Adèle Thorens: «Buvons du vin suisse!»

BerneLa manifestation des vignerons sur la place fédérale a réuni surtout les parlementaires UDC. Des élus de gauche, dont la coprésidente des Verts, soutiennent aussi le mouvement.

Adèle Thorens, conseillère nationale (Verts/VD) avec Salomon Dubois, viticulteur à Epesses et Julien Frasnetti, maître de chaix à Cully.

Adèle Thorens, conseillère nationale (Verts/VD) avec Salomon Dubois, viticulteur à Epesses et Julien Frasnetti, maître de chaix à Cully. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Limitons les importations de vin étranger. Et aidons nos vignerons. Ces revendications martelées par plus de cent producteurs de vin, aujourd'hui devant le Palais fédéral, suscitent des sympathies au parlement.

Une motion d’Oskar Freysinger avait été déposée en mai au National. Une trentaine d'élus l'avaient signée. Y compris à gauche. Questions à la coprésidente des Verts suisses.

24 heures.- Adèle Thorens, est-ce que vous lancez un appel à boire des vins indigènes?

Oui, absolument. Buvons du vin suisse! C’est un produit local et sa commercialisation évite des transports sur une longue distance. Il y a d'excellents vins dans plusieurs cantons: nous avons l'embarras du choix. On sait aussi que comme tous nos produits agricoles, les vins sont soumis à des exigences de production élevées en comparaison internationale, même ceux qui ne sont pas bio.

24 heures.- Verts et UDC, même combat pour les produits agricoles?

Ce n'est pas nouveau... Les Verts se sont battus avec l’UDC contre l'Accord de libre-échange entre la Suisse et l'Union européenne dans le secteur agroalimentaire (ALEA). Le PDC nous a maintenant rejoint. Nous étions également d’accord avec l’UDC pour combattre le Cassis de Dijon. Dans le cas présent cette motion d’Oskar Freysinger va dans le bon sens. Elle demande un calcul équitable des contingents de vin.

24 heures.- En somme vous vous entendez sur le protectionnisme.

Pour les Verts, le protectionnisme est une lutte de dernier recours. Nous ne sommes pas protectionnistes par principe. Nous sommes plutôt pour l’échange et l’ouverture au monde. Mais aujourd'hui la mobilité excessive permet de faire venir des produits de l’autre bout du monde à des prix ridicules. Nous ne pouvons pas tolérer que des produits soient cultivés dans des conditions de semi-esclavage et de destruction de l’environnement. Si on payait les carburants à leurs juste prix, les produits régionaux seraient plus concurrentiels.

24 heures.- Et en attendant, on ne boit plus de vin étranger?

Si! Même si je bois principalement du vin suisse, je précise que j’aime bien le bordeaux. J'en bois de temps à autre. Il ne faut pas être extrémiste non plus...

Créé: 10.09.2012, 18h00

Articles en relation

Des viticulteurs romands manifestent à Berne sur des tracteurs

Importations de vin Scène insolite en vieille-ville de Berne: une quarantaine de tracteurs pilotés par des viticulteurs romands ont défilé dans les rues. Ils voulaient rendre les parlementaires fédéraux attentifs aux importations de vin. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.