Accord-cadre: Berne doit «négocier durement»

Forum des 100L'ancien président de la Banque nationale suisse Philipp Hildebrand a jugé nécessaire de renouveler la relation entre la Suisse et l'Union européenne.

Philipp Hildebrand était invité à s'exprimer au Forum des 100

Philipp Hildebrand était invité à s'exprimer au Forum des 100 Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lors de son intervention au Forum des 100, l'ancien président de la Banque nationale suisse (BNS) Philipp Hildebrand s'est dit convaincu que le succès de la Suisse est en bonne partie lié à sa relation avec l'Europe. S'agissant de l'accord-cadre entre la Suisse et l'UE, Berne doit «articuler» ses soucis à Bruxelles et «négocier de manière dure».

«L'Union européenne ne va pas deviner nos soucis, nos 'oui mais', il faut les articuler», a affirmé celui qui est aujourd'hui vice-président de la société Blackrock, premier gestionnaire d'actifs au monde, et qui observe les questions européennes depuis Londres.

Devant les participants au Forum des 100, parmi lesquels figurait le ministre des affaires étrangères Ignazio Cassis, Philipp Hildebrand a jugé nécessaire de renouveler la relation entre la Suisse et l'Union européenne. «Cela ne remettra pas en question la souveraineté de la Suisse».

«A la fin, il y a aura dans tous les cas un vote populaire», affirme l'ancien banquier central. Celui-ci a aussi appelé à expliquer clairement aux citoyens les conséquences d'une rupture avec l'UE.

Routes de la soie

Interrogé sur la question de l'accord-cadre, Ignazio Cassis a relevé qu'en cas de oui comme de non, il y aura un prix à payer. A propos de la reconnaissance boursière que la Commission boursière n'a prolongée que jusqu'à fin juin, le conseiller fédéral a souligné que cet aspect était somme toute «symbolique». Il montre cependant le degré d'intégration de la Suisse au sein de l'Union européenne.

Le chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) s'est aussi exprimé sur le projet chinois controversé de «Nouvelles routes de la soie» (NRS), qui a donné lieu à un protocole d'entente entre Berne et Pékin lors d'une récente visite en Chine du conseiller fédéral Ueli Maurer. «La Suisse veut y être tout en conservant un esprit critique», a déclaré M. Cassis. (ats/nxp)

Créé: 09.05.2019, 16h03

Articles en relation

Le Forum des 100 entre militants et entreprises

Lausanne Des manifestants écologistes protestent contre la présence d'entreprises au Forum des 100. Ils les accusent de contribuer à la pollution. Plus...

Débat animé de l'ASIN sur l'accord-cadre

Suisse-UE L'assemblée de l'ASIN a été très animée samedi où Micheline Calmy-Rey et Christoph Blocher se sont notamment exprimés. Plus...

Le Nomes se prononce pour l'accord-cadre

Suisse Le Nomes considère que le Conseil fédéral doit urgemment faire preuve de leadership et montrer là où la Suisse doit aller. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.