Manquements au bien-être animal lors de l'abattage

SuisseEtat d'étourdissement insuffisant, manque d'eau et de nourriture aux animaux...les abattoirs suisses doivent s'améliorer.

L'Office fédéral des affaires vétérinaires a constaté des manquements auprès des abattoirs.

L'Office fédéral des affaires vétérinaires a constaté des manquements auprès des abattoirs. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les abattoirs suisses ne respectent pas toujours les dispositions en matière d'abattage des animaux. L'Office fédéral des affaires vétérinaires a constaté des manquements lors de certaines étapes du processus.

Un très grand nombre d'abattoirs traitent les animaux avec ménagement. Mais l'OSAV a noté des entorses lors de l'hébergement pendant la nuit. Il manque souvent un accès à l'eau et presque toujours de la nourriture et de la litière, indique l'office dans un rapport publié mardi.

Le contrôle de l'état d'étourdissement n'est pas suffisant, en particulier dans les petits abattoirs. Cela est généralement dû à un manque de sensibilisation ou de formation, au rythme effréné et au temps limité pour le processus d'abattage.

La puissance du courant de l'équipement n'est pas toujours suffisante ou la pince n'est pas utilisée correctement. Pour les bovins, la période entre l'étourdissement et la saignée est trop longue.

Absence du vétérinaire

Dans une grande majorité des établissements, le personnel ne vérifie pas si la saignée a été réalisée de manière correcte. Cela concerne surtout les porcs. Par ailleurs, les petits établissements ne documentent pas les contrôles.

Dans les petites structures, les vétérinaires ne sont pas présents en permanence. De nombreux services vétérinaires réduisent les tâches par manque de personnel. Ainsi, lors du contrôle des viandes, les vétérinaires se concentrent principalement sur l'examen des animaux avant l'abattage et sur l'analyse des viandes après. Ils ne s'attardent que trop peu, voire pas du tout sur le bien-être des animaux.

Les vétérinaires doivent aussi s'assurer de l'état de santé de l'animal avant son abattage. C'est aussi à eux qu'incombe la tâche de vérifier le respect de l'hygiène dans les abattoirs et de l'hygiène du personnel.

«Absolument pas tolérables»

Les autorités cantonales ont été appelées à prendre des mesures spécifiques en matière d'hygiène, de protection des animaux. L'OSAV examine l'offre de formation pour le personnel chargé de l'exécution. Il veut éviter que, à force d'être exposé à ces situations, le personnel se résigne ou ne voie plus les manquements. Pour l'OSAV, la documentation sur l'autocontrôle doit aussi être vérifiée.

Les services vétérinaires ont organisé des cours de formation à l'intention des vétérinaires. Certains services ont demandé une augmentation des ressources humaines. L'office vétérinaire vérifiera dans trois ans si ces mesures ont un effet. L'OSAV veut réviser l'ordonnance sur la protection des animaux lors de leur abattage.

Les adaptations concerneront notamment les méthodes d'étourdissement. En Suisse et au Liechtenstein, 67 établissements ont été contrôlés. La sélection n'est pas représentative, précise l'OSAV. Des abattoirs identifiés comme à risque ont été volontairement retenus.

La Protection suisse des animaux (PSA) estime dans un communiqué diffusé mardi que les insuffisances mises en évidence par le rapport «ne sont absolument pas tolérables». Bien traiter les animaux jusqu'à leur ultime destination est une obligation éthique, juge l'association. (ats/nxp)

Créé: 14.01.2020, 17h31

Articles en relation

Un léger mieux pour le monde animal dès 2020

Suisse Interdiction du broyage des poussins vivants, base de données enrichie sur les animaux, la nouvelle année s'annonce bien pour les animaux. Plus...

Les ONG jouent à fond la carte du bien-être animal

Environnement Poissons, cochons, volailles, les ONG accentuent la pression sur les «fermes-usines» pour garantir le bien-être des animaux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...