Pour les hôpitaux, le ruissellement peut être dévastateur

Risques naturelsPlus de deux tiers des hôpitaux suisses sont gravement exposés au risque de ruissellement d'eau causé par des pluies diluviennes. Ce problème longtemps négligé fait aujourd’hui l’objet de mesures de protection accrues.

Lausanne, juin 2018: la Place Centrale inondée après de fortes pluies.

Lausanne, juin 2018: la Place Centrale inondée après de fortes pluies. Image: Valentin Flauraud/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est le genre d’événement extrême que la Suisse risque de connaître de plus en plus souvent avec le réchauffement climatique. Il y a un an, Lausanne a subi un orage record avec 41,1 millimètres d’eau en dix minutes. Il y a deux semaines, à Saint-Gall, il a plu 55 heures sans interruption. Et il y a deux ans, un samedi soir, Zofingue a vu s’abattre l’équivalent d’un mois de pluie en deux heures.

L'hôpital de la petite ville argovienne se retrouve alors sous 40 centimètres sous l'eau. Pour protéger leur précieux appareil d’imagerie à résonance magnétique, les employés doivent construire un barrage improvisé de palettes et de vêtements. Aux urgences, les ascenseurs s’arrêtent, empêchant le transfert des patients, dont l’admission doit être stoppée. Bilan final: de nombreux dossiers sont détruits par l'eau, une perte de 1,5 million de francs est enregistrée à l'intérieur et autour de l'hôpital. Dans toute la ville de Zofingue, les dégâts s’élèveront à 90 millions de francs.

Un problème négligé

Fait crucial: ces inondations coûteuses n'ont pas été causées par une rivière ou un lac mais seulement par la pluie. C'est ce qu'on appelle le ruissellement de surface. La pluie s’abat en telles quantités que le sol ne peut plus l’absorber. Surtout en milieu urbain, où les sols artificialisés se transforment en torrents qui peuvent envahir les bâtiments. «Les données des assurances montrent que jusqu'à 50% des dégâts des eaux en Suisse sont causés par le ruissellement», explique Roberto Loat de la Section de la gestion des risques de l'Office fédéral de l'environnement (OFEV). Mais dans de nombreux endroits, il n'y a toujours pas de mesures pour s'en prémunir. «Dans le passé, on accordait trop peu d'attention au ruissellement de surface pendant la construction», estime Roberto Loat.

L'été dernier, l’OFEV a publié sa première carte montrant les zones exposées au risque de ruissellement. «Dans les hôpitaux, les risques de dommages peuvent être énormes», prévient Roberto Loat. En Suisse, il existe 190 hôpitaux de soins aigus, c'est-à-dire qui peuvent traiter des patients à tout moment. Nos recherches, menées à l'aide du radar des risques naturels de Zurich Assurances, montrent que dans plus de 70 pour cent d’entre eux, l'eau de ruissellement peut atteindre le niveau le plus élevé, c'est-à-dire une profondeur supérieure à 25 centimètres.

Barrages, caméras, barrières automatiques...

Comment les hôpitaux gèrent-ils ce danger ? Très différemment, comme le montre notre enquête. Au CHUV de Lausanne, on affirme s’être préparé à affronter le problème grâce à une veille permanente des alertes météo, l’entretien régulier des conduits d’évacuation pour s’assurer qu’ils ne soient pas obstrués et l’utilisation de détecteurs de présence d’eau dans certaines zones sensibles. L’hôpital dispose en outre d’un corps de sapeurs-pompiers d’entreprise et de matériel de lutte contre les inondations (pompes, aspirateurs à eau, barrage, etc…) entreposé dans des endroits stratégiques, selon son service de presse.

Carte montrant le risque de ruissellement autour des hôpitaux universitaires de Genève.

Aux Hôpitaux universitaires de Genève, l’occurrence de gros orages a conduit à une intensification des travaux de curages et d’entretien des toitures, selon le responsable de la maintenance Pierre-André Zuber. Le sous-sol fait aussi l’objet de travaux permanents pour assurer son étanchéité et des caméras sont utilisées pour vérifier que les canalisations ne sont pas obstruées.

Mais certains hôpitaux vont encore plus loin. A Saint-Gall, une cloison à charnières a été installée pour empêcher l'eau de pénétrer dans un bâtiment à risque. Il s'agit d'une sorte de barrière qui se déploie automatiquement lorsque l'eau s'accumule dans le déversoir associé. Le paysage autour d'un nouveau bâtiment a aussi été adapté pour permettre à une inondation de s'écouler vers l’extérieur. L'hôpital a même formé des employés qui pourraient construire une cloison plus haute en cas d'urgence.

Facile et peu coûteux

En revanche, les hôpitaux de Soleure, Olten et Dornach ne se protègent pas spécifiquement des inondations par ruissellement. Même chose pour l'hôpital de l'Île de Berne et les hôpitaux bernois associés. L'hôpital de Zofingue, lui, a pris plusieurs mesures après les inondations d’il y a deux ans: «Des barrages ont été construits près du ruisseau voisin et d'une route qui avait amené beaucoup d'eau. Nous avons également installé des clapets anti-refoulement dans le réseau d'égouts», explique le directeur financier Michael Eichenberger. La compagnie d'assurance du bâtiment a pris en charge 40 % des coûts, le reste étant à la charge du client.

Selon le spécialiste fédéral Roberto Loat,«il est relativement facile et peu coûteux de se protéger, par exemple en augmentant les ouvertures dans les bâtiments et les puits de lumière ou en créant une barrière d'eau à l'entrée du garage. Même les ajustements de terrain autour de la propriété peuvent réduire considérablement le risque.»


Votre hôpital est-il concerné?

Une comparaison de la carte des aléas de ruissellement de la Confédération avec le radar des risques naturels de Zurich Assurances montre qu'une grande partie des hôpitaux suisses de soins aigus sont potentiellement menacés par le ruissellement de surface. Vous pouvez savoir si l'hôpital le plus proche de chez vous est concerné grâce à la carte interactive publiée sur le site web de ce journal:

Créé: 03.06.2019, 11h59

Articles en relation

Les inondations menacent les vies de 65'000 Suisses

Catastrophes Pour la première fois, des cartes permettent de visualiser l'étendue des zones mises en danger par les crues et les avalanches en Suisse. Les mesures de protection ont parfois des années de retard. Plus...

En Suisse, un camping sur trois est menacé de «destruction soudaine»

Le Matin Dimanche Une cinquantaine de campings romands se trouvent en zone rouge de danger d’inondations. C’est ce que révèlent les cartes suisses des dangers naturels. Sur place, les campeurs et certains gérants sont peu informés des risques. Plus...

La Suisse peut savoir exactement où les orages feront des dégâts

Intempéries Une carte établit avec précision les zones les plus exposées aux ravages des orages. Des mesures simples suffisent. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.