Plongée dans le fjord du Léman

DécouverteLe film du réalisateur Philippe Boucher sera diffusé samedi. Un livre vient aussi de paraître.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La comparaison est saisissante. Nappé de brouillard ou baignant dans le soleil levant, le Léman prend des allures de fjord. Telle est la vision qu’en a le réalisateur Philippe Boucher. «Je décolle souvent de Genève. Quand il fait beau, je colle le nez au hublot. D’un côté se dressent les Alpes, de l’autre le Jura. Je me crois en Norvège», raconte-t-il.

Ainsi est née l’idée d’un documentaire dont le tournage a débuté en 2014. Le résultat sera diffusé samedi sur la RTS. Par ailleurs, un livre, intitulé lui aussi Le fjord du Léman, compile les plus beaux clichés. On y retrouve d’incroyables paysages dans lesquels évolue une galerie de personnages attachants.

Les experts du lac

C’est le cas de Philippe Arpagaus et Michaël Hilbe, qui, munis d’un sonar multifaisceaux, ont parcouru 3314 kilomètres en bateau afin de réaliser une carte bathymétrique du Léman. Un travail de longue haleine et de précision permettant d’avoir une image précise du fond du lac. Autre duo, celui formé par Stéphanie Girardclos et Tiago Adrião Silva. Depuis une grande barge, ces scientifiques réalisent des carottages au milieu du «fjord». A la clé: la découverte d’un nouvel événement climatique important qui se serait produit sur le Léman.

Impossible de tourner un tel documentaire sans suivre un pêcheur. Henri-Daniel Champier est un fin connaisseur dont le propos alimente le film. Extrait: «Les poissons ont des cycles. C’est comme les troupeaux de vaches, ils ont des pâturages. Ils vont passer l’hiver à quarante mètres de fond et à partir du mois de mai, ils vont rester en haut du lac.»

«L’intensité d'une passion»

La galerie ne s’arrête pas là. On y croise un botaniste, un glaciologue, un aquarelliste, une hydrobiologiste travaillant pour la Cipel qui traque la moule zébrée. «Les micropolluants sont stockés dans ce type d’espèces, il suffit alors d’analyser ces traces afin de connaître de manière très précise la qualité de l’eau environnante», explique Philippe Boucher. Enfin, tandis que certains partent sur les traces des chamois ou du lynx, d’autres ont choisi de s’intéresser au sort de la huppe fasciée, un oiseau rare qui niche sur la côte vaudoise.

Aux yeux du réalisateur, «ce qui fait vraiment la force d’un être humain, c’est l’intensité de sa passion. Quels que soient l’objet, les raisons, les circonstances, le lieu, peu importe. Un être passionné est le plus à même de vous apprendre une activité, de vous communiquer l’essentiel d’une action, d’un projet.» Réussissant à faire oublier la présence de la caméra, Philippe Boucher a su rendre à l’écran la beauté de ces âmes passionnées.

(24 heures)

Créé: 20.12.2016, 07h23

Infos

«Le fjord du Léman» est diffusé sur RTS1 samedi 24 décembre, à 13 h 40.

Le livre est paru aux Editions Planet Image.

Plus d’infos sur www.planetimage.tv

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...