Alain Berset visite le camp de réfugiés de Kakuma

KenyaLa majorité des réfugiés vivant dans le camp de Kakuma au nord du Kenya viennent du Soudan du Sud, mais 19 nationalités y sont représentées.

Alain Berset a visité une école dans le camp de réfugiés de Kakuma.

Alain Berset a visité une école dans le camp de réfugiés de Kakuma.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Au deuxième jour de sa visite officielle au Kenya, le président de la Confédération Alain Berset s'est rendu dans le camp de réfugiés de Kakuma. Il a notamment visité deux projets de formation soutenus par la Suisse, qui lui ont fait forte impression.

Le fait que des formations, professionnelles et académiques, soient fournies aux réfugiés en plus de l'aide humanitaire a impressionné M. Berset. La prise en compte de la population locale dans ces projets a également retenu l'attention du président, a expliqué sa porte-parole Nicole Lamon à Keystone-ATS.

L'un des projets propose des cours de formation professionnelle dans plusieurs domaines, dont la boulangerie ou la mécanique. L'autre, dans lequel l'Université de Genève est impliquée, offre un enseignement académique à distance.

Etant donné que les réfugiés passent de longues périodes dans ce camp, il s'agit d'améliorer leurs perspectives. De plus, quand ils pourront rentrer dans leur pays, ils seront plus à même d'y contribuer à la reconstruction, relève Séverine Weber, directrice régionale de la Direction du développement et de la coopération (DDC) pour la Corne de l'Afrique, interrogée par Keystone-ATS.

La majorité des réfugiés vivant dans le camp de Kakuma viennent du Soudan du Sud, précise-t-elle. Toutefois, 19 nationalités sont représentées. Situé dans le nord du Kenya, le camp existe depuis 25 ans. Selon le site internet du Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR), il abrite plus de 185'000 personnes. En moyenne, les réfugiés restent dix-sept ans dans un camp, selon l'organisation onusienne.

Restitution d'avoirs bloqués

La visite du camp de Kakuma conclut le voyage officiel de deux jours du président de la Confédération au Kenya. La veille, il a été reçu par son homologue Uhuru Kenyatta. Les deux dirigeants ont relevé le fort potentiel que présente une collaboration plus étroite entre les deux pays, avait indiqué le Département fédéral de l'intérieur (DFI) dans un communiqué. Ils se sont aussi entretenus de la lutte contre la corruption, la santé publique et des questions internationales.

Une déclaration d?intention visant à la restitution des valeurs patrimoniales d?origine illicite a été signée en présence des deux présidents. Elle fixe les principes selon lesquels la Suisse pourra restituer au Kenya des avoirs acquis illicitement. Le Royaume-uni et l'île anglo-normande de Jersey s?associeront aussi à cette déclaration d'intention. (ats/nxp)

Créé: 10.07.2018, 18h24

Articles en relation

Alain Berset reçu par son homologue kényan

Visite d'Etat Le président de la Confédération a été reçu au Kenya lundi pour une visite officielle de deux jours. Uhuru Kenyatta a annoncé l'ouverture cette année d'une ambassade kényane à Berne. Plus...

Les plans de vacances d'Alain Berset

Suisse Le président de la Confédération fera une balade avec des citoyens en terres fribourgeoises. Les autres conseillers fédéraux restent discrets sur leurs projets. Plus...

Alain Berset à l'Iran: «Vous pouvez compter sur nous»

Suisse Le président de la Confédération a réaffirmé le plein soutien de la Suisse à l'accord sur le programme nucléaire iranien. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.