L’aide suisse au tiers-monde n’augmentera pas

Le National a accepté que le budget de la coopération internationale soit fixé à 0,48% du PIB en 2017-2020.

Laurent Wehrli (PLR/VD), membre de la Commission de la politique extérieure: «Le choix de la stabilité est un bon message adressé à l'extérieur du pays.»

Laurent Wehrli (PLR/VD), membre de la Commission de la politique extérieure: «Le choix de la stabilité est un bon message adressé à l'extérieur du pays.» Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La bataille fut rude. D’un côté, les représentants de l’aile droite du Conseil national voulaient rogner les moyens alloués pour les quatre années à venir par la Suisse à la coopération internationale, qui comprend l’aide au développement. De l’autre côté de l’hémicycle, on prétendait au contraire dépenser plus que ce que proposait le Conseil fédéral afin d’atteindre par paliers le seuil de 0,7% du revenu national brut (RNB). Un taux que la Suisse s’est elle-même engagée à atteindre dans une intervention auprès des Nations Unies.

La Chambre du peuple a finalement suivi le gouvernement, à une faible majorité (98 voix contre 93), en acceptant que cette aide représente 0,48% du RNB entre 2017 et 2020. La même proportion qu’aujourd’hui, mais moins qu’en 2015, où elle était de 0,5%. En chiffres absolus, l’enveloppe pour la période 2017-2020 atteindra ainsi quelque 11,1 milliards de francs. Soit 92 centimes par habitant et par jour en Suisse.

L'UDC serre les cordons de la bourse

Les groupes PDC et UDC ont tenté de renvoyer au Conseil fédéral le projet défendu par le ministre PLR des Affaires étrangères, Didier Burkhalter. Les démocrates-chrétiens jugeaient que les 400 pages de la proposition gouvernementale ne montraient pas dans quels domaines la Confédération allait poser des priorités. Les UDC, eux, estimaient que la situation des finances fédérales, notamment en raison de l’augmentation des coûts de l’asile, ne permettait pas de se montrer aussi généreux.

Lors du vote sur cette proposition de renvoi, une partie des troupes PDC n’a pas suivi l’avis de sa direction et s’est abstenue ou a voté contre. Les membres PLR de l’assemblée ont aussi dit non, tout comme la gauche et les écologistes. «On voit qu’une certaine aile du PDC veut profiler le parti à droite, mais ça n’a pas réussi aujourd’hui», analyse un membre de ce groupe qui désire rester anonyme.

«On voit qu’une certaine aile du PDC veut profiler le parti à droite, mais ça n’a pas réussi aujourd’hui»

«La majorité de la commission a soutenu le taux de 0,48%, celui du Conseil fédéral, alors que mon groupe voulait qu’on s’en tienne à 0,45% du RNB, commente pour sa part le PLR vaudois Laurent Wehrli, membre de la Commission de politique extérieure. Je pense que le choix de la stabilité est un bon message adressé à l’extérieur du pays. Pour moi, à long terme, le 0,7% reste un objectif, mais on ne peut pas ne pas tenir compte de la situation financière, et c’est ce qu’a fait le Conseil fédéral.»

Il rappelle qu’il s’agit d’un pourcentage, et que si le RNB baisse, ce qui est probable pour ces prochaines années, le chiffre absolu le fera aussi. Par ailleurs, lors de la discussion du prochain budget, des changements sont encore possibles.

Générosité socialiste

Le Parti socialiste regrette quant à lui que la Suisse reste «en deçà de ses possibilités et de ses engagements», mais souligne que «des coupes massives» dans l’aide au développement et à la coopération ont pu être évitées. «A mon sens, les cantons et les communes doivent aussi investir ou continuer à investir dans ce domaine, pour qu’on incite la Confédération à atteindre ce fameux 0,7%, déclare Manuel Tornare (PS/GE). N’oublions pas qu’un franc investi dans les pays concernés a nettement plus d’effets qu’un franc dépensé ici en Suisse.» Le Conseil des Etats doit encore se saisir de cet objet. (24 heures)

Créé: 02.06.2016, 21h58

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.