Parmelin fixe les exigences pour les jets de combat

Défense aérienneLes futurs avions de combat devront pouvoir assurer une présence permanente dans les airs d'au moins quatre avions pendant au moins 1 mois.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Au moins quatre avions de combat devraient être présents dans les airs pendant au moins quatre semaines en cas de tensions accrues. Le ministre de la défense Guy Parmelin a fixé cette exigence de base pour l'achat de nouveaux jets. Le nombre d'engins reste à définir.

Selon le rapport du groupe d'experts publié en mai 2017, avec une trentaine d’avions de combat, la capacité à durer (quatre avions en vol en permanence) est de deux bonnes semaines. Elle passe à au moins un mois avec environ 40 engins. Les responsables du projet se sont toutefois gardés d'avancer des chiffres vendredi devant la presse.

L'évaluation des différentes offres dira ce qu'il est possible de faire avec l'enveloppe d'au maximum 8 milliards de francs prévue par le Conseil fédéral aussi bien pour le nouvel avion de combat que le système de défense sol-air. Ce n'est qu'ensuite qu'il sera possible de définir clairement le nombre de jets à acheter, a expliqué le chef de l'Etat-major de l'armée Claude Meier.

Certains avions peuvent voler plus longtemps que d'autres, a-t-il fait valoir. Idem concernant le profil précis du système de défense sol-air. Plus celui-ci sera puissant, plus petit sera le nombre d’avions nécessaires, et inversement.

Huit fournisseurs

Cinq jets seront évalués. De ce côté-ci de l'Atlantique, on retrouve le Gripen E suédois (Saab), le Rafale français (Dassault) et l'européen Eurofighter (Airbus). S'y ajoutent deux avions américains: le successeur du FA-18, le Super Hornet de Boeing, et le F-35A de Lockheed-Martin.

Pour la défense sol-air, trois systèmes sont dans la course: le SAMP/T français (eurosam), l'israélien David’s Sling (Rafael) et l'américain Patriot (Raytheon). Avions et défense sol-air ne doivent pas forcément être acquis auprès du même pays ou de pays différents. Mais l’interopérabilité avec des États voisins et des États membres du Partenariat pour la paix est requise.

Le peuple ne se prononcera par sur le type d'avion mais uniquement sur le principe de renouveler la défense aérienne à hauteur de 8 milliards. En attendant, Guy Parmelin a fixé les exigences à remplir par les deux systèmes et en a informé le Conseil fédéral.

Exigences

La nouvelle flotte devra assurer la police aérienne, 24 heures sur 24. Lors de tensions accrues, elle devra pouvoir intervenir en quelques minutes dans l’ensemble de l’espace aérien suisse.

La surface à couvrir par la défense sol-air doit être de 15'000 km2 au moins. Le système doit atteindre une altitude d’engagement de plus de 12'000 m et une portée supérieure à 50 km. Il n'est pas nécessaire de disposer d'une capacité de défense contre des missiles balistiques.

Concernant la maintenance des avions, des possibilités de coopération avec le pays du constructeur ou avec des États tiers utilisant le même système doivent être possibles. Le ministre de la défense entend renoncer à des helvétisations. Mais il estime judicieux que l'armée et l'industrie collaborent avec le fabricant pour le montage final.

RUAG a été désigné comme centre de compétences pour le matériel au lancement du projet d'achat de jets. Pour la défense sol-air, il est en principe souhaitable que la société assume aussi cette fonction, pour autant que le fabricant du système retenu ne dispose pas d’une succursale en Suisse.

Vols en Suisse

Une partie au moins des essais en vol et au sol doivent être effectués en Suisse pour tous les candidats entrant en ligne de compte pour l’acquisition du prochain avion de combat. Dans la mesure du possible, les jets seront pilotés par des pilotes suisses.

Guy Parmelin vise une politique de flotte à modèle unique. Une fois que tous les exemplaires seront livrés, les F/A-18 seront progressivement mis hors service. L'armée se débarrassera de ses Tiger auparavant.

Enfin, le ministre de la défense a précisé l'exigence de 100% d'affaires compensatoires liées à l'achat des avions de combat et de la défense sol-air: 60 % auprès de l’industrie liée à la sécurité (20% de participation industrielle directe, 40 % de participation industrielle indirecte) et 40 % auprès du reste de l’industrie.

La répartition régionale sera d’approximativement 65 % en Suisse alémanique, 30% en Romandie et 5% en Suisse italienne. Seuls 20% au maximum des affaires compensatoires générées avant la signature du contrat pourront être prises en compte.

Pour l’évaluation, il est tenu compte aussi bien des coûts d’acquisition des systèmes que des coûts d’exploitation pendant une durée d’utilisation de 30 ans. Mais pas des coûts des éventuels programmes de modernisation ou de maintien de la valeur ainsi que des frais de mise hors service, en raison de l’impossibilité de faire des prévisions fiables à ce sujet. (ats/nxp)

Créé: 23.03.2018, 14h55

Galerie photo

Les cinq avions qui doivent remplacer les F/A-18

Les cinq avions qui doivent remplacer les F/A-18 Guy Parmelin a démarré un nouveau processus pour équiper les forces aériennes suisses de nouveaux avions de combat

Articles en relation

Guy Parmelin fait du tri pour alléger la facture de l’armée

Matériel militaire Avions, lance-mines et autres chars en bout de course n’ont plus leur place dans le dispositif actuel. Ils partiront à la vente ou à la casse. Plus...

Avions de combat: des pilotes pour faire la pub

Suisse Le chef de l'armée suisse, Philippe Rebord, est revenu samedi sur l'annonce faite par Berne de vouloir acheter de nouveaux appareils. Plus...

Les Suisses pourront voter sur les avions de combat

Confédération Le Conseil fédéral souhaite ouvrir la voie à une votation sur l'achat de nouveaux jets et d'un nouveau système de défense sol-air. Le peuple pourrait se prononcer en 2020. Plus...

Retrouvez le direct sur Parmelin et les avions de combat

Suisse Le ministre de la Défense veut présenter l'achat des nouveaux jets sous la forme d’un arrêté de planification pouvant être soumis à référendum. Suivez sa conférence de presse en direct. Plus...

Référendum sur les avions de combat en vue?

Suisse Guy Parmelin devrait proposer au Conseil fédéral ce vendredi de soumettre aux Suisses le budget pour acheter de nouveaux jets. Ils pourraient alors se prononcer dans les urnes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.