Un Suisse sur dix prêt à manger des grillons

AlimentationPas tous les Suisses sont prêts à se la jouer Koh-Lanta et manger des insectes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Dès le 1er mai, les Suisses pourront acheter et manger des grillons et des sauterelles en toute légalité. Un sondage réalisé par la Haute école spécialisée bernoise (BFH) montre que seuls 9% des consommateurs sont pour l'heure décidés à goûter aux insectes.

Ces personnes disposent d'un niveau de formation élevé et en savent beaucoup sur l'alimentation, selon l'étude de la BFH publiée jeudi. Elles veillent à leur santé et au bon goût des aliments. Elles apprécient le poisson, les sushis, les fruits de mer et goûtent volontiers aux nouveautés. Ce segment compte le plus d'enfants par ménage. Un tiers des sondés (32%) préfère attendre de voir, mais n'est pas fondamentalement opposé à l'idée de manger des insectes. Les arguments de la durabilité et des bénéfices pour la santé font particulièrement mouche chez eux.

27% disent «non merci»

Les consommateurs restants ne peuvent pas s'imaginer mettre ces invertébrés au menu. Une moitié des sceptiques (27%) trouve certes que les arguments favorables sont probants, mais dit quand même «non merci».

L'autre moitié (31%) refuse tout net d'avaler des insectes. Ces personnes sont réticentes face à la nouveauté, la plupart rejettent de manière décisive poisson et fruits de mer et affirment aimer la «vraie» viande.

Ces sondés ont peu de connaissances sur l'alimentation et disposent d'une formation et d'un revenu plutôt bas. Les aspects de la santé ne les intéressent que peu, au contraire d'un bon rapport qualité-prix. Ce segment a le moins d'enfants dans les ménages.

Première impression décisive

«Notre sondage a montré que la commercialisation en Suisse d'aliments à base d'insectes n'est pas totalement utopique. Mais cela prendra du temps», conclut Thomas Brunner, professeur en comportement des consommateurs et auteur de l'étude.

Ce qui est crucial pour lui, c'est que les curieux trouvent les produits à leur goût. Sinon, pour beaucoup d'entre eux, la première dégustation sera aussi la dernière. En revanche, si les burgers aux insectes et autres délicatesses flattent les papilles des clients précurseurs, ceux-ci les achèteront à nouveau et les recommanderont à leur entourage, qui ne tardera pas à leur emboîter le pas.

Selon l'étude, environ 40% de la population n'est pas totalement opposée à l'idée de consommer des insectes. Si les produits développés réussissent à convaincre sur le plan gustatif, un marché intéressant s'ouvrira aux producteurs et aux distributeurs, conclut l'étude. Celle-ci a été réalisée auprès de 600 personnes en Suisse alémanique et en Suisse romande. (ats/nxp)

Créé: 30.03.2017, 11h27

Articles en relation

Les insectes bientôt dans notre assiette

Miam-Miam VerSoGood propose déjà des dégustations d’insectes d’élevage chaque premier vendredi du mois dans un restaurant genevois. Dès le 1er mai, la vente sera autorisée dans le pays. Plus...

Des pâtes aux insectes 100% «made in France»

Nutrition Alain Limon a lancé la mode des pâtes aux insectes, en Lorraine (France). Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

«Les agriculteurs sous pression et les vaches orphelines», paru le 26 mai 2018
(Image: Valott) Plus...