Une crèche est sous le choc des abus commis sur des bambins

Saint-GallUn homme est soupçonné d’avoir filmé ses actes pédophiles sur deux enfants de moins de 2 ans. Les zones d’ombre demeurent.

Jacques Hefti, président de l'association Fiorino, qui gère sept crèches à Saint-Gall et dans les environs, et Bettina Zimmermann, porte-parole.

Jacques Hefti, président de l'association Fiorino, qui gère sept crèches à Saint-Gall et dans les environs, et Bettina Zimmermann, porte-parole. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Il n’y a pas de mots pour décrire ce qui s’est passé – et pour l’heure aucune explication.» Face aux médias, Jacques Hefti, président du réseau saint-gallois de crèches Fiorino, retient difficilement ses larmes au moment de revenir sur l’affaire glaçante de pédophilie qui secoue son établissement.

Jeudi, le Ministère public de Saint-Gall a annoncé qu’il soupçonnait «fortement» un ancien collaborateur de la structure d’accueil d’avoir abusé sexuellement de deux enfants de moins de 2 ans, l’un dans le cadre de ses activités professionnelles et le second en dehors de la garderie. La justice ne peut pas exclure que l’homme s’en soit pris à d’autres bambins. Ce dernier ne se montrerait pas «très coopératif».

Le suspect, un Suisse âgé de 33 ans lors des faits, aurait réalisé des enregistrements vidéo des abus pédophiles commis sur les deux nourrissons avant de les diffuser en partie sur le darknet, ce réseau web souterrain privilégié pour des activités criminelles. On l’accuse encore d’avoir pris des photos à caractère sexuel de deux autres enfants confiés à la crèche. Dans un cas, il aurait diffusé de manière anonyme les images en ligne, affirme le Ministère public. Il pourrait être prévenu d’actes sexuels avec des enfants, d’actes d’ordre sexuel commis sur une personne incapable de discernement ou de résistance, ainsi que de pornographie.

L’association Fiorino gère sept crèches – dont celle-ci –, à Saint-Gall et dans les environs. (KEYSTONE)

Milliers de photos

L’affaire occupe les autorités saint-galloises depuis l’été dernier. En juin, le Ministère public remonte la trace de l’employé de garderie, soupçonné de partager des vidéos pédopornographiques sur le darknet. Des perquisitions permettent aux enquêteurs de découvrir du matériel informatique contenant plusieurs dizaines de milliers de photos à caractère pédopornographique.

L’auteur présumé est placé en détention préventive et licencié avec effet immédiat. Son arrestation, relayée dans la presse, suscite une onde de choc au sein de la garderie. À l’époque, Jacques Hefti imagine que son ancien employé est inquiété pour avoir partagé du matériel pédopornographique sur son temps privé.

Ce n’est que ces derniers jours que le Ministère public lui apprend que les faits qui lui sont reprochés sont bien plus graves et que l’homme est soupçonné d’avoir agressé sexuellement deux nourrissons, dont l’un dans l’enceinte de la crèche. «Nous sommes profondément secoués», réagit Jacques Hefti. Le suspect a fait son apprentissage dans la garderie. Il n’aurait jamais fait l’objet de soupçons.

Le président du réseau de crèches se perd en conjectures pour savoir comment de tels actes ont été possibles. «Nous ne savons pas comment il est parvenu à se retrouver seul avec l’enfant.» Et d’indiquer aux médias que ses employés doivent suivre des consignes claires dans la prise en charge. Les enfants se trouvent toujours en groupe et les portes restent toujours ouvertes. Les nouvelles recrues doivent par ailleurs certifier qu’elles n’ont pas été condamnées ou qu’une procédure est en cours. Un extrait spécial du casier judiciaire est aussi demandé pour vérifier qu’elles ne font l’objet d’aucune interdiction d’exercer une profession.

L’été dernier, les processus de fonctionnement ont été réexaminés et aucune lacune n’aurait été identifiée. Ils vont à nouveau être passés au crible, affirme Jacques Hefti. «Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour qu’un tel cas ne se reproduise jamais. Mais nous ne recevons aucune information de la part du Ministère public, ce qui complique la tâche. Cela me fâche.» La garderie réfléchit à déposer une plainte contre son ancien employé.

«Soupçon généralisé»

L’affaire a comme effet collatéral de raviver les craintes d’abus sexuels que peuvent nourrir des parents à l’égard d’éducateurs masculins de la petite enfance. Un parent a notamment déclaré qu’il retirerait immédiatement son enfant d’une garderie employant des hommes. Pour ne rien arranger, l’auteur présumé s’était distingué il y a quelques années dans la presse alémanique pour s’être plaint d’un «soupçon généralisé» pesant sur les hommes travaillant avec des jeunes enfants.

«Cet incident nuit à l’image des structures d’accueil de jour de l’enfant», regrette dans «Blick» Nadine Hoch, directrice de l’association faîtière Kibesuisse, dont font notamment partie les crèches saint-galloises Fiorino. Elle reconnaît que les collaborateurs masculins sont souvent victimes de préjugés, mais maintient qu’il est important qu’hommes et femmes s’occupent de jeunes enfants.

Pour prévenir les «transgressions sexuelles», Kibesuisse publie un code de conduite destiné aux accueillants en milieu familial et aux structures d’accueil de jour. Ces recommandations ont pour but de leur donner les outils nécessaires pour reconnaître les dangers potentiels et de gérer des situations susceptibles de?déraper. Les établissements peuvent s’inspirer de ces lignes directrices pour élaborer leur propre code de conduite. «On peut réduire le risque d’agressions, poursuit Nadine Hoch. Mais malheureusement, on ne peut jamais l’éviter complètement.» (24 heures)

Créé: 07.02.2019, 22h05

«C’est une forme de perversité très rare»


Philip Jaffé, psychologue, professeur à l'Université de Genève.

Philip Jaffé, comment peut-on expliquer qu’une personne s’en prenne sexuellement à des nourrissons?

L’étonnement et l’abasourdissement sont des réactions normales dans l’esprit de personnes raisonnablement saines, qui s’imaginent que le désir sexuel porte sur des êtres sexuellement formés. Or ici, nous avons affaire à des victimes sans défense qui n’ont rien de sexualisé. Il existe des personnes qui ont développé des particularités très problématiques en termes de stimulations sexuelles. C’est peut-être justement cet aspect de vulnérabilité totale qui peut attirer certains. Il s’agit d’une forme de perversité très rare dont l’origine a souvent sa source dans des troubles très profonds.

Quel genre de troubles?

On peut imaginer des problèmes psychotiques. Mais rien ne sert de spéculer sans connaître tous les éléments de l’affaire.

Avez-vous déjà eu connaissance d’un tel cas?

Non, j’ai rarement entendu parler d’abuseurs masculins sur des enfants en si bas âge. Rappelons que dans les crèches, ce sont le plus souvent des femmes qui travaillent.

Ne pas permettre à des hommes de travailler avec des enfants en bas âge, est-ce une solution raisonnable?

Non. Le risque est nettement plus grand les concernant, mais la vaste majorité mérite la confiance. Et il faut de la diversité.

Comment peut-on éviter des abus?

Pour un pédophile, les structures d’accueil pour enfants sont comme un magasin de bonbons. Leur attractivité est énorme et il faut des filtres d’une extraordinaire puissance pour les empêcher d’avoir ce qu’ils convoitent. Demander un extrait du casier judiciaire ne suffit pas. Les personnes qui ont la charge d’enfants, de nourrissons ou de préadolescents ne devraient jamais s’en occuper seules. Que ce soit des hommes ou des femmes. Il faut favoriser le travail d’équipe.

Articles en relation

L'enseignant accusé d'attouchements a été condamné

Procès Le participant à un camp de ski jugé à Yverdon a écopé de 8 mois avec sursis pour tentative d’acte d’ordre sexuel avec des enfants. Plus...

Deux fillettes accusent un prof du camp de ski d'abus sexuels

Procès Un enseignant est jugé à Yverdon pour des tentatives d’abus sexuels dans une chambre de filles. Il nie. Plus...

La cruelle confrontation avec les victimes du prêtre pédophile

Procès Barbarin Face au témoignage d’une victime, les trous de mémoire de l’évêque auxiliaire du cardinal sont embarrassants. Plus...

Attouchements sur vingt fillettes âgées de 4 à 11 ans

Arrestation Interrogé à la fin de décembre, le moniteur de camps de vacances a parfois filmé les actes sexuels pour les diffuser sur la Toile dans des forums à caractère pédophile. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.