant notamment de «phobique social».

En juin 2017, la secrétaire a été licenciée pour ces propos, mais aussi pour mobbing envers une troisième collègue et une maladie feinte. Cela se dégageait des conversations sur l'application.

L'entreprise contrôlait régulièrement les téléphones professionnels. Elle voulait éviter que les employés n'installent des applications privées sur des appareils destinés uniquement à un emploi professionnel.

Sphère privée

C'est justement lors d'un de ces contrôles que la secrétaire a été pincée. Elle avait retiré la carte SIM, mais ne savait pas que les conversations WhatsApp étaient sauvées sur le téléphone. L'entreprise a ainsi eu accès aux conversations.

La secrétaire a porté plainte auprès du tribunal du travail arguant que le Chat était sa sphère privée. La preuve pour son licenciement n'était donc pas recevable, selon elle. Le tribunal lui a donné raison en août 2018 et a ordonné à l'entreprise de payer 22'887 francs au total.

L'entreprise a fait appel à la Cour suprême. Il est contraire à tout sentiment de justice que la plaignante soit récompensée pour son comportement, estimait-elle.

L'entreprise doit payer

La Cour suprême partage cependant l'avis du tribunal du travail, selon un récent jugement. Une entreprise n'est pas autorisée à lire des conversations entières.

Elle n'est habilitée qu'à enquêter sur l'étendue de l'utilisation, soit le temps que passe un employé sur une application. Le licenciement est donc illicite. Pour éviter que des applications privées soient installées, il suffit de les supprimer.

Pour la Cour suprême, la somme de 22'887 francs doit être payée à la secrétaire. L'entreprise devra aussi verser 2300 francs à la secrétaire pour la procédure d'appel. L'ancienne employée n'a toutefois pas retrouvé son poste. La décision est définitive. (ats/nxp)

Créé: 30.06.2019, 17h26

Articles en relation

Les écarts salariaux continuent de se creuser

Suisse En 2018, l'écart entre les rémunérations les plus basses et les plus élevées s'est encore creusé, a annoncé lundi Travail.Suisse. Plus...

Un licenciement chez Unia provoque des remous

Vaud Le licenciement par le syndicat d'un de ses secrétaires suscite des remous. L'employé contestait sa classification salariale. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.