«Urs Schwaller n’est plus crédible, il doit quitter La Poste»

Affaire CarPostalOlivier Feller emboîte le pas au chef du groupe parlementaire UDC et demande le retrait du président du géant jaune.

La pression s’accentue sur le président de La Poste, Urs Schwaller.

La pression s’accentue sur le président de La Poste, Urs Schwaller. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La pression monte sur les épaules du président de La Poste, Urs Schwaller, malmené dans le scandale CarPostal. Le conseiller national Olivier Feller (PLR/VD) se rallie à l’appel à la démission lancé par le chef de groupe UDC au parlement, Thomas Aeschi (ZG). «Urs Schwaller doit quitter ses fonctions pour permettre à La Poste de repartir sur des bases saines et solides!» lance le Vaudois.

Filiale du géant jaune, CarPostal a touché plus de 100 millions de subventions indues de 2007 à 2017. L’affaire a déjà coûté sa place à la directrice générale Susanne Ruoff. Urs Schwaller a accédé à la présidence du conseil d’administration en juin 2016. Et un rapport d’enquête mandaté par l’Administration fédérale – publié la semaine dernière – montre qu’il avait connaissance d’irrégularités comptables peu après son entrée en fonction.

«Urs Schwaller a une volonté presque pathologique de se positionner en M. Propre, de se montrer au-dessus de la mêlée, alors qu’il en fait partie»

Très critique dans ce dossier, Olivier Feller pointe du doigt, depuis le début de l’affaire, le rôle ambivalent du patron du géant jaune. «Urs Schwaller a une volonté presque pathologique de se positionner en M. Propre, de se montrer au-dessus de la mêlée, alors qu’il en fait partie.» L’élu estime que la crédibilité de ce dernier est irrémédiablement entachée. «Le président du conseil d’administration n’est pas obligé de tout savoir. Mais quand il sait quelque chose, il doit réagir de manière adéquate. Urs Schwaller savait en été 2016 que les objectifs financiers fixés à CarPostal violaient l’exigence de ne pas faire de bénéfices sur les lignes de bus subventionnées. Il était au courant d’un dysfonctionnement, mais il n’a rien fait.»

Le confit d’objectifs qu’il évoque est à l’origine des manipulations comptables. CarPostal surestimait notamment des coûts pour réduire ses recettes, ce qui lui permettait au passage de percevoir des aides financières trop élevées. Urs Schwaller a reconnu la semaine dernière avoir vu passer un rapport contenant un bref passage sur des problèmes de comptabilité peu après son entrée en fonction, sans cependant faire un lien avec le scandale. «À la lumière des connaissances actuelles sur les irrégularités comptables, j’aurais interprété ces lignes d’une autre manière», a-t-il déclaré.

«Plus la bonne personne»

Pour Olivier Feller, Urs Schwaller doit tirer les conclusions de ce manquement. «Il n’est plus la bonne personne pour relever les nombreux défis de La Poste.» Dimanche, Thomas Aeschi estimait lui aussi dans la «SonntagsZeitung» que le patron du géant jaune avait failli à son devoir et devait démissionner. Il réclame aussi la tête de l’administratrice Susanne Blank, coresponsable de la gestion des risques. Sous pression, le vice-président Adriano Vassalli a d’ores et déjà annoncé son départ. Ce retrait s’ajoute à la suspension de toute la direction de la filiale.

Pas suffisant pour faire retomber la pression. Le conseiller national Jacques Nicolet (UDC/VD) demande dans une interpellation si la démission de Susanne Ruoff et la suspension des cadres de CarPostal ne constituent «pas un écran de fumée pour protéger le conseil d’administration.» «Je trouve un peu léger comme mesure. À chaque fois que l’on gratte un peu, on trouve quelque chose de nouveau dans cette affaire», comment l’élu. Il estime que tous les administrateurs, Urs Schwaller compris, devraient être suspendus en attendant que les responsabilités soient tirées au clair.

Critique lui aussi dans ce dossier, le conseiller national Mathias Reynard (PS/VS) ne réclame pas de démission: «Je ne veux pas viser un individu en particulier car le problème ici est plus large: c’est tout le système d’entreprise qui doit changer. La Poste doit être dirigée avec une stratégie axée sur le service public et pas sur la maximisation des profits.»

Départ prématuré

Membre de la Commission des transports du National, Jacques-André Maire (PS/NE), juge, pour sa part, prématuré d’évoquer le départ d’Urs Schwaller. «Pour l’instant, je trouve qu’il a bien mené l’affaire, il a pris les bonnes décisions. J’attends des preuves concrètes pour éventuellement changer d’avis.»

FedPol mène en ce moment une enquête pénale sur les subventions touchées par CarPostal. Il faudra attendre plusieurs mois avant qu’elle rende une décision. (24 heures)

Créé: 18.06.2018, 21h17

Articles en relation

Un 3e rapport met en cause le président Urs Schwaller

Affaire CarPostal Contrairement aux dires de Doris Leuthard, le Fribourgeois n’est pas exempt de tout reproche. Un élu va intervenir à Berne Plus...

La Poste fait le ménage dans ses managers

Affaire CarPostal Le géant jaune se sépare de sa directrice Susanne Ruoff, suspend les cadres à CarPostal et vire la cheffe de la révision interne. Urs Schwaller se dit abasourdi par les tromperies. Plus...

Le Conseil fédéral met sous pression Schwaller et Ruoff

Affaire CarPostal Le Gouvernement a demandé une enquête plus complète et relève une omission de la Poste. Celle-ci ne voit pas le problème Plus...

«Il faut laisser tomber cette enquête interne sur CarPostal»

Affaire CarPostal Bloquée par l’enquête pénale, l’investigation lancée par La Poste n’est définitivement plus légitime, selon le conseiller national Olivier Feller. Plus...

«L’affaire CarPostal est un scandale d’Etat»

La Poste Le conseiller national Olivier Feller accuse le Conseil fédéral d’avoir failli à sa tâche Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.