«Nous avons des alternatives moins chères que le nucléaire»

Stratégie énergétiqueSelon les Verts, malgré la décision de Berne d'abandonner les centrales nucléaires, l'atome n'est pas près de disparaître en Suisse. Le point avec la coprésidente du parti, la Vaudoise Adèle Thorens.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les Verts ne sont pas près de retirer leur initiative populaire «Sortir du nucléaire». Les délibérations de la commission de l'énergie du Conseil national ont convaincu le parti de tenir bon. Au fil des délibérations sur la stratégie énergétique 2050, l'abandon progressif de l'atome s'est perdu en cours de route, selon eux. On fait le point avec la coprésidente des Verts Adèle Thorens:

24 heures: La Suisse devait avoir un projet de loi qui programmait la sortie du nucléaire. Au final, vous dites que ce projet c’est aujourd’hui comment prolonger la durée de vie des centrales…

Adèle Thorens: Avant la catastrophe nucléaire de Fukushima, les exploitants des centrales planifiaient eux-mêmes leur durée de vie à 40-50 ans. Au-delà, disaient-ils, elles devenaient dangereuses et trop chères à entretenir et il valait mieux en construire des nouvelles. Après le drame au Japon, tous les partis ont dit qu'il fallait sortir du nucléaire, sauf l'UDC, et le Conseil fédéral a décidé de ne plus octroyer d'autorisations pour construire de nouvelles centrales. On s'est alors mis au travail avec la stratégie énergétique 2050. Et aujourd'hui, celle-ci indique simplement comment formaliser la prolongation de la durée de vie de ces exploitations! Sans évoquer de date-limite. On pourra utiliser des centrales vieilles de 50 ans, voire 60. Ce que n'avaient jamais imaginé les exploitants eux-mêmes.

Mais il y a quand même beaucoup de progrès dans cette loi. On en fait ainsi bien plus aujourd’hui en matière d'énergies renouvelables...

C’est vrai. Il y a quelques progrès, notamment une accélération des procédures pour la mise en place des nouvelles exploitations d’énergies renouvelables. Des compromis ont aussi été trouvés entre les énergies vertes et le paysage. Des avancées ont également eu lieu en matière de protection du climat. Mais le développement des énergies renouvelables est largement insuffisant, tout comme les objectifs fixés. Ceux-ci ne correspondent même pas à ceux de l'Union européenne pour 2020. En outre, ils seront dépassés quand la loi entrera en vigueur. Actuellement, l’objectif pour 2020 correspond à un ralentissement des énergies renouvelables dans notre pays, si on compare avec leur développement ces dernières années. Ce n’est donc pas une stratégie audacieuse et claire pour la promotion du renouvelable.

Vous maintenez votre décision de maintenir votre initiative pour sortir du nucléaire. Ce qui ne tombe pas plus mal en vue des élections fédérales de 2015.

On ne nous fera probablement pas le cadeau de nous laisser voter sur cette initiative avant les élections ! Elle aura lieu probablement en 2016 seulement. Ce qui est clair, c'est que le seul projet qui reste sur la table pour sortir du nucléaire aujourd'hui, c'est notre initiative qui demande l'arrêt des centrales après 45 ans de durée de vie. Abandonner l'atome n'est effectivement pas un thème nouveau pour les Verts. Mais notre but est de faire avancer nos dossiers. Nous aurions très bien pu vivre ces élections sans notre initiative, si on avait eu un bon projet de stratégie énergétique. Malheureusement, ce n'est pas le cas. Nous continuerons donc de nous battre avec des instruments d'opposition.

Les exploitants des centrales devront dépenser toujours plus pour les maintenir en vie. C'est ainsi l'exploitant qui a décidé de fermer Mühleberg. N'espérez-vous pas que les centrales se fermeront toutes seules de cette manière-là?

On peut l'espérer. Mais combien de temps cela prendra-t-il jusqu’à ce que les exploitants fassent cette réflexion ? Et combien de centaines de millions de francs, voire de milliards de francs seront dépensés pour la mise à jour de ces centrales? Au détriment des investissements dans le domaine du renouvelable. Un simple exemple: la vieille centrale de Beznau, la plus vieille encore en fonction actuellement, l’exploitant est sur le point de dépenser 700 millions pour la retaper et prolonger sa durée de vie.

Finalement, ne ferait-on pas mieux de laisser construire de nouvelles centrales, plus sûres, plus propres, avec des technologies modernes pour permettre de fermer les anciennes dangereuses?

Ce serait absurde. Ce serait dire que nous n’avons pas d’autres alternatives! Or nous avons des alternatives, moins chères, disponibles sur le marché et technologiquement au point. Ce sont les énergies renouvelables. Pourquoi construire de nouvelles centrales nucléaires, qui restent dangereuses, qui continuent à produire des déchets, alors qu’on a une solution toute simple à portée de main? On voit actuellement un grand engouement pour ces énergies. Des dizaines de milliers de projets attendent un soutien dans les tiroirs de la Confédération. Si on donne suite à tous ces projets, on économiserait déjà l’équivalent de l’énergie produite par les trois plus vieilles centrales, Beznau I, Beznau II et Mühleberg.

(nxp)

Créé: 28.10.2014, 16h13

Articles en relation

Les Verts maintiennent leur initiative pour sortir du nucléaire

Stratégie énergétique Le bilan de la stratégie énergétique 2050 de la Suisse est plus que mitigé pour les Verts. Ceux-ci constatent que la catastrophe de Fukushima est oubliée et veulent maintenir la pression pour sortir de l'atome. Plus...

Les trous de perçage découverts à Leibstadt datent de 2008

Centrale nucléaire Les trous découverts lors d'une récente inspection ont été percés en 2008 dans l'enceinte de confinement primaire du réacteur nucléaire de Leibstadt (AG). Plus...

La centrale de Gösgen redémarre

Nucléaire La production d'électricité a repris mardi à la centrale nucléaire de Gösgen dans le canton de Soleure après sa révision annuelle d'un mois. Plus...

Les centrales nucléaires exploitées encore 60 ans?

Suisse Les centrales de Beznau et de Mühleberg ont plus de 40 ans. La sécurité de l'exploitation à long terme a été contrôlée «en détail». Plus...

L'approvisionnement en électricité est garanti jusqu'en 2025

Energie La sécurité de l'approvisionnement est garantie jusqu'en 2025, selon la Commission fédérale de l'électricité (ElCom), l'autorité indépendante de surveillance dans ce domaine. Plus...

Galerie photo

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.