Parmelin veut renforcer la cybersécurité

ArméeLe ministre de la Défense Guy Parmelin souhaite tripler le nombre de personnes qui gèrent la cellule cybersécurité qui actuellement emploie 50 personnes.

Guy Parmelin imagine «une sorte de cyber école de recrues».

Guy Parmelin imagine «une sorte de cyber école de recrues». Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'armée suisse doit renforcer sa cellule dédiée à la cybersécurité qui compte aujourd'hui 50 postes, plaide Guy Parmelin. D'ici à 2020, le ministre de la Défense souhaite ainsi tripler le nombre de personnes qui luttent contre les attaques de pirates informatiques.

Le Conseil fédéral doit décider cette année encore d'un nouveau plan d'action dans ce domaine, explique le Vaudois dans un entretien au journal alémanique Schweiz am Wochenende. Toutefois, «l'armée ne peut pas être la cyber-maman de toute la Suisse», avertit Guy Parmelin. L'armée s'occupera avant tout de protéger ses propres infrastructures, précise-t-il.

Afin de s'assurer d'un nombre suffisant de spécialistes informatiques - qui sont aussi très prisés par les entreprises -, le conseiller fédéral imagine «une sorte de cyber école de recrues».

«En Israël, les jeunes hommes et les jeunes femmes sont formés par l'armée, y sont actifs quelques années, puis se tournent vers le secteur privé», selon Guy Parmelin. Des discussions de coopération sont en cours en Suisse avec les écoles polytechniques fédérales de Lausanne et Zurich.

Plus d'argent pour l'armée

Guy Parmelin ne donne aucun détail concernant les ressources financières nécessaires à la création d'une troupe pouvant compter jusqu'à 170 personnes pour lutter contre les cyber-attaques. Il prévient que le budget alloué à l'armée ne suffira pas à l'avenir, en raison notamment d'un matériel militaire devenu obsolète et qui doit être remplacé. «Outre nos jets de combat, nos chars et notre artillerie vieillissent aussi», souligne le conseiller fédéral.

Actuellement, l'armée dispose de cinq milliards de francs par année. Guy Parmelin souhaite dans un premier temps identifier les besoins de l'institution. Le Vaudois espère néanmoins «une augmentation temporaire du plafond des dépenses» afin de financer les gros investissements à venir. (ats/nxp)

Créé: 18.03.2017, 08h41

Articles en relation

Pour Parmelin, armer les F/A-18 était «prématuré»

Armée Le ministre de la Défense explique pourquoi il a renoncé à armer les F/A-18 et pourquoi il veut augmenter massivement le stock de munitions. Plus...

«L'insécurité dérive de la diplomatie américaine»

Guy Parmelin Le Vaudois a rencontré les ministres de la défense de l'OTAN lors de la Conférence de Munich. Ils sont inquiets. Plus...

Parmelin et Burkhalter à la conférence de Munich

Allemagne Une réunion sur la sécurité en Europe va s'ouvrir vendredi et jusqu'à dimanche. La Suisse y participe. Plus...

Guy Parmelin fait rimer énergie et sécurité

Suisse L'Office fédéral de la protection de la population a identifié les domaines dans lesquels il était nécessaire et urgent de travailler. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ce week-end à Lausanne, les coureurs du semi-marathon et du marathon se verront proposer une bière (sans alcool) à l'issue de la course. Les organisateurs suivent ce qui se fait en Allemagne ou en Suisse alémanique. Car la bière est isotonique, riche en vitamines B10 et B12, et passe mieux que certaines autres boissons.
(Image: Bénédicte) Plus...