Quatre masques pour 150 francs: quand le virus permet de s'enrichir

CoronavirusEn Suisse aussi, des malins vendent masques et désinfectant à prix d'or.

Malgré leur utilité limitée, les masques de protection sont en rupture de stock.

Malgré leur utilité limitée, les masques de protection sont en rupture de stock. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Face à la psychose du coronavirus, les masques de protection sont en rupture de stock. Des petits malins ont anticipé la pénurie en réalisant il y a quelques semaines des réserves, qu’ils revendent aujourd’hui à des prix exorbitants. À Lausanne, la boutique de «matériel médical» nommée «Coronaviruskit» a ouvert il y a moins d’une semaine un commerce en ligne. «Nous pouvons vous obtenir des masques à des prix acceptables grâce à notre réseau de contacts!» assure son propriétaire sur Facebook, un étudiant en sport de l’UNIL.

«Inévitablement les stocks à disposition du public sont presque inexistants», peut-on lire sur le site internet de la boutique, qui prétend que les masques se trouvent désormais à 80 francs pièce. «Nous avons trouvé la meilleure offre du marché à Lausanne, kit complet pour le meilleur prix du marché selon nos recherches.»

Protections à prix d'or

Par «prix acceptables», ce dernier entend 149 francs pour quatre masques, 5 paires de gants et une bouteille de désinfectant pour les mains.

Soit plus ou moins 37 francs pièce pour un masque qui se porte quatre heures au maximum. Sur le site du fabriquant suisse, le même modèle - désormais en rupture de stock - coûte 2.05 francs l’unité. Même les personnes ayant flairé le bon filon n’osent pas pratiquer des prix semblables sur internet. Sur eBay, les masques sont vendus au prix déjà prohibitifs de 13 euros pièce en moyenne. Sur Amazon, un revendeur propose un lot de 60 masques pour 600 euros! Mais cela reste toujours moins cher que l’offre lausannoise.

Contacté, le vendeur évoque «la loi de l’offre et la demande». «J’ai vu des vidéos amateurs sur ce qu’il se passait en Chine, je me suis donc constitué un stock pour le revendre plus cher», explique-t-il simplement. Confronté à sa publicité prétendant proposer «un prix équitable», l’étudiant évoque des études à payer, avant de proposer de nous recontacter «lorsque le fournisseur aura refait ses stocks»... histoire de pouvoir acheter des masques à bon prix. Le vendeur affirme avoir vendu «quelques dizaines» de lots. Après notre appel et malgré un embarras palpable, l'étudiant a augmenté les prix de son offre: toujours pour 149 francs, le kit est passé de 5 à 4 masques et de 10 à 5 gants de nitrile.

Utilité limitée

Selon la Fédération romande des consommateurs (FRC), ces pratiques ne peuvent guère être combattues. «À moins d’avoir une position dominante sur le marché, chacun est libre de fixer les prix comme bon lui semble, explique Robin Eymann, responsable politique économique de la FRC. Après, je ne suis guère étonné que certaines personnes profitent de la situation. C’est d’autant plus facile de se lâcher sur Facebook car le vendeur est peu connu et ne risque pas un dégât d’image car il gonfle ses prix.» D’ailleurs, le réseau social lui-même s’est engouffré dans la brèche en ciblant les personnes qui effectuent des recherches de masques et en les bombardant de publicités ciblées.

Robin Eymann rappelle l’utilité toute relative du masque pour lutter contre le coronavirus, à l’instar de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) et de l’OMS: le masque est surtout utile pour une personne malade, celle-ci limitant ainsi le risque de contaminer les autres. Et non l’inverse.

Les sites de revente fleurissent

Et pourtant. À l’instar du «Coronaviruskit», de nombreux sites ont vu le jour sur internet, surfant sur la peur des gens. «Nous vous conseillons de faire des stocks de masques car avec la propagation du virus, les masques commencent à se vendre partout dans le monde», martèle ce site vendant les masques à 13 euros l’unité. «Notre masque facial est le principal outil de protection contre le Coronavirus», se vante un autre. «Il n’existe actuellement aucun vaccin pour prévenir l’infection au coronavirus», rappelle cet autre vendeur, qui a eu l’élégance de mettre une photo d’une petite chinoise masquée sur sa page d’accueil.

L’Italie, elle, a sévi. La garde des finances milanaise traque les «manœuvres spéculatives» sur les masques, notamment sur les sites de revente comme Amazon et eBay. Ceux qui spéculent sur des «biens de première nécessité» s’exposent à des amendes salées.

Créé: 02.03.2020, 16h20

Articles en relation

Nos mains, ces ennemis publics numéro un

Coronavirus Qu'il s'agisse de les laver ou de ne pas les serrer, plusieurs mesures conseillées par la Confédération concernent nos mains. Pourquoi? Plus...

Coronavirus: huit personnes sont soignées aux HUG

Point de situation Dimanche soir, le décompte faisait état de huit malades sous contrôle médical strict à Genève. Plus...

Coronavirus: la Suisse va-t-elle mettre certains lieux en confinement?

Le Matin Dimanche Cette fin de semaine, les autorités sont montées d’un cran dans la lutte contre le nouveau virus. Y aura-t-il encore d’autres mesures? Plus...

«Au marché noir, le flacon coûte 1200 francs»

Le Matin Dimanche Le coronavirus et le Salon de l'auto, l’actu chiffonnée par Claude-Inga dans sa vidéo «Olé!» N°70. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.