Alain Berset appelle à une réforme de l'OMS

Pour répondre aux urgences, l'organisation devra également coopérer avec les acteurs non étatiques, estime le conseiller fédéral.

Alain Berset a ouvert l'Assemblée mondiale de la santé lundi à Genève.

Alain Berset a ouvert l'Assemblée mondiale de la santé lundi à Genève. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'OMS doit étendre son rôle face aux urgences comme Zika ou la crise des migrants. En ouvrant l'Assemblée mondiale de la santé lundi à Genève, Alain Berset a appelé les Etats à finaliser la réforme de l'organisation.

Face aux urgences humanitaires, «renforçons les synergies» entre tous les acteurs de ce secteur, du développement et de la santé, a affirmé le conseiller fédéral. Il demande un programme unifié pour répondre à ces situations et aux urgences sanitaires. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait été ciblée pour son manque d'action contre Ebola, avant d'entamer une réforme qui doit la rendre plus opérationnelle.

Mais le conseiller fédéral souhaite que l'organisation soit «forte et unie» aussi sur d'autres fronts. Comme la résistance antimicrobienne, les maladies non transmissibles, la santé mentale, la santé et les droits sexuels et reproductifs, la lutte contre le sida ou le développement de produits médicaux.

Pour atteindre les attentes en matière de santé dans les 17 Objectifs de développement durable (ODD), il faudra par ailleurs un cadre de coopération avec les acteurs non étatiques, estime M. Berset. Des partenariats dans le domaine de la santé mais aussi dans d'autres.

Rencontre sur la drogue

Tous les Etats sont concernés par les ODD, «plus uniquement ceux à moyen ou faible revenus», a dit le chef du Département fédéral de l'intérieur (DFI). Ces ODD constituent le thème principal cette année de l'Assemblée mondiale de la santé, prévue jusqu'à samedi.

Parmi les discours attendus, la cheffe des négociations climatiques pour l'ONU Christiana Figueres doit s'exprimer mardi. La Suisse veut de son côté pousser notamment pour un plan d'action en 2017 contre la démence.

Outre plusieurs rencontres bilatérales, M. Berset doit encore se pencher avec ses homologues sur la politique contre les drogues, un mois après la session spéciale de l'Assemblée générale de l'ONU à New York. Berne avait défendu son approche liée à la prévention, la thérapie, la réduction des risques et la répression. (ats/nxp)

Créé: 23.05.2016, 10h23

Articles en relation

Alain Berset a défendu une AVS forte à Aarau

1er mai Simonetta Sommaruga s'est de son côté rendue à la clinique gynécologique de l'hôpital cantonal de Winterthour (ZH). Plus...

Berset: pas de hausse automatique de l'âge de la retraite

Prévoyance sociale Le ministre des affaires sociales a averti que le Parlement ne devait pas introduire un frein à l'endettement avec une augmentation automatique de l'âge de la retraite à 67 ans. Plus...

Alain Berset parle drogue à New York

Etats-Unis Le chef du Département fédéral de l'intérieur a défendu la politique des «quatre piliers» lors de la session extraordinaire de l'ONU. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.