«Avec Amherd à la Défense, on passe à l’attaque!»

Première conseillère fédérale valaisanneRoulant à bord d’un train spécial rempli d’élus, la nouvelle ministre chargée de l’armée a été fêtée en Valais.

Au milieu des fusils, la nouvelle conseillère fédérale Viola Amherd salue la foule lors de la réception officielle à Brigue après son élection au Conseil fédéral, ce jeudi 13 décembre 2018.

Au milieu des fusils, la nouvelle conseillère fédérale Viola Amherd salue la foule lors de la réception officielle à Brigue après son élection au Conseil fédéral, ce jeudi 13 décembre 2018.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cohue mercredi sur le quai 6 de la gare de Berne peu après midi. Escortée par deux huissières avec cape et chapeau bicorne, la nouvelle conseillère fédérale Viola Amherd est mitraillée par une horde de photographes. Souriante et décontractée, la Valaisanne monte dans le train spécial qui va l’emmener dans son fief de Brigue en passant par Martigny et Sion. Dans le wagon pour les invités d’honneur, une grande table avec nappe et couverts coupe en deux le véhicule sur toute la longueur. Les huiles montent à bord: Doris Leuthard, encore conseillère fédérale pour quelques jours, Jean-René Fournier, président du Conseil des États, Jacqueline de Quattro, conseillère d’État vaudoise, Philippe Rebord, le chef de l’armée, etc.

«Une chance pour l’armée»

Dans les autres wagons, cela grouille de politiciens. Comme l’ancien président du Conseil national Dominique de Buman. Que lui inspire le fait qu’Amherd reprenne le département militaire? La réponse fuse comme un boulet de canon. «Amherd à la Défense, cela permet de partir à l’attaque!» La conseillère nationale Ida Glanzmann-Hunkeler, spécialiste des questions de défense, précise la chose: «Les trois années de Parmelin comptent parmi les pires pour l’armée. Il a stoppé la défense sol-air. Son paquet comprenant les nouveaux avions et la défense aérienne à 8 milliards n’a aucune chance au parlement.» Et d’ajouter: «Viola Amherd est une chance pour l’armée. Elle ne doit rien à personne et peut jeter un regard neuf.»

Le train roule en direction du canton de Vaud dans un joyeux brouhaha. Pour les invités «normaux», un plateau individuel de fromages et de viande séchée du Valais vient d’être servi. Le vin aussi est valaisan: un humagne pour le rouge et un johannisberg pour le blanc. La conseillère nationale Andrea Gmür-Schönenberger (PDC/LU) connaît bien Amherd. «C’est une personne modeste, sociable, qui aime les jeux de mots et qui est en train de s’épanouir dans sa nouvelle fonction.» Elle ne doute pas de sa capacité à faire bouger les choses. «Elle aura le courage de faire le ménage. Il faut que l’armée devienne beaucoup plus attractive. On peut s’inspirer d’Israël, où les cerveaux les plus brillants sont repérés jeunes dans les écoles et incorporés dans des troupes d’élite de l’armée.»

Saint-Maurice, première étape valaisanne, tout le monde descend. La fanfare joue, les enfants agitent les drapeaux et les politiciens parlent. Viola Amherd provoque gentiment ses compatriotes en déclarant: «Le Rhône est un trait d’union entre le Bas-Valais, le Valais central et le Haut-Valais… pour ne pas dire le Valais supérieur.» Rires de l’assemblée. «C’est bien, elle a de l’humour», s’exclame un habitant.

Les enfants des écoles de Saint-Maurice sont venus souhaiter la bienvenue à la Valaisanne. Avec une écharpe bleu nuit, on reconnaît Doris Leuthard.

«Bienvenue dans l’Histoire»

On remonte dans le train et bientôt les cimes enneigées des imposantes montagnes défilent devant nos yeux. On nous distribue une édition spéciale du «Nouvelliste» avec ce titre en une: «Viola Amherd: bienvenue dans l’Histoire». Il faut dire que la Brigande cumule: première femme valaisanne au Conseil fédéral et première femme à diriger le département militaire.

Sion est déjà là. Fanfare et discours de politiciens sur les grandes qualités de Viola Amherd. Parmi les centaines de personnes, quelques galonnés. Comme Germaine Seewer, chignon noué sous la casquette de brigadier. Que pense-elle de sa nouvelle cheffe? «Pas maintenant, coupe-t-elle. La fanfare va jouer l’hymne national.» Elle écoute droite comme un i et murmure les paroles. L’hymne terminé, souriante, elle répond: «Je me réjouis qu’une femme dirige le Département de la sécurité. Et c’est une bonne chose que le parlement a élu deux femmes en même temps au Conseil fédéral.»

La nouvelle conseillère fédérale au milieu d’une foule en costumes au moment où le convoi en provenance de Berne a fait halte à Sion.

On commence gentiment à se les geler en gare de Sion. Tout le monde regagne avec soulagement le train pour la dernière étape. La nuit est tombée quand le train arrive à Brigue. L’ambiance est chaleureuse, la foule nombreuse. Amherd répond de bonne grâce aux gens qui veulent poser pour une photo à côté d’elle. Puis le cortège officiel s’ébranle en direction de la halle du Simplon où le banquet doit se tenir. On entend les vivats de milliers de personnes au passage de l’enfant du pays devenue conseillère fédérale.

Créé: 13.12.2018, 22h21

«Les trois années de Parmelin comptent parmi les pires pour l’armée»

Ida Glanzmann-Hunkeler, spécialiste des questions de défense.

«Je me réjouis qu’une femme dirige le Département de la sécurité»

Germaine Seewer, brigadier

«Elle aura le courage de faire le ménage. Il faut que l’armée devienne beaucoup plus attractive»

Andrea Gmür-Schönenberger, conseillère nationale (PDC/LU)

Articles en relation

Une femme dirigera l’armée, cette mal-aimée

Conseil fédéral Viola Amherd remplace Guy Parmelin. Une première historique accouchée au forceps. Plus...

«Je suis toujours restée très calme»

Interview A l’occasion de la première rencontre avec la presse, la PDC Viola Amherd est apparue déterminée et encore pleine d’énergie. Plus...

Comment les femmes ont reconquis le pouvoir

Conseil fédéral Les élections de Karin Keller-Sutter (PLR) et Viola Amherd (PDC) ne tombent pas du ciel. Dans les coulisses, des artisans de la reconquête des femmes racontent. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.