Passer au contenu principal

L'agonie des glaciers devient un instrument politique

Une initiative populaire en cours d'élaboration veut bannir les énergies fossiles d'ici 2050. Intitulée "protéger les glaciers" elle s'approprie un symbole suisse.

Le recul des glaciers en Suisse, c’est notre ours polaire à la dérive sur la banquise. Plus qu’une manifestation géologique, c’est une preuve tangible du réchauffement climatique. Et comme tout symbole, il est propice à devenir un objet politique. C’est le cas d’une initiative populaire en préparation, révélait lundi le «Tages-Anzeiger». Le texte vise à interdire en Suisse l’utilisation d’énergies fossiles d’ici à 2050. Son nom? L’initiative «Pour la protection des glaciers». «Le titre est encore provisoire», sourit Marcel Hänggi, l’homme à l’origine de ce combat. Journaliste indépendant à Zurich, il concède toutefois que l’appellation «fait référence à quelque chose de très émotionnel pour un enjeu en réalité beaucoup plus large». Aidé par les associations environnementales Greenpeace et le WWF, il s’est décidé à passer à l’action peu après la ratification de l’Accord de Paris sur le climat en 2015. Un texte qu’il juge insuffisamment contraignant (lire encadré).

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.