Passer au contenu principal

ProtectionAccident nucléaire: le pays serait mal préparé

Le projet élaboré par Berne en cas d'accident grave dans une centrale nucléaire est critiqué par divers intervenants.

Une vue de la centrale nucléaire de Leibstadt. (Photo d'illustration)
Une vue de la centrale nucléaire de Leibstadt. (Photo d'illustration)
Keystone

Le scénario retenu par le Conseil fédéral pour mieux protéger la population en cas d'accident dans une centrale nucléaire n'est pas assez sérieux, estiment le PS et les organisations environnementales. Mais dans l'ensemble, le projet élaboré à la suite de la catastrophe de Fukushima au printemps 2011 a été plutôt bien accueilli au terme de la procédure de consultation.

Elaboré notamment en collaboration avec les exploitants des centrales nucléaires et les cantons d'implantation (AG, BE, SO), le projet gouvernemental durcit les hypothèses de planification. Il prévoit un scénario plus critique en cas de situation météorologique moyenne. Celui-ci correspond à un événement de niveau 7 sur l'échelle de gravité internationale (International Nuclear Events Scale), soit le degré le plus élevé.

Un scénario plus grave implique des mesures de protection d'urgence plus étendues. Une bonne partie est déjà réglementée par d'autres ordonnances. Le présent projet accorde, d'une manière générale, plus d'importance à l'évacuation à grande échelle, et concerne aussi l'hébergement et la prise en charge des personnes évacuées.

Scénario pas assez grave

A l'issue de la procédure de consultation qui s'est achevée lundi, la majorité des acteurs interrogés saluent le durcissement du scénario de référence prévu dans la nouvelle ordonnance. Pour le PS et l'Alliance-Environnement (Greenpeace, Pro-natura, WWF, ATE), il ne va toutefois pas assez loin. Tous deux pensent que le scénario le plus pessimiste devrait servir de base pour la planification.

Ils regrettent également que le choix du scénario de référence n'ait pas fait l'objet d'une consultation. Un choix sur lequel les exploitants de centrales nucléaires ont eu leurs mots à dire mais pas la société civile, souligne l'Alliance environnement.

De leur côté, les exploitants estiment que le scénario retenu n'apporte pas de nouvelles connaissances, car il n'est pas basé sur l'état de sécurité technique des centrales suisses. C'est pourquoi ils considèrent que les nouvelles mesures qui découlent de ce scénario ne sont pas adaptées.

Mesures contraignantes

La Conférence gouvernementale des affaires militaires, de la protection civile et des sapeurs-pompiers (CGMPS) ainsi que l'Union des villes suisses jugent au contraire que les nouvelles dispositions représentent un progrès. Elles tiennent désormais compte du fait que, en cas d'accident nucléaire, des mesures de protection de la population pourraient également être nécessaires en dehors de la zone 2 (rayon de 20 km), soit dans tout le reste du pays.

Les deux organismes déplorent que seul un petit nombre des mesures préconisées par le concept de protection d'urgence en cas d'accident dans une centrale nucléaire en Suisse n'ait été repris dans l'ordonnance. Elles regrettent également que toutes ces mesures ne soient pas contraignantes. Elles demandent donc que ces dernières soient déclarées comme telles ou intégrées à l'ordonnance.

Protection à long terme

Un accident dans une centrale nucléaire peut nécessiter des mesures de protection de la population durant plusieurs années. L'Alliance-Environnement, la CGMPS et l'Union des villes suisses déplorent que l'ordonnance ne traite pas clairement de ce sujet. Elles demandent donc au Conseil fédéral de préciser ce qu'il entend par «assister temporairement la population», voire de compléter le texte.

Finalement, l'Union des villes suisses salue le fait que le projet prenne également en compte la protection en cas d'urgence au voisinage des centrales qui sont en cours de démantèlement.

Le PLR, l'UDC, le PDC et les Vert'libéraux ne se sont pas prononcés sur cette consultation. Les Verts n'ont pas directement pris position, mais soutiennent celle de l'Alliance-Environnement.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.