Quels sponsors s’offrent encore des élus?

Festival du filmMalgré la polémique des voyages tous frais payés, Locarno reste la capitale politique de l’été. Dans le plus grand secret. Enquête.

Le festival du film de Locarno a débuté mercredi.

Le festival du film de Locarno a débuté mercredi. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un vent d’inquiétude souffle sur la Piazza Grande. Locarno sera-t-elle, le temps de son festival, le grand rendez-vous politique de l’été? La manifestation, qui vient de débuter, n’a pas été épargnée par la polémique des voyages offerts aux élus. Les vols en avion Genève-Lugano payés par la Mobilière à ses invités avaient mis le feu aux poudres en 2015. «Il y a certainement eu, par le passé, des comportements excessifs, et la presse a bien fait de réagir, confiait récemment Marco Solari, président du Festival, dans «Le Temps». Mais aujourd’hui, il ne faut pas exagérer dans l’autre sens. Et retrouver le bon équilibre.»

La crainte des organisateurs? Que ces polémiques fassent s’éloigner les décideurs. «Il est clair qu’en année d’élection, on réfléchit à deux fois avant d’accepter une invitation», avoue un élu socialiste. Une prudence parfois poussée à l’extrême. Ainsi, Christine Bulliard (PDC/FR) marche sur des œufs avant de nous annoncer qu’elle fera l’aller-retour vers Locarno pour assister à l’apéritif dînatoire organisé par l’Office fédéral de la culture vendredi. Or, en tant que présidente de la Commission qui discute des questions de culture, elle est sans doute l’une des politiciennes les plus légitimes à se rendre au festival. «Avec ses excès, la Mobilière a tout fichu en l’air», confie un parlementaire habitué du festival. Il craint une désertion politique. «Cette année, je n’ai reçu aucune invitation.»

Les politiciens seront-ils vraiment moins nombreux à passer le Gothard? Pour le savoir, nous avons interrogé plusieurs sponsors ou organisateurs d’événements en lien avec le festival. Et le principal enseignement est que Locarno résiste aux polémiques. Ainsi le «Dîner républicain» – événement politique et culturel organisé en marge de la manifestation par l’éditorialiste du groupe Ringier Frank A. Meyer – n’a pas réduit sa voilure. «Il aura lieu conformément aux autres années», affirme-t-on du côté des organisateurs de l’événement, coupant court aux rumeurs. Idem du côté de la SSR, qui organise sa traditionnelle «Nuit blanche». «L’ensemble des parlementaires ont été invités. Cette année, comme la précédente, une douzaine a répondu positivement à notre invitation.»

Les CFF et La Poste

Échaudée par l’affaire des vols, la Mobilière n’a invité aucun élu. Rien de neuf toutefois, puisqu’elle avait déjà procédé de la sorte l’an dernier. Du côté des trois autres sponsors principaux, le discours est clair. «Nous n’invitons pas des élus fédéraux. Nous n’avons jamais fait ça, répond Manor. Nous nous concentrons sur nos meilleurs clients, à qui nous offrons des billets à prix réduits et des apéritifs.» La pratique est peu ou prou la même chez UBS. «Nous avons des lignes directrices internes très strictes concernant les relations avec les élus politiques et nous n’invitons pas de parlementaires aux événements culturels ou sportifs soutenus par le biais du sponsoring. Toutefois, il peut y avoir des cas exceptionnels, car un parlementaire peut également être client chez UBS et donc être invité.» Swisscom indique pour sa part inviter exclusivement des clients et autorités du canton du Tessin. «Nous leur proposons un apéritif, ainsi qu’une visite backstage. Les billets pour la représentation sont remis par le festival. Nous sommes satisfaits de la participation, qui est plus ou moins similaire aux années précédentes.»

Des entreprises qui invitent des parlementaires, il en reste toutefois, à l’image de La Poste. «En tant que sponsor et partenaire logistique du Festival du film de Locarno, nous recevons des billets d’entrée pour le festival, explique une porte-parole. En plus des clients et des représentants des entreprises, il y a aussi une poignée de parlementaires.» Le package contient un dîner, une projection de films et, si nécessaire, une chambre d’hôtel. «Les clients décident eux-mêmes s’ils veulent payer pour la nuitée», précise La Poste, qui n’en dira pas plus sur l’ampleur du forfait.

Jusqu’à 530 francs par élu

Les CFF expliquent de leur côté avoir environ une quarantaine de représentants des milieux politiques (parlementaires, cantons, communes du Tessin). «Un nombre identique à celui de l’an dernier», précise l’entreprise, qui justifie la pratique par «un besoin d’information légitime de la part des élus fédéraux, qui sont nos propriétaires» – la Confédération étant actionnaire à 100% des CFF. L’entreprise est d’ailleurs la seule à détailler le montant du «cadeau». «L’invitation consiste en un apéritif de bienvenue d’une valeur de 130 francs et d’un billet pour le film d’une valeur de 50 francs. Si une chambre d’hôtel est demandée, il faut ajouter environ 350 francs.» Les personnes invitées peuvent en effet choisir si elles ont besoin d’un billet de train ou d’une chambre d’hôtel, et si elles désirent les payer elles-mêmes. Dans tous les cas, elles doivent signer un document. «Les CFF désirent pouvoir soigner leurs relations avec les politiciens, mais dans un cadre financier clair et sans équivoque.»

Reste qu’aucune des entreprises contactées n’a souhaité nous communiquer la liste de ses invités. À l’heure où la transparence en politique est brandie comme un étendard, Locarno garde encore sa part de secrets.

Créé: 07.08.2019, 18h25

Articles en relation

Locarno saisit à bras-le-corps ses nouveaux défis

Festival de cinéma Portée pour la première fois par une directrice, la 72e édition de la manifestation doit se maintenir et se renouveler. Tour d’horizon au jour J de l’inauguration. Plus...

«Locarno doit amener les gens hors de leur quotidien»

Cinéma La Française Lili Hinstin décapsule mercredi «son» premier festival comme directrice artistique. Interview. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.