Les adoptions ne concernent que les enfants des partenaires

HomoparentalitéLes couples homosexuels devraient aussi pouvoir adopter. Le Conseil national s’est rallié mardi à cette idée par 113 voix contre 64. Mais il tenu à en limiter la portée: seuls les enfants des deux partenaires pourraient entrer en ligne de compte.

Illustration

Illustration Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La motion du Conseil des Etats à laquelle s’est rallié le National précise que tout adulte, quelque soit son état-civil ou son mode de vie, peut adopter l’enfant de son ou sa partenaire.

En la modifiant, la Chambre du peuple laisse deux possibilités aux sénateurs. Soit ils se rallient à cette proposition et le Conseil fédéral pourra proposer un projet, soit ils refusent de suivre et le dossier est enterré.

Du bout des lèvres

L’aval de la Chambre des cantons n’a été obtenu en mars que du bout des lèvres: 21 voix contre 19. La portée de la motion était toutefois plus large à ce stade puisqu’elle ne se limitait pas aux enfants des partenaires. Une telle solution, défendue au National par le PS, les Verts et les Vert’libéraux, n’a finalement pas été soumise au vote pour éviter d’apporter de l’eau au moulin des opposants.

La question d’accorder un droit d’adoption aux couples homosexuels a déjà fait grand bruit et la droite conservatrice a brandi sans attendre la menace d’un référendum. A la Chambre du peuple, les «non» émanaient de l’UDC ainsi que d’une partie du PDC et du PLR. Les opposants montés à la tribune n’ont pas lésiné sur les mots. Un papa, une maman

«Radicale et contre-nature»

«La nature a voulu qu’un enfant ait un papa et une maman, et pas deux papas ou deux mamans», a affirmé Christian Lüscher (PLR/GE) qualifiant la motion de «radicale et contre-nature». Pour Oskar Freysinger (UDC/VS), le binôme père-mère est un élément essentiel pour l’identification de l’enfant. «Comment tuer le père quand il n’y a plus de père du tout», a-t-il lancé.

Et de répondre à Antonio Hodgers (Verts/GE), orphelin d’un père victime de la dictature argentine, que «oui», il a un problème d’identité. Quant à Christoph Mörgeli (UDC/ZH), il est même allé jusqu’à demander sur Twitter quand la gauche demandera le droit d’adoption pour les animaux domestiques.

Pour le camp du «non», la solution, pour assurer des droits au peu d’enfants concernés, serait de passer un accord entre partenaires enregistrés devant le notaire. Et d’invoquer le respect de la votation de 2005: le peuple a accepté une loi sur le partenariat enregistré qui interdit aux couples homosexuels d’adopter.

Favorables à l’homoparentalité

Tous ces arguments n’ont pas eu raison de la détermination de la majorité. La situation a évolué depuis sept ans et les sondages affirment qu’une majorité des Suisses est favorable à l’homoparentalité, a noté Margret Kiener Nellen (PS/BE).

De plus en plus d’enfants, souvent issus d’une première relation hétérosexuelle, sont élevés par des couples de même sexe. On estime qu’ils sont entre 6000 et 20’000 en Suisse, a relevé Carlo Sommaruga (PS/GE), au nom de la commission. Et il n’existe aucune étude sérieuse prouvant que l’homoparentalité a des conséquences néfastes.

Vouloir en rester à la solution prévalant depuis sept ans crée des inégalités de traitement, a relevé Margret Kiener Nellen. Le droit helvétique n’empêche en effet pas, en principe, un gay ou une lesbienne non lié par un partenariat d’adopter. Et la Suisse reconnaît les adoptions faites à l’étranger.

En Europe c’est fait

Plusieurs pays européens comme la Belgique, le Danemark, l’Espagne, les Pays-Bas, la Suède, le Royaume-Uni, la Norvège, l’Allemagne et l’Islande ont d’ailleurs franchi le pas, de même que le Québec et plusieurs Etats américains. Et la France s’apprête à suivre.

Pour tous les orateurs de la majorité, le bien de l’enfant doit être au centre de la décision. Or, actuellement, le fait de ne pas pouvoir être adopté dans le cadre d’un couple homosexuel peut l’empêcher de faire valoir la même protection juridique que celle dont bénéficie la progéniture de couples mariés, en cas de succession par exemple.

Geste du Conseil fédéral

Reconnaissant le nécessité de légiférer en ce sens, la ministre de la justice Simonetta Sommaruga n’en a pas moins marché sur des oeufs en défendant la position du gouvernement. Celui-ci est opposé à une ouverture totale du droit à l’adoption pour les couples homosexuels.

Le Conseil fédéral n’en est pas moins disposé à faire un geste concernant les enfants nés d’une relation antérieure ou précédemment adoptés par une personne seule. Dans ces cas, le ou la partenaire du père ou de la mère devrait pouvoir les adopter. (ats/nxp)

Créé: 13.12.2012, 11h47

Articles en relation

L'homoparentalité divise les partis

Adoption Le Conseil national vote aujourd’hui sur une motion autorisant le membre d’un couple «pacsé» à adopter l’enfant de son partenaire. Réactions de Maria Roth Bernasconi (PS/GE) et de Yannick Buttet PDC/VS. Plus...

Le Conseil des Etats accepte l'adoption des couples homosexuels

Berne Par 21 voix contre 19, le Conseil des Etats a accordé mercredi le droit aux couples homosexuels d'adopter. Le Conseil National doit encore se prononcer. Plus...

«En Suisse, on fait face à un gros problème de mentalité»

Homosexualité Le Parlement se penchera en décembre sur la reconnaissance des familles homosexuelles. Mais, comme en France, où le débat sur le mariage gay fait rage, en Suisse, les couples de même sexe restent encore discriminés. Plus...

Pour Christophe Darbellay, «il faut un père et une mère»

Adoption Le président du PDC s'oppose une nouvelle fois à toute possibilité pour les homosexuels d'adopter un enfant, même celui de leur partenaire. Pour lui, le couple parental est nécessairement formé d'un homme et d'une femme. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ignazio Cassis semble avoir une longueur d'avance sur Isabelle Moret et Pierre Maudet dans la course au siège vacant au Conseil fédéral.
(Image: Bénédicte) Plus...