Alain Berset, futur ministre des Affaires étrangères?

Rocade au Conseil fédéralLe timing de la démission Burkhalter est idéal pour le chef du Département de l’Intérieur. A moins que Leuthard ne crée la surprise. Analyse

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Avec le retrait de Didier Burkhalter du Département des Affaires étrangères, tout le monde a le regard tourné sur les papables PLR à la succession. Mais il y a un autre match qui va se dérouler dans le plus grand secret: celui des rocades au sein du Conseil fédéral. Le départ d’un des sept sages permet en effet aux six autres de revendiquer le Département laissé vacant.

A lire: La succession Burkhalter se jouera entre Latins

Un conseiller fédéral est sans doute dans les startings blocks pour changer de Département: le socialiste Alain Berset, chef du Département de l’Intérieur. En 2011, il avait raté le coche. Lorsqu’il a succédé à la Genevoise Micheline Calmy-Rey, on le voyait naturellement avec son entregent reprendre le fauteuil laissé vide aux Affaires étrangères.

La guerre éclair de Burkhalter

C’était sans compter le Blitzkrieg de Didier Burkhalter. Celui-ci, alors chef du Département de l’Intérieur, lançait son OPA sur les Affaires étrangères en s’assurant la majorité des voix du Conseil fédéral. A l’époque, il lui a été beaucoup reproché de fuir ses responsabilités sur le dossier de la santé et des assurances sociales où son bilan était très maigre.

Alain Berset, lui, n’a pas pareil handicap. Au contraire, il jouit d’un timing idéal. Son grand oeuvre, la réforme des assurances sociales avec Prévoyance 2020, passera devant les urnes le 24 septembre, juste avant le départ de Burkhalter fixé lui au 31 octobre. Dans les deux cas Berset joue gagnant. Si Prévoyance 2020 est acceptée, il peut quitter son Département de l’Intérieur avec la satisfaction du devoir accompli. S’il perd dans les urnes, il peut arguer que le Département de l’Intérieur a besoin d’un changement de tête pour relancer la machine.

Au Affaires étrangères, le Fribourgeois se sentira comme un poisson dans l'eau. Le Département demeure un bastion socialiste où les Romands aussi sont très présents. C'est dû aux nombreux ministres Romands (Felber, Aubert, Calmy-Rey) qui s'y sont succédé. A l'aise sur le parquet international, Berset n'aura aucun mal à endosser l'uniforme de super diplomate.

Leuthard et Sommaruga en embuscade

Berset est-il assuré de pouvoir mettre la main sur les Affaires étrangères? Non. Tout dépend de ce que feront les femmes. Et notamment la conseillère fédérale Doris Leuthard. La présidente de la Confédération, couverte de louanges après plus de 10 ans de pouvoir, pourrait se fixer un nouveau défi après son succès sur le tournant énergétique: sortir la Suisse du bourbier européen. Cela lui permettrait au passage de prolonger au minimum de 4 ans son mandat au Conseil fédéral sans être accusée de s’incruster.

Si Leuthard se lance, les chances de Berset se réduiront comme peau de chagrin car la droite la soutiendra. A moins qu’un Guy Parmelin trouble le jeu. Le chef du Département de la sécurité pourrait être tenté de reprendre le Département de l’intérieur, lui qui était le spécialiste romand de l’UDC sur la santé et les assurances sociales. Dans ce cas, pas exclu qu’il donne un coup de main à Berset pour aller aux Affaires étrangères.

Alain Berset doit aussi surveiller sa gauche. Simonetta Sommaruga, cheffe de Justice et police, pourrait aussi revendiquer le Département des Affaires étrangères. Elle donne l’impression de s’assécher sur les questions pesantes de migration et de sécurité. Un changement lui ferait du bien. Son entregent et son expérience en font une candidate sérieuse même si elle crispe davantage la droite que Berset sur la question européenne.

Ceux qui ne bougeront pas

Y aura-t-il d’autres rocades? A priori, on ne voit pas du tout Ueli Maurer bouger du Département fédéral des finances qu’il a repris il y a un peu plus d’un an. Même chose pour Johann Schneider-Amman qui, lui, apparaît en bout de course à l’Economie. L’imaginer au Département des affaires étrangères tient du cauchemar tant il est un piètre orateur.

Créé: 15.06.2017, 11h12

Articles en relation

La succession Burkhalter se jouera entre Latins

Conseil fédéral Le Tessinois Ignazio Cassis part favori face aux Romands qui ont déjà deux sièges. Les Alémaniques se réservent pour le départ de Schneider-Ammann. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.