Rougeole: «La population doit se vacciner pour protéger les plus faibles»

Suisse Un décès rappelle que la rougeole n’est toujours pas éradiquée du territoire suisse. L’OFSP ne relâche pas ses efforts.

Image: PATRICK MARTIN -A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un jeune homme est décédé en février dernier de la rougeole en Suisse, révélait vendredi le Tages-Anzeiger. Un cas rare: le dernier décès lié au virus dans notre pays datait de 2009, lorsqu’une jeune fille de 12 ans avait succombé aux complications du virus à Genève. Cette triste nouvelle rappelle toutefois que la rougeole sévit toujours en Suisse, malgré des campagnes intensives de prévention.

Une partie de la population n’a toujours pas reçu les deux doses de vaccin préconisées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). La rougeole profite en outre de la mobilité de nos populations, et ce d’autant plus que plusieurs pays proches – Allemagne, France, Italie, ou encore Belgique – connaissent la même situation. Daniel Koch, chef de la division Maladies transmissibles de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), fait le point sur la situation.

Le jeune homme décédé en février était vacciné contre la rougeole. Que s’est-il passé?
Ce cas est tragique. Le patient souffrait d’une leucémie. Son traitement contre le cancer l’a rendu immunosupprimé (ndlr: sans défenses immunitaires), ce qui englobe également les effets du vaccin. Il a ensuite attrapé la rougeole et est décédé d’une pneumonie. Cela démontre que notre société n’est pas encore totalement protégée contre le virus.

En Europe, de nombreux pays sont parvenus à éradiquer la rougeole. Pourquoi la Suisse n’y est-elle pas encore arrivée?
La rougeole continue effectivement de circuler en Suisse. La Stratégie nationale d’élimination de la rougeole s’étendait sur la période 2011-2015. Nous n’y sommes pas parvenus, le virus continue de circuler régulièrement en Suisse. Depuis décembre, il est de nouveau présent sur notre territoire, avec déjà une cinquantaine de cas déclarés en 2017. Même si de grands progrès ont été réalisés au cours des dernières années, le taux de vaccination n’est pas encore suffisant. Nous sommes arrivés chez les écoliers au-dessus des 90%, mais nous devons encore faire des efforts pour atteindre l’objectif fixé de 95% de la population entière (ndlr: le canton de Genève y est parvenu).

Qui sont les personnes qui ne se vaccinent pas?
Il s’agit avant tout d’un problème de prévention, avec des lacunes créées par le passé. Le principal problème réside chez les jeunes adultes, qui ignorent s’ils sont vaccinés ou pas, ou simplement ne s’intéressent pas à la question. Cette tranche d’âge prend particulièrement des risques, notamment parce qu’elle voyage beaucoup. Il faut absolument que ces jeunes fassent contrôler leur carnet de vaccination.

La vaccination n’est pas obligatoire en Suisse. Est-ce aussi une partie du problème?
Nous pratiquons une politique de libre choix car certaines personnes, pour des motifs religieux ou des convictions personnelles, s’opposent à la vaccination. Mais elles sont très minoritaires, et ce n’est pas à elles que l’effort de prévention s’adresse. Notre but est de faire comprendre à la population que, même si elle-même est en bonne santé et craint peu la maladie, elle doit se vacciner pour éviter de contaminer les plus faibles, pour qui le virus peut avoir de graves conséquences. De nombreuses personnes ne sont pas vaccinées pour des raisons de santé ou ne peuvent pas développer une protection nécessaire en dépit de la vaccination. Le cas de ce jeune homme souffrant de leucémie en présente d’ailleurs un exemple typique. Tout le monde devrait accomplir ce travail de solidarité. (24 heures)

Créé: 24.03.2017, 21h42

Articles en relation

Plus qu’un an pour éradiquer la rougeole

Santé 88% des petits Vaudois sont vaccinés contre cette maladie. Mais l’Office fédéral de la santé publique rêve d’une couverture nationale à 95%. Plus...

La situation en Suisse

Selon le bulletin de l’OFSP publié en février, le nombre de cas de rougeole déclarés a doublé entre 2015 et 2016, passant de 35 à 71 cas. Sur les 98 cas déclarés depuis janvier 2016, 60% des cas étaient âgés de 20 ans et plus, 88% des cas n’étaient pas ou incomplètement vaccinés, 23% avaient été hospitalisés et 8% avaient eu une pneumonie.

Les huit flambées identifiées en 2016 et début 2017 ont regroupé de 2 à 22 cas chacune, dans sept cantons. Les principales d’entre elles sont survenues dans les cantons de Vaud (22 cas en entre mars et mai 2016, dans deux écoles pour jeunes adultes), Grisons (deux flambées de 13 cas et 7 cas entre novembre 2016 et janvier 2017), Tessin (9 cas en janvier-févier 2017) et Fribourg (7 cas en janvier-février 2017 chez une enseignante et des élèves d’une même école).

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 11 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...