Passer au contenu principal

France voisineAbusé par un prêtre, il est lui-même pédophile

Le père H., 86 ans, employé à la mission permanente du Vatican à l'ONU à Genève depuis 1970, est accusé de pédophilie. Une de ses anciennes victimes présumées est au tribunal ce mardi.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration.
Keystone

Jean-Yves Schmitt, un retraité de 67 ans a été abusé par un prêtre durant son enfance dans l'Ain, aux portes de Genève, qui a ensuite fait toute sa carrière à la mission permanente du Vatican à Genève. La victime a elle-même purgé dix ans de prison pour pédophilie. Elle réclame aujourd'hui le dossier religieux de l'évêque de Belley-Ars, Mgr Pascal Roland, assigné ce mardi, devant la justice civile car l'affaire est prescrite au pénal. C'est une première.

L'audience a eu lieu ce mardi devant le juge des référés du tribunal de grande instance de Bourg-en-Bresse. Tant Jean-Yves Schmitt que Mgr Pascal Roland étaient représentés par leurs avocats.

Sollicité d'abord à l'amiable, le diocèse avait refusé d'ouvrir ses archives en invoquant le secret professionnel. Argument repris à l'audience par Me Laurent Delvolvé, pour qui l'évêque n'a «pas le droit de communiquer» les pièces réclamées et «ne viole aucune règle de droit» en refusant de le faire.

Seule la justice pénale, selon lui, pourrait procéder à une perquisition à l'évêché, comme c'est arrivé dans d'autres dossiers.

Mais pour Me Emmanuel Ludot, les pièces que réclame Jean-Yves Schmitt ne relèvent en rien du secret de la confession. Elles visent selon lui à «démontrer l'implication du Vatican dans la dissimulation des agressions» dont il a été victime dans le passé.

Le Saint-Siège sera jugé

Son client a lui-même été condamné à deux reprises pour des faits de pédophilie. Lors de ces procédures, il avait révélé avoir subi, dans les années 1960, les abus de l'aumônier de son lycée à Bourg-en-Bresse. La justice avait ordonné l'audition du père Félix H., qui avait reconnu des «attouchements».

Le religieux ajoutait que son attirance pour les adolescents l'avait conduit à quitter l'établissement au début des années 1970 et qu'il travaillait depuis «à la mission permanente du Vatican à l'ONU à Genève», selon un procès-verbal établi en 2002 par les gendarmes.

Sorti de prison dix ans plus tard, Jean-Yves Schmitt a fait condamner ce prêtre au civil en 2015 par le juge de proximité de Nantua, puis a décidé d'engager des poursuites contre le Saint-Siège, qui a refusé de comparaître et sera jugé par défaut le 23 mai à Bourg-en-Bresse. «L'Église a été au courant des agressions de ce prêtre et quand le scandale a éclaté à Bourg-en-Bresse, elle l'a exfiltré en Suisse avec une promotion au lieu de le dénoncer à la justice», dénonce Me Ludot.

Mardi à l'audience, le père H., 86 ans, a raconté que «vers 1972-1973», il cherchait à se rapprocher de sa mère près de la frontière suisse quand le représentant du Saint-Siège à Genève, qu'il aurait rencontré par hasard, lui avait proposé un poste de secrétaire. Le tribunal rendra sa décision le 28 mai.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.