Pour un contrôle des téléphones des réfugiés

ConfédérationUne commission demande que les téléphones des réfugiés puissent être contrôlés lorsque l'identité des requérants ne peut être établie faute de documents appropriés.

Une analyse des données sera possible même si la personne concernée refuse d'y assister.

Une analyse des données sera possible même si la personne concernée refuse d'y assister. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les autorités doivent pouvoir contrôler les téléphones mobiles des requérants d'asile, dans le but d'établir leur identité. La commission des institutions politiques du Conseil national a mis en consultation un avant-projet en ce sens, annoncent jeudi les services du Parlement.

Ces contrôles doivent être possibles lorsque l'identité des requérants ne peut être établie faute de documents appropriés. L’évaluation des données mobiles peut s’avérer une méthode efficace pour obtenir de telles informations, estime la commission. Selon elle, déterminer avec précision l’identité des requérants d’asile renforcera en outre la confiance de la population dans la procédure d’asile.

La personne concernée devrait en principe être présente lors de l'analyse des données, mais celle-ci sera possible même si elle refuse d'y assister. De plus, un refus de remettre son téléphone mobile aura «des conséquences sur la procédure», précise la commission.

Utilisée dans d’autres Etats

Les données enregistrées seront conservées au maximum une année. Cela doit permettre une analyse efficace et empêcher que des données ne se perdent avant d'avoir été analysées.

L'avant-projet a été accepté par 17 voix contre 8. La minorité trouve que la méthode est trop contraignante et qu’elle constitue une atteinte excessive à la sphère privée des intéressés. Cette méthode d’identification est utilisée avec succès dans d’autres Etats, notamment en Allemagne, et la majorité ne voit ainsi aucune raison à ce qu’elle ne soit pas appliquée en Suisse.

La consultation durera jusqu'au 4 juin. (ats/nxp)

Créé: 20.02.2020, 11h17

Articles en relation

Retours exceptionnels au pays accordés aux réfugiés

Suisse Le Conseil fédéral a précisé ce mercredi les critères permettant à certains migrants interdits de quitter la Suisse de pouvoir sortir du pays sans perdre l'asile. Plus...

L'OSAR critique les procédures d'asile

Suisse L'Organisation suisse d'aide aux réfugiés regrette que «les autorités mettent l'accent sur la vitesse de la procédure au détriment de sa qualité et de son équité». Plus...

Berne se propose d'accueillir des réfugiés mineurs

Suisse La responsable du Département fédéral de justice et police a indiqué que la Suisse était prête à recevoir des jeunes migrants arrivés en Grèce ayant de la famille sur notre territoire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.