Albert Rösti accuse la SSR de la débâcle de l'UDC

SuisseLe président de l'UDC considère que la SSR est responsable de la lourde défaite de son parti dans le canton de Zurich le week-end passé. Il menace de s'en prendre à la redevance.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'UDC a subi de lourdes pertes aux élections cantonales zurichoises du week-end dernier. Elle a cédé 9 fauteuils de députés et régressé à 45 sièges. Du jamais vu en terres zurichoises. Le parti a en outre enchaîné les pertes électorales ces dernières années dans différents cantons. Autant de faits qui font réagir le président Albert Rösti qui analyse la défaite mardi dans le «Tages-Anzeiger».

Selon lui, trois facteurs expliquent la débâcle de l'UDC. Il y a d’abord le fait que les gens vont bien et que la réduction des impôts et de la bureaucratie, qui faisaient partie des thèmes électoraux du parti, ne les a pas concernés. Par ailleurs, le parti n'a pas su amener aux urnes ses électeurs frustrés par l'échec de la mise en œuvre de l'initiative d'immigration de masse. Et surtout le débat sur le climat ces dernières semaines a pris toute la place, selon lui. Ce qui le fâche tout rouge.

Propagande sans précédent de la SSR

Albert Rösti critique ainsi vertement la SSR. «C'est bien qu'une foule de gymnasiens s'engagent politiquement. Mais notre télévision d'Etat a fait de la grève du climat une bataille de propagande sans précédent», proteste-t-il. Ces deux dernières semaines, il y avait pratiquement tous les jours des émissions sur ce sujet, affirme-t-il. Du coup, le président de l'UDC s'en prend à la redevance radio-TV. «Il semble qu'une initiative visant à réduire de moitié les redevances soit désormais nécessaire pour remettre la SSR sur les rails», menace-t-il.

Et le Bernois revient à la charge: «Cette campagne totalement inappropriée et disproportionnée sur le climat nous a fait beaucoup de mal, à nous et aux autres citoyens», estime-t-il. Et de citer en exemple la Vert'libérale Tiana Moser. «Je trouve dramatique qu'elle soit interrogée par la SF pendant 40 minutes trois jours avant les élections. »

Et Albert Rösti se refuse à positionner son parti sur le climat. «Au lieu de nous concentrer sur le climat, nous nous concentrons sur des questions qui préoccupent beaucoup plus la population à long terme. Cela signifie l'asile, l'immigration, l'UE», explique-t-il notamment. Et de conclure en affirmant que l'UDC vise toujours l'objectif de 29,4% des suffrages cet automne.

Créé: 26.03.2019, 13h59

Articles en relation

«L’angoisse climatique est une invention des médias»

Interview La défaite cuisante de l’UDC à Zurich présage-t-elle de mauvais résultats en Romandie? Oskar Freysinger assure que non. Plus...

Les cinq leçons de Zurich pour les élections fédérales

Politique À 6 mois des élections fédérales, les élections cantonales depuis 2015 donnent des enseignements précieux. Analyse Plus...

Une déferlante verte s'abat sur le canton de Zürich

Politique À sept mois des élections fédérales, les écologistes réalisent un carton au Parlement zurichois et l’UDC est giflée. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.