Une affaire de harcèlement sexuel entache Heidi.com

SuisseAccusée de licenciement abusif, la marque neuchâteloise est attaquée aux prud'hommes par quatre ex-collaboratrices. La direction se défend.

Heidi.com connaît actuellement des difficultés financières.

Heidi.com connaît actuellement des difficultés financières. Image: Instagram

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La marque de vêtements neuchâteloise Heidi.com vit des heures difficiles. Dans une situation financière préoccupante, l'entreprise est désormais accusée par des ex-employées de licenciement abusif en lien avec du harcèlement sexuel. La direction parle de calomnie.

«Licenciements représailles»

«Nous avons déposé des actions en prud'hommes pour quatre collaboratrices pour licenciements abusifs», a déclaré vendredi à Keystone-ATS Catherine Laubscher du syndicat Unia, revenant sur une information d'Arcinfo. «Ces personnes n'ont pas été licenciées pour des raisons économiques mais il s'agit de licenciements représailles après qu'elles se sont plaintes de harcèlement sexuel et de propos à connotation sexuelle», a-t-elle ajouté.

«D'ailleurs, le conseil d'administration de l'époque a eu connaissance de ces comportements et le cadre incriminé a été licencié avec effet immédiat, avec interdiction de revenir dans les locaux», a précisé la syndicaliste. Selon Arcinfo, ce cadre aurait été réintégré depuis comme bras droit de la directrice générale Séverine Meier.

«C'est faux», a répondu à Keystone-ATS Séverine Meier. «Un mandat lui a été donné parce qu'un client prestigieux exigeait de collaborer avec lui sur un concept très élaboré mais cette personne n'a pas été engagée et a fait très attention en travaillant en dehors des locaux de Heidi.com».

Pour Catherine Laubscher, «même si l'entreprise ne va pas bien financièrement, les quatre collaboratrices n'ont pas été licenciées pour des motifs économiques car des personnes ont été réengagées derrière». «En plus d'évidentes raisons économiques, j'ai dû me séparer d'elles car elles voulaient ma tête et ont manigancé dans mon dos», a rétorqué la directrice générale, qui a ajouté que la confiance était rompue.

Plainte pénale

Séverine Meier précise d'ailleurs qu'elles ont été licenciées dans les règles et que si elle a réengagé des personnes, c'est à un autre pourcentage ou pour d'autres compétences. «En décembre, j'avais déjà envoyé un mail qui annonce un plan de licenciements, vu la position économique difficile». Le nombre d'employés a d'ailleurs été réduit de moitié à environ cinq personnes actuellement.

La directrice a ajouté qu'elle a dû aussi licencier une personne pour justes motifs car elle l'avait enregistrée à son insu. Au vu de ce qui précède et de ce qu'elle a découvert sur les actions d'un ancien responsable, Heidi.com a décidé de déposer plainte pénale contre ces deux personnes pour «calomnie, vol, enregistrement non autorisé de conversation, atteinte astucieuse aux intérêts pécuniaires et accès indu à un système informatique».

Enquête en cours

«L'enquête du Ministère public est en cours mais ce n'est pas fini car on vient de découvrir que quelqu'un est en train d'annuler la marque (ndrl: l'invalider auprès du registre des marques) pour essayer de la reprendre à son compte», a ajouté Séverine Meier.

La directrice reconnaît que la situation financière de l'entreprise, qui dégage un chiffre d'affaires de 3,5 millions de francs, n'est pas au mieux, mais qu'elle vient d'obtenir un crédit bancaire d'un demi-million pour l'aider à payer ses fournisseurs. «On a livré une nouvelle collection à Migros et on a plein de projets comme la fabrication d'un nouveau pullover made in Neuchâtel, grâce à une imprimante 3D», a-t-elle ajouté. (ats/nxp)

Créé: 30.08.2019, 16h31

Articles en relation

Fribourg veut endiguer le harcèlement de rue

Comportement La ville va arrêter des mesures en 2020 sur la base d'une enquête après un sondage à faire en ligne jusqu'à fin octobre. Plus...

Un tiers des apprentis harcelés sexuellement

Suisse Les allusions sexuelles et autres propos déplacés constituent le principal type de harcèlement des apprentis sur leur lieu de travail. Plus...

Accusé de harcèlement, un élu UDC démissionne

Canton de Saint-Gall Marcel Dietsche fait l'objet d'accusations de harcèlement sexuel. Il a quitté le Grand Conseil et son poste au sein de la police cantonale. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...