Pas assez de dons d'organes, davantage de décès en 2013

TransplantationsEn 2013, le nombre de patients transplantés en Suisse a stagné à 470 et les dons d'organes sont restés insuffisants.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Treize donneurs de plus que l'année précédente ont certes été recensés en 2013, mais le nombre de décès de personnes sur liste d'attente a crû de presque 40%, à 73, contre 53 en 2012.

Quelque 1270 personnes sont en attente d'un organe, ce qui correspond à une augmentation de près de 10% en une année, a indiqué vendredi Swisstransplant, la fondation nationale pour le don et la transplantation d'organes. «Ce que nous craignions a fini par se réaliser», dit son directeur Franz Immer, cité dans un communiqué.

Franz Immer qualifie le nombre de décès dus au manque d'organes de «tout à fait alarmant». Avec 13,6 donneurs par million d'habitants et par an, la Suisse compte deux fois moins de donneurs que la France, l'Autriche ou l'Italie.

Les décès en Suisse concernent surtout les personnes en attente de transplantation cardiaque - 16 morts, soit deux fois plus que l'année précédente - et en attente d'un foie - 33 décès en 2013, soit une hausse de 50%, précise Swisstransplant.

Le manque d'organes peut aussi entraîner d'autres décès. Certains patients, après une longue attente, sont en effet trop affaiblis par la maladie pour pouvoir être transplantés. Ils sont alors rayés de la liste d'attente.

Importations salutaires

Le nombre d'issues mortelles serait encore nettement plus élevé si Swisstransplant n'avait pas la possibilité d'importer des organes, dans le cadre d'une étroite coopération avec des organisations partenaires étrangères. La France a notamment sauvé des patients suisses en état critique l'année passée, grâce au transfert de cinq coeurs et 17 foies.

Conscientes du problème, les autorités ne restent pas inactives. Le Conseil fédéral a ainsi lancé au printemps 2013 un plan pour augmenter le nombre de dons et le faire passer de 100 actuellement à 160. Par million d'habitants, cela correspondrait à 20 donneurs.

Projets lancés

Dans le cadre de ce plan, Swisstransplant, la Confédération et les cantons vont lancer différents projets. Ils concernent la formation du personnel spécialisé, l'optimisation des processus, la gestion des structures et des ressources dans les hôpitaux et l'information de la population.

Swisstransplant a par ailleurs été mandaté par les directeurs cantonaux de la santé pour approfondir le savoir-faire dans les hôpitaux, afin de permettre d'identifier les donneurs potentiels et de les signaler au service national des attributions. Les cantons sont responsables de mettre en oeuvre les mesures nécessaires.

Il s'agit notamment d'améliorer les infrastructures et les ressources personnelles et financières. Car aujourd'hui, les conditions ne sont souvent pas remplies et l'identification ainsi que la saisie des donneurs sont basées sur l'engagement de médecins et du personnel soignant spécialisé prêts à se consacrer au sujet, explique Swisstransplant.

Consentement explicite ou présumé

La Suisse ne connaît pas le même système de consentement à prélever un organe que nombre de ses voisins. Dans ces pays, la loi prévoit le principe du consentement présumé, c'est-à-dire que tout le monde devrait être donneur d'organes par défaut, ceux qui refusent ayant l'obligation de le dire. Ni le Conseil fédéral, ni Swisstransplant ne soutiennent une telle pratique.

Au Parlement, le Conseil national s'était prononcé en faveur du passage au consentement présumé, mais le Conseil des Etats a enterré cette motion.

www.swisstransplant.org (ats/nxp)

Créé: 24.01.2014, 14h02

Articles en relation

Transplantations cardiaques: toujours trois hôpitaux

Médecine Les hôpitaux universitaires de Lausanne, Berne et Zurich continueront de se charger des transplantations cardiaques jusqu'à fin 2016 en tout cas. Plus...

Dons d'organes: une commission pour le statu quo

Transplantations Seuls ceux qui veulent explicitement donner leurs organes devraient pouvoir le faire. Tel est l'avis de la commission de la santé publique du Conseil des Etats qui penche pour le consentement explicite. Plus...

Le triple don croisé de rein pour remédier à la pénurie

Transplantations Les Hôpitaux universitaires de Zurich et de Genève avaient procédé en première suisse à une transplantation croisée de rein en mai 2012. Les bénéficiaires du triple don se portent bien. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...