Tous les objets cantonaux alémaniques et objets communaux

Votations du 14 juinZurich n'a pas durci l'asile, Nidwald a maintenu une école enfantine traditionnelle et Zoug a refusé un tunnel routier. Fusion de communes à Estavayer (FR) et Crans-Montana (VS)

Plusieurs objets étaient soumis au verdict des cantons alémaniques.

Plusieurs objets étaient soumis au verdict des cantons alémaniques. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des scrutins cantonaux avaient lieu dans huit cantons alémaniques ce 14 juin. Les principaux objets en résumé.

Zurich: La commission consultative en matière d'asile est sauve

La commission consultative en matière d'asile du canton de Zurich est sauve. L'UDC voulait l'abolir définitivement grâce à une initiative soumise au vote dimanche. Le texte a été rejeté à 68,24%. Avec ce «non» des urnes, l'UDC clôt un long combat contre la commission sur un échec. Au parlement, le parti avait tenté plusieurs fois de la faire supprimer, sans succès. Il avait alors lancé l'initiative il y a deux ans.

Les Zurichois ont par ailleurs refusé de donner plus de pouvoir au parlement pour fixer le montant des taxes. Une modification de la Constitution et une révision de la loi sur les communes ont été rejetées par 59,39% et respectivement 64,30%. Ces modifications prévoyaient la mise en place d'un catalogue des taxes qui aurait été soumis au Grand Conseil tous les quatre ans

Pas de tunnel routier à Zoug

Cela devait être le «projet du siècle» dans le canton de Zoug. Le tunnel routier sous le chef-lieu en restera au stade des planifications. Les votants ont refusé par 62,79% la construction devisée à 890 millions de francs qui visait à désengorger le centre-ville. Les citoyens ont suivi les opposants, l'Alternative verte, les socialistes et l'Association transports et environnement (ATE). Ils craignaient que la circulation n'augmente massivement sur les routes d'accès au tunnel et que le trafic en ville ne diminue pas dans la même mesure à cause des grands parkings qui s'y trouvent.

Nidwald tient à son école enfantine traditionnelle

L'école enfantine ne pourra pas être remplacée par un cycle élémentaire de trois ou quatre ans à Nidwald. Les citoyens ont refusé dimanche par 67,5% des voix une révision de la loi sur l'école obligatoire. C'est une victoire pour l'UDC qui avait saisi le référendum. L'UDC argumentait que le système actuel a fait ses preuves et que le cycle élémentaire serait plus coûteux. La participation s'est élevée à 48,5%.

La révision voulait donner le choix aux communes d'introduire un cycle élémentaire regroupant l'école enfantine ainsi que la première ou les deux premières années du primaire. Dans ce système, le passage se fait graduellement, de manière flexible selon le développement de l'enfant. Zurich et Argovie avaient également refusé en votation l'introduction du système de cycle élémentaire. Plusieurs cantons ont testé le système. Huit ont introduit une base légale le permettant: AR, BE, GL, LU, OW, TG, UR, ZG.

Bâle-Ville ne veut pas de poubelles souterraines

Les camions-poubelles continueront de ramasser tous les sacs de détritus de Bâle-Ville. Les citoyens ont refusé dimanche par 69,24% la mise en place partielle d'un réseau de collecte souterrain. Le projet soumis aux urnes ne satisfaisait personne. La participation s'est élevée à 50,51%. A l'origine, le gouvernement voulait entièrement remplacer le système des camions-poubelles par un système de collecte souterrain et avait demandé un crédit de 26,5 millions de francs au parlement. Les députés n'ont accordé que 13,3 millions, argumentant que les personnes à mobilité réduite seraient lésées et que des places de parc allaient être supprimées. L'exploitation parallèle des deux systèmes aurait signifié un surcoût de 800'000 francs par année. Les partis bourgeois avaient saisi le référendum.

Pas de hausse d'impôts pour les riches st-gallois

Les riches saint-gallois vont conserver leurs privilèges fiscaux. Les citoyens ont rejeté à 73% une initiative de la gauche. Elle voulait annuler les allégements accordés ces dernières années aux fortunes de plus d'un million de francs. Ce «non» prive le canton et les communes de 64,3 millions de francs de recettes annuelles supplémentaires. L'initiative «L'avenir grâce à un impôt sur la fortune juste» avait été lancée par le PS, les Verts et les syndicats. Les votants ont suivi l'avis du gouvernement et du parlement. Ils craignaient que St-Gall ne se fasse distancier sur le plan de la concurrence fiscale et que les grosses fortunes ne tournent le dos au canton. La participation s'est élevée à 40,5%.

Les Grisons sortent définitivement du charbon

Finies les participations cantonales dans des entreprises investissant dans des centrales à charbon: les citoyens grisons ont plébiscité dimanche par 80,89% des voix un article constitutionnel les interdisant. La participation s'est élevée à 37,16%. Cet article est la concrétisation de l'initiative «Pour une électricité propre sans charbon», qui avait été acceptée dans les urnes en septembre 2013. Comme elle ne donnait qu'une ligne générale, il revenait au gouvernement et au parlement de rédiger un article constitutionnel. Dans les faits, le voeu des initiants est déjà réalisé. La société Repower, détenue à 56% par l'Etat, s'est retirée de projets de centrale à charbon en Allemagne et en Calabre (I).

Vote électronique à Bâle-Campagne

Bâle-Campagne est prêt à entrer dans l'ère du vote électronique. Les citoyens ont approuvé une modification de la loi sur les droits politiques par 68,85% des voix. Il n'y a pas encore de projet concret, mais la nouvelle base légale permet aux autorités de lancer un projet pilote. Le canton veut avant tout prendre les devants, les avancées technologiques allant bientôt permettre un vote électronique fiable. Une autre modification concerne les élections au gouvernement cantonal et au Conseil des Etats: les citoyens recevront désormais un feuillet d'information avec les noms des candidats en plus de leur matériel de vote. Jusqu'à présent, ils ne recevaient que le bulletin vide.

Par ailleurs, le canton devra s'engager à collaborer étroitement avec Bâle-Ville et les autres cantons voisins et les régions frontalières. Les citoyens ont dit «oui» par 76,34% à une initiative en ce sens. L'initiative avait été lancée comme alternative à la fusion entre Bâle-Campagne et Bâle-Ville. Fusion largement rejetée en septembre dernier. Le texte n'apportera pas de grands changements, la collaboration intercantonale étant déjà très étroite.

Criminels récidivistes: Uri serre la vis

Uri serre la vis face aux criminels qui récidivent durant leur période probatoire. Les citoyens du canton ont plébiscité dimanche une adaptation de la loi à la réforme du code pénal suisse. Les délinquants concernés pourront être placés en détention de sûreté, avant une décision d'un tribunal dans les 48 heures. Les Uranais ont approuvé ce durcissement avec une nette majorité de 82,31%. Les autorités n'auront ainsi plus à attendre la décision du tribunal pour placer le récidiviste en détention, comme c'était le cas jusqu'à présent. Plusieurs cantons ont déjà introduit une telle mesure, dont Zurich, Berne, Schaffhouse et Argovie. D'autres sont en train de mettre en place une base légale.

Par ailleurs, exploiter des barrages et des centrales hydrauliques dans le canton d'Uri sera soumis à un nouveau règlement d'attribution des concessions. Les citoyens ont approuvé à 67,02% une modification d'ordonnance visant à éviter les disputes entre concurrents et à définir clairement les critères d'évaluation.

Les Uranais ont aussi plébiscité à 80,15% l'agrandissement d'un home pour personnes souffrant d'un handicap psychique, installé à Altdorf. Le projet obtient un crédit de 2,7 millions de francs.

«Oui» à un grand Estavayer (FR) de plus de 9000 habitants

La fusion d'Estavayer-le-Lac (FR) avec six communes de la Broye fribourgeoise a passé la rampe en votation populaire dimanche. Avec plus de 9000 habitants, la nouvelle commune d'Estavayer devient la quatrième du canton derrière Fribourg, Bulle et Villars-sur-Glâne. La première commune du district de la Broye naîtra le 1er janvier 2017. Elle réunira Estavayer-le-Lac, Bussy, Morens, Rueyres-les-Prés, Vernay, Murist et Vuissens. Géographiquement, ces deux dernières localités ne touchent aucune des cinq autres.

Cette fusion bénéficiera d'une subvention cantonale de près de 800'000 francs. Un projet initial prévoyait un regroupement à dix communes. Mais Cheyres s'est retirée l'an passé, suivie de Châbles et de Sévaz. Dimanche, la population a donné son feu vert dans les sept communes, avec des pourcentages de voix allant de 61% à 81%. Le taux de participation a dépassé les 60% partout, sauf à Estavayer-le-Lac où elle n'a même pas atteint 40%.

Naissance des communes de Crans-Montana et de Conches

Les communes valaisannes de Chermignon, Montana, Randogne et Mollens ont largement accepté de fusionner pour devenir Crans-Montana. Les scores vont de 53,8% de oui pour Chermignon à près de 80% pour Montana. Sur l'ensemble des communes, le oui l'a emporté à une majorité de 69,5%. La nouvelle commune verra le jour le 1er janvier 2017. Elle comptera un peu plus de 11'500 habitants et deviendra ainsi la sixième du Valais. Deux communes sur les six qui se partagent la station de Crans-Montana n'ont pas souhaité s'associer au vote: Icogne et Lens. Dans la vallée de Conches, la fusion des communes de Niederwald, Blitzingen, Grafschaft, Reckingen-Gluringen et Münster-Geschinen a été acceptée par 70,3% des votants.

Soutien à un projet de parc éolien sur le Mont-Sujet (BE)

Les citoyens de la commune de Plateau de Diesse (BE) se sont prononcés à plus de 80% en faveur de l'implantation d'éoliennes sur le Mont-Sujet, sommet du Jura bernois au-dessus du lac de Bienne. Ce vote n'avait toutefois qu'une valeur consultative. Les autorités communales souhaitaient connaître l'opinion de la population avant de poursuivre ce projet. Les citoyens de cette commune fusionnée (Diesse, Prêles et Lamboing) ont approuvé le principe d'un parc éolien par 530 voix contre 119. En cas de refus, le projet aurait été abandonné.

Les étrangers pourront s'exprimer au niveau politique à Berne

Les étrangers établis en Ville de Berne pourront davantage participer à la vie politique locale. Les citoyens de la capitale ont accepté dimanche un règlement de participation qui leur permet d'exprimer leurs revendications par le biais d'une motion. Cet instrument en faveur de l'engagement politique des étrangers a été accepté par 22'372 voix contre 14'979. Les syndicats et la gauche n'étaient pas les seuls à recommander le oui. Le PDC, le Parti bourgeois-démocratique (PBD) et le Parti évangélique ont également apporté leur soutien à ce règlement participatif. (cht/ats/nxp)

Créé: 14.06.2015, 16h17

Articles en relation

Ecole, asile et tunnel au menu des cantons alémaniques

Votations du 14 juin Zurich se penchera sur l'asile, Nidwald sur les cycles élémentaires à l'école et les Zougois sur leur «projet du siècle», soit un tunnel routier sous le chef-lieu. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.