Affaire Sarkozy: la justice sur la brèche en 2014 déjà

SuisseUne perquisition avait eu lieu à Genève en 2015 pour une enquête sur le financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.

le financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.

le financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La justice suisse a été sollicitée en 2014 dans l'enquête sur le financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Une perquisition avait eu lieu à Genève en 2015. Et en décembre dernier, le Tribunal pénal fédéral (TPF) avait rejeté un recours contre la transmission à la justice française de documents dans le cadre de cette affaire.

En janvier 2014, une demande d'entraide judiciaire avait en effet été adressée à la justice suisse par le Tribunal de grande instance de Paris. Cette requête visait une personne domiciliée à Genève.

Le Ministère public du canton de Genève était entré en matière sur la demande française ainsi que sur une demande complémentaire déposée début 2015. En mars 2015, des perquisitions ont été menées dans l'appartement du recourant, dans l'une de ses villas ainsi que dans une société installée dans le canton de Genève. Des pièces jugées importantes pour l'enquête ont été séquestrées.

Jusqu'au TPF

Invité à deux reprises à se prononcer sur la transmission de ces pièces, l'intéressé n'a pas réagi. En revanche, il a recouru contre l'ordonnance clôturant la procédure et aboutissant à la remise des pièces aux autorités françaises. Le recourant a invoqué la violation multiple de son droit d'être entendu, le comportement des agents français durant les perquisitions et une atteinte au principe de la proportionnalité.

Dans un arrêt rendu le 23 octobre et publié le 27 décembre 2017, le Tribunal pénal fédéral estime que le Ministère public genevois aurait dû remettre la première demande d'entraide au recourant. La décision d'entrée en matière qui lui a été communiquée était trop succincte pour que celui-ci puisse saisir le contexte de la demande française et le rôle qu'il était censé y jouer.

Cette violation a été cependant corrigée par le dossier complet reçu par le recourant lors de la présente démarche devant le TPF. La cour n'a pas suivi non plus l'intéressé qui avançait que, faute de communication de la demande d'entraide, il n'avait pas pu s'exprimer sur les pièces à la France. (ats/nxp)

Créé: 21.03.2018, 11h20

Galerie photo

France: les affaires de Nicolas Sarkozy

France: les affaires de Nicolas Sarkozy L'ancien chef de l'Etat français est au cente de plussieurs affaires: Liliane Bettencourt, Bygmalion, financement par la Libye de la campagne présidentielle de 2007.

Articles en relation

Sarkozy entame son 2e jour de garde à vue

Fonds libyens L'ex-président français va commencer son deuxième jour de garde à vue pour des soupçons de financement libyen pendant la campagne de 2007. Plus...

L'affaire des fonds libyens, c'est quoi?

Sarkozy en garde à vue L'ancien président français Nicolas Sarkozy a été placé mardi en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur le financement libyen de la campagne de 2007. Explications. Plus...

Nicolas Sarkozy placé en garde à vue

Financement libyen L’ex-président est entendu sur les soupçons de financement illicite de sa campagne victorieuse de 2007. Plus...

Un proche de Sarkozy remis en détention

Angleterre Personnage-clé dans l'enquête sur des soupçons de financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy, Alexandre Djouhri est en détention provisoire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.