«Uber se fiche des lois suisses»

ManifestationLes syndicats protestent contre les pratiques de la Poste et des CFF qui collaborent avec Uber.

Pour la présidente d'Unia, Vania Alleva, il est scandaleux que des entreprises proches de la Confédération confient des mandats de transport à Uber.

Pour la présidente d'Unia, Vania Alleva, il est scandaleux que des entreprises proches de la Confédération confient des mandats de transport à Uber. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La fronde anti-Uber ne faiblit pas. Des syndicats ont organisé ce mardi une action de protestation au siège des anciennes régies fédérales à Berne et dans plusieurs gares suisses pour exprimer leur mécontentement. Dans le viseur d'Unia, du Syndicat du personnel des transports (SEV) et du Syndicat des médias et de la communication (Syndicom): les applications «Mon voyage» des CFF et NordwestMobil de CarPostal, qui travaillent avec Uber. Interview de Vania Alleva, présidente d'Unia.

Vous tenez votre conférence de presse dans un ancien car postal. Les syndicats sont-ils restés accrochés au passé?
Pas du tout, il ne faut pas voir ce bus comme le symbole d’une opposition aux nouvelles technologies. Avec la digitalisation, la mobilité se transforme à toute vitesse, et nous ne sommes pas contre cette évolution. Ce que nous dénonçons, ce sont les entreprises qui - comme Uber - font du dumping salarial et du dumping social. Ce n’est pas le genre de futur que nous défendons. Et c’est pour cela que nous manifestons devant le siège des CFF avec des chauffeurs de taxi et des salariés qui souffrent de cette situation.

La Poste propose déjà une application qui intègre Uber. Les CFF y réfléchissent aussi. Pourquoi est-ce si dommageable?
C’est grave parce qu’il s’agit d’entreprises d’Etat qui ont une image positive dans la population. On imagine que la Poste et les CFF sont respectueux des droits des travailleurs. Collaborer avec Uber qui se fiche des lois suisses revient donc à «blanchir» les agissements d’une entreprise qui bafoue les droits des salariés, qui ne respectent pas les assurances sociales et qui ne paient pas d’impôt ou de TVA.

Attendez-vous une réaction du Conseil fédéral?
Dans une réponse, le Conseil fédéral a déjà pris position en disant qu’il attendait des entreprises d’Etat qu’elles travaillent avec des sociétés qui respectent les lois suisses. Indirectement, cela signifie qu’il ne faut collaborer avec Uber. Le dire, c’est bien, mais désormais, il faut agir. Nous comptons sur une intervention du Gouvernement. (24 heures)

Créé: 04.04.2017, 12h20

Articles en relation

Ces intermédiaires que cachent les voitures Uber

Transport Autour du Léman, une quarantaine de sociétés gravitent autour du réseau américain qui concurrence les taxis. Plus...

«Donnons aux taxis les moyens de s’adapter»

Taxis Le Conseil national veut libéraliser le marché et l’adapter à l’arrivée d’Uber. Il a dit oui à une motion de Philippe Nantermod (PLR/VS). Plus...

Le syndicat Unia veut qu’Uber passe à la caisse

Conflit La firme américaine doit assumer les obligations de tout employeur en Suisse, selon un avis de droit. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...