Près de 1000 fumeurs sevrés grâce à Facebook

TabagismeCouronné de succès en Suisse romande, le projet collectif «J’arrête de fumer» pourrait s’étendre outre-Sarine.

Jean-Paul Humair, médecin, directeur du CIPRET-Genève, salue la réussite de l'initiative romande.

Jean-Paul Humair, médecin, directeur du CIPRET-Genève, salue la réussite de l'initiative romande.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dire adieu à la cigarette grâce à la dynamique communautaire des réseaux sociaux? Cette approche novatrice, lancée en Suisse romande au printemps, a fait ses preuves sur Facebook. Le taux de succès atteint 13,5% après six mois, ont indiqué, mardi, les concepteurs de l’opération «J’arrête de fumer». Selon les experts chargés d’évaluer ce programme, 19,6% des candidats inscrits essaient toujours d’arrêter, mais fument moins qu’avant. Enfin, ils sont 4,5% à avoir renoncé à l’arrêt, tout en affirmant avoir diminué leur consommation de tabac.

7008 candidats inscrits

«Ces résultats sont un peu plus élevés que les taux de réussite obtenus avec un programme d’aide en groupe ou des conseils par téléphone, note le Dr Jean-Paul Humair, directeur du CIPRET-Genève (Centre d’information pour la prévention du tabagisme). Ce projet se démarque surtout parce qu’il permet d’atteindre en même temps un bien plus grand nombre de personnes que les programmes comportementaux classiques.» Ils étaient en effet 7008 Romands à vouloir tenter l’expérience sur Facebook. Au bout du compte, 946 d’entre eux – si l’on en croit l’évaluation effectuée sur un échantillon de 1040 candidats – ont complètement arrêté de fumer.

Selon le Dr Humair, le succès aurait pu être plus important si davantage de participants avaient pris des substituts nicotiniques. «Nous les avons conseillés aux fumeurs inscrits, mais peu les ont utilisés», explique le médecin genevois, qui a fait partie de l’équipe de soutien. Selon lui, de nombreux fumeurs engagés dans un sevrage comprennent mal la dépendance nicotinique et sont réticents à prendre de tels substituts (patchs, pastilles, inhalateur, spray buccal). «Pourtant, on sait qu’ils doublent pratiquement les chances de succès.»

Concept perfectible

Le Fonds national de prévention du tabagisme a investi 600 000 francs dans ce projet pilote. Ses concepteurs espèrent non seulement le reconduire en Suisse romande, mais aussi l’étendre à Berne et à Zurich dès l’an prochain. La demande semble incontestable: dans notre pays, un fumeur sur deux souhaite arrêter, notait récemment le Monitorage des addictions.

Reste à perfectionner le concept en s’inspirant de ce premier bilan. Le suivi assidu offert aux participants devrait ainsi être concentré sur les premières semaines, qui s’avèrent cruciales, recommandent les experts. Par ailleurs, une diversification des réseaux permettrait sans doute de viser un plus large public, les moins de 25 ans ayant été «très peu touchés» jusqu’ici. Facebook n’a, en effet, guère la cote auprès des jeunes. «Mais cela vient aussi du fait que l’envie d’arrêter de fumer est assez faible chez les 15-25 ans», précise Jean-Paul Humair.

Créé: 28.12.2016, 08h20

Articles en relation

L’adieu collectif au tabac tient ses promesses

Santé publique Le projet lancé sur les réseaux sociaux il y a trois mois a déjà aidé plusieurs centaines de Romands à arrêter de fumer. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.