Passer au contenu principal

Les risques de crues augmentent à travers la Suisse

Les risques d'inondations s'aggravent au Tessin, en Valais et sur le Jura. Des perturbations du trafic ferroviaire sont à signaler dans les cantons de Berne et Lucerne.

En attendant de nouveaux orages dimanche, l'Office fédéral de l'environnement parle d'une «phase de détente provisoire». (En photo, le Haut-Emmental bernois panse ses plaies). Jeudi 31 juillet 2014).
En attendant de nouveaux orages dimanche, l'Office fédéral de l'environnement parle d'une «phase de détente provisoire». (En photo, le Haut-Emmental bernois panse ses plaies). Jeudi 31 juillet 2014).
Keystone
Accalmie en vu.  Les autorités poursuivent néanmoins la surveillance des niveaux des cours d'eau et des lacs, notamment dans le canton de Berne, pour le lac de Constance et localement au Tessin.(Mercredi 30 juillet 2014)
Accalmie en vu. Les autorités poursuivent néanmoins la surveillance des niveaux des cours d'eau et des lacs, notamment dans le canton de Berne, pour le lac de Constance et localement au Tessin.(Mercredi 30 juillet 2014)
Keystone
Le haut Emmental a été fortement touché par les intempéries.
Le haut Emmental a été fortement touché par les intempéries.
Keystone
1 / 36

Les risques de crues sont en augmentation, avertit la Confédération. Suite aux abondantes précipitations du mois de juillet, le niveau des cours d'eau et des lacs est en effet élevé. Lundi, la situation s'est aggravée dans certaines régions suite à de nouvelles précipitations. Des perturbations du trafic ferroviaire sont à signaler dans les cantons de Berne et Lucerne.

Les quantités s'annoncent importantes au Tessin, en Valais, sur le Jura et dans les parties occidentale et centrale du versant nord des Alpes, a indiqué lundi l'Office fédéral de l'environnement (OFEV). Les précipitations devraient atteindre entre 50 et 80 litres par mètre carré. L'alerte aux crues a désormais été étendue au Tessin et au Jura. Des risques de glissements de terrain existent également.

L'OFEV observe et évalue la situation en continu. Il est en contact étroit avec les autorités cantonales, qui collaborent elles-mêmes avec les communes pour prendre des mesures préventives.

Trafic ferroviaire perturbé

Déjà la région la plus touchée depuis jeudi dernier, l'Emmental (BE) a été à nouveau la cible d'un orage lundi après-midi. Les services de secours avaient reçu en début de soirée 90 appels, a indiqué la police cantonale bernoise.

Plusieurs routes ont été inondées et la voie de chemin de fer entre Emmenmatt et Konolfingen sur la ligne Lucerne-Berne a été interrompue en début de soirée. Des bus sont prévus pour assurer le service, a annoncé Railinfo.

Par ailleurs, le trafic sur la ligne Lucerne - Olten (SO) était fortement limité. Lundi en début de soirée, les voyageurs devaient compter avec des annulations et des retards, selon les CFF. Les trains au départ de Bâle en direction du Tessin sont détournés, et sur la ligne Genève - Lucerne, les trains sont supprimés entre Sursee (LU) et Lucerne.

Egalement dans le canton de Lucerne, les services de secours avaient reçu lundi en début de soirée une centaine d'appels après le passage d'un violent orage entre 16h45 et 17h30. Les pompiers sont mobilisés dans de nombreuses communes. La police signale des caves inondées, des ruisseaux qui débordent et des routes sous les eaux.

Inondations à Berne

La population de l'Emmental subit ce régime-là depuis jeudi passé. Durant le week-end et la journée de lundi, les habitants et les services spécialisés ont continué à évacuer graviers, boues, branchages et troncs qui obstruent plusieurs cours d'eau. Le but est que l'eau puisse s'écouler le mieux possible en cas de nouvelles précipitations.

L'armée est également dans le coup dans la région pour apporter ses moyens logistiques et humains. Dès que les conditions météorologiques permettront d'intervenir sans danger, la troupe aménagera une route d'accès et construira un pont de fortune sur l'Emme, à Bumbach, ainsi que, dans la foulée, deux ponts piétonniers à Eggiwil, indique le Département fédéral de la défense lundi dans un communiqué.

A Berne, dans le quartier de la Matte qui est sujet aux inondations provoquées par l'Aar, des mesures préventives ont à nouveau été prises lundi. Comme la semaine passée déjà, ses habitants ont reçu un avertissement par SMS, ont indiqué les pompiers. Des barrages et des pompes ont été mis en place.

Descente du Rhin perturbée

Les intempéries et la montée des eaux perturbent aussi la tentative d'exploit du Grison Ernst Bromeis, qui est parti il y a trois semaines pour descendre le Rhin à la nage. Alors qu'il a déjà parcouru 505 kilomètres, il a dû interrompre provisoirement son périple lundi à Iffezheim, en Allemagne, en raison d'une interdiction de nager dans le fleuve due à la montée des eaux.

Le Rhin n'est d'ailleurs pas interdit qu'à la nage. Comme dans l'Aar et dans plusieurs lacs de Suisse, la navigation y est également proscrite.

Un autre nageur, un professeur de chimie allemand, s'est lancé à son tour lundi dans une descente du Rhin. Andreas Fath veut parcourir les 1230 km en 25 étapes, à raison de 49 km par étape en moyenne. Un objectif très ambitieux face aux 22 km quotidiens réalisés par le Suisse depuis le 7 juillet dernier.

La descente du Rhin à la nage n'a été réalisée que par un seul homme, en 1969. L'Allemand Klaus Pechstein n'était alors parti que d'Ilanz (GR), la première ville traversée par le Rhin, à 57 km en aval de la source du fleuve. Les deux tentatives en cours sont, elles, parties du Tomasee, lac grison situé à proximité du col de l'Oberalp, considéré comme la source du Rhin.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.