L’amendement de Via sicura choque les milieux de la prévention

RoutesTests plus tardifs pour les conducteurs âgés, vente d’alcool sur l’autoroute: le Parlement néglige-t-il la sécurité routière?

Les automobilistes devraient pouvoir acheter de l'alcool sur les aires d'autoroute.

Les automobilistes devraient pouvoir acheter de l'alcool sur les aires d'autoroute.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Le Conseil des Etats place l’argent au-dessus des vies humaines.» La Croix bleue ne fait pas dans la dentelle pour qualifier la décision, mercredi, d’autoriser la vente d’alcool sur les autoroutes. «Cela aura des conséquences désastreuses, prévient Philipp Hadorn (PS/SO), président de cette organisation de lutte contre l’alcoolisme. Pour un prétendu désavantage des restoroutes face aux stations-service, on menace la sécurité routière.» Addiction suisse n’est pas en reste. L’association estime qu’on sacrifie la protection de la population sur l’autel de l’alcool.

Au nom de l’économie

Comment expliquer ce choix des sénateurs? L’argument de la concurrence a été largement avancé lors du débat, de même que la responsabilité individuelle. «Qui veut acheter de l’alcool y parvient facilement, a relevé Werner Hösli (UDC/GL). Il n’y a pas de raison apparente pour continuer d’en interdire la vente.» Et de rappeler que la plupart des accidents dans lesquels l’alcool joue un rôle surviennent dans les localités et non sur les routes nationales.

Une minorité a bien tenté de résister. Claude Hêche (PS/JU) a parlé d’un «cynisme» à vouloir mettre sur pied d’égalité avantages économiques et sécurité de la population. «Il existe une responsabilité collective qui vise à protéger les citoyens. Cette interdiction fait partie d’un tout qui a permis de limiter drastiquement le nombre de morts sur les routes.»

Et ce n’est pas le seul amendement qui touche la sécurité routière. Un peu plus tôt, ce même conseil acceptait de relever de 70 à 75 ans l’âge minimal pour les contrôles médicaux obligatoires des conducteurs âgés. Incompréhension là aussi du Bureau de prévention des accidents. «Nous procédons actuellement à une étude sur les effets de ces examens. Nous aurions préféré que le parlement attende nos résultats avant de faire des changements», regrette Marc Bächler, porte-parole.

Ces deux décisions qui tombent à quelques minutes l’une de l’autre font aussi écho à la récente décision du Conseil fédéral de revoir les sanctions contre les chauffards, en réaction aux initiatives populaire et parlementaire qui dénoncent certains abus de Via sicura.

Retour en arrière?

Cinq ans après l’entrée en vigueur de ce vaste programme pour diminuer le nombre de morts sur les routes, assiste-t-on à un retour en arrière? La sécurité sur les routes va-t-elle pâtir de ces coups de boutoir permanents?

«La question est légitime, réagit Fabio Regazzi (PDC/TI). Mais il faut bien se rendre compte que notre objectif n’a jamais été de défendre les chauffards, mais de donner plus de marge de manœuvre à la justice.» Face à toute cette agitation, Stefan Krähenbühl, porte-parole de RoadCross – fondation pour la sécurité routière – reste serein. «Je ne pense pas qu’il y ait véritablement de remise en question de Via sicura. Il y aura probablement encore des adaptations législatives, mais la tendance générale de considérer les délits des chauffards comme des délits graves va rester.» Le dossier devrait passer au parlement l’an prochain. (24 heures)

Créé: 13.09.2017, 19h32

Articles en relation

Les papys font de la résistance à Via sicura

Transports Sursis pour les conducteurs âgés. Le contrôle médical obligatoire devrait être repoussé à 75 ans d’ici 2018. Plus...

On ne bricolera pas le plan Via sicura à l’aveuglette

Circulation routière Le Conseil des Etats charge le gouvernement d’évaluer l’efficacité des mesures. Bilan attendu pour l’été. Plus...

Le nombre de retraits de permis préventifs explose

Circulation routière Conséquence de Via sicura, les privations de permis se muent en mesure thérapeutique. Chez ceux qui souffrent d’une addiction à l’alcool, récupérer son «bleu» s’apparente à un chemin de croix. Plus...

Le peuple pourrait revoter sur les sanctions contre les chauffards

Sécurité routière L’Association Stop aux abus de Via sicura lance un texte visant à supprimer la peine minimale en cas de délit de chauffard. Plus...

Via sicura a contribué à calmer les conducteurs

Bilan 2015 Bilan 2015 Bilan La diminution des accidents est marquée depuis l’introduction des mesures sévères en 2013 et 2014. Mais il y a d’autres facteurs. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Soumise au vote populaire le 4 mars prochain, l'initiative «No Billag» vise à supprimer la redevance radio et télévision. Si tel devait être le cas, la RTS fermerait boutique, selon son directeur, publié le 22 novembre 2017
Plus...