Administration fédérale: pas de parachutes dorés

SuisseUne commission a approuvé une modification de la loi de Thomas Minder sur la rémunération des cadres fédéraux.

Thomas Minder.

Thomas Minder. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pas de parachutes dorés dans l'administration et les entreprises fédérales: Thomas Minder souhaite étendre l'application de son initiative. La commission des institutions politiques du Conseil des Etats lui a donné raison par 5 voix contre 3 et 4 abstentions.

Avec l'adoption en 2013 de l'initiative populaire de l'indépendant schaffhousois, l'octroi d'indemnités de départ aux membres de la direction et du conseil d'administration des sociétés cotées en bourse est interdit.

Le conseiller aux Etats regrette que les parachutes dorés restent possibles pour les cadres dirigeants de l'administration fédérale et des entreprises contrôlées par la Confédération. La commission estime aussi que cette différence de traitement ne se justifie pas, a-t-elle communiqué vendredi.

Selon Thomas Minder, au cours des quinze dernières années, des indemnités de départ ont été versées aux cadres dirigeants d'armasuisse, de l'armée, des offices fédéraux de la statistique, des migrations, du personnel, des constructions et de la logistique ainsi qu'à ceux de la suva, de Billag, de la SSR et de La Poste.

Thomas Minder estime que ces parachutes dorés doivent disparaître. Les rémunérations ordinaires de ces cadres sont déjà très élevées et dépassent souvent le salaire d'un conseiller fédéral. La commission du National doit encore se prononcer. (ats/nxp)

Créé: 12.10.2018, 16h43

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.