Angela Merkel insiste sur la réforme de l'OMS

SantéLa chancelière allemande Angela Merkel a tiré les leçons de la crise de l'Ebola devant quelque 3000 délégués de près de 180 pays venus à Genève pour l'Assemblée mondiale de la santé.

Alain Berset et Angela Merkel ont ouvert l'Assemblée mondiale de la santé, au siège de l'OMS à Genève.

Alain Berset et Angela Merkel ont ouvert l'Assemblée mondiale de la santé, au siège de l'OMS à Genève.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La chancelière allemande Angela Merkel a insisté lundi à Genève sur la nécessité de réformer l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Elle a détaillé les objectifs de la présidence allemande du G7 dans le domaine de la santé.

Angela Merkel a tiré les leçons de la crise de l'Ebola devant quelque 3000 délégués de près de 180 pays venus à Genève pour l'Assemblée mondiale de la santé. Si l'OMS a «un rôle primordial» et «une légitimité politique universelle en matière de santé», «il faut rendre ses structures plus efficaces», a-t-elle déclaré.

Angela Merkel a en particulier critiqué la coexistence de 150 bureaux, de six bureaux régionaux en plus du siège genevois de l'OMS. «La décentralisation débouche souvent sur l'incapacité d'agir», a affirmé sans ambages la chancelière.

Elle a plaidé pour «une structure de commandement claire». La directrice générale de l'OMS Margaret Chan a été souvent critiquée pour avoir décrété seulement le 8 août dernier une urgence sanitaire internationale alors que l'épidémie d'Ebola se propageait hors de contrôle en Afrique de l'Ouest depuis plusieurs mois.

Outre l'épidémie d'Ebola, Angela Merkel a évoqué le renforcement de la lutte contre les maladies tropicales négligées et la résistance croissante aux antibiotiques, ses priorités pour le G7. Elle a rencontré Margaret Chan et pris part à un débat sur le renforcement des systèmes de santé dans les pays en développement.

Berset en ouverture

Le conseiller fédéral Alain Berset avait ouvert ce lundi matin, au nom des autorités suisses, l'Assemblée mondiale de la santé.

«Cette année encore, les systèmes de santé ont été mis à rude épreuve. L'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest nous a profondément marqués. Epidémies, conflits armés, crise économique, changements climatiques, nouveaux défis: autant de situations qui poussent nos systèmes de santé à leurs limites et testent leur capacité de résistance», a déclaré Alain Berset dans son discours de bienvenue.

Le renforcement des systèmes de santé en vue d'une couverture sanitaire universelle fait partie des priorités de la Suisse dans sa coopération internationale en matière de santé, a souligné le conseiller fédéral. La Suisse soutient l'objectif santé des nouveaux objectifs de développement durable que l'ONU doit adopter en septembre, a-t-il précisé.

«En ces temps marqués par Ebola et tant d'autres crises, nous devons soutenir l'OMS plus que jamais. L'OMS doit pouvoir pleinement assumer son rôle en matière d'épidémies, d'urgences humanitaires et, plus généralement, de sécurité sanitaire mondiale», a affirmé encore Alain Berset. (ats/nxp)

Créé: 18.05.2015, 14h32

Articles en relation

Ebola: l'OMS a réagi trop tardivement

Epidémie Dans un rapport publié lundi, un groupe d'experts indépendant dénonce le retard et les défaillances de l'OMS dans sa réponse à l’épidémie d'Ebola. Plus...

L'OMS s'inquiète de la montée de l'obésité en Europe

Santé Les projections de l'OMS suggèrent que l'obésité affectera une part croissante de la population mondiale, particulièrement en Irlande. Plus...

Le Libéria est sorti de l'épidémie, selon l'OMS

Virus La fin de l'épidémie est déclarée après 42 jours de surveillance - deux fois la durée maximale d'incubation du virus - sans aucun nouveau cas enregistré, selon les directives de l'OMS. Plus...

La tragédie sanitaire en Syrie préoccupe l'OMS

Guerre Quatre ans de guerre ont conduit la Syrie à une situation sanitaire «très préoccupante». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.