Ammann dit à ses employés comment bien voter

RIE IIIDans une lettre, la direction de l'entreprise familiale de Johann Schneider-Ammann propose de dire «oui» la 3e réforme de la fiscalité des entreprises le 12 février.

Le siège du groupe Ammann est situé à Langenthal (BE).

Le siège du groupe Ammann est situé à Langenthal (BE). Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La lettre du groupe Amman à ses employés est très claire. Le directeur général Hans-Christian Schneider, fils du conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann, recommande d'approuver la 3e réforme de l’imposition des entreprises (RIE III) le 12 février.

La direction agite la menace de voir des entreprises supprimer 150'000 places de travail en cas de victoire du «non». «Et nous en souffririons tous», affirme la missive envoyée à tous les collaborateurs du groupe Ammann et de sa filiale Avesco et que s'est procurée la Nordwestschweiz.

Tous devront passer à la caisse?

Dans la lettre, la direction soutient encore que «les coûts pour la recherche et le développement pourront être déduits des impôts de manière limitée», ce qui aura un effet positif sur les emplois. Quant aux manques à gagner dans les recettes fédérales, ils seront «plus que compensés à moyen terme par la croissance des rentrées fiscales». Bref, en cas de «non» le 12 février, tous devront passer la caisse, «vous et nous en tant qu'entreprise».

La société familiale basée à Langenthal emploie 3700 personnes dans le monde et elle appartient à la famille de Katharina Schneider-Ammann, l'épouse de Johann Schneider-Ammann.

Syndicats ulcérés

Les syndicats sont scandalisés par la manœuvre du groupe Ammann. «Les informations évoquées dans cette lettre sont trompeuses», s'emporte le chef économiste de l'Union Syndicale Suisse (USS), Daniel Lampart. Il n'y a aucune preuve que les baisses fiscales seront compensées, comme le montrent les expériences des cantons de Lucerne ou de Saint-Gall.

Il est également faux de prétendre que les entreprises vont délocaliser suite à un refus dans les urnes. «Il ne se passera rien en cas de non», souligne le chef économiste, estimant que dans ce cas, un meilleur projet verra le jour. Il ne remet pas en question la nécessité d'une réforme fiscale.

Les entreprises y renoncent

Daniel Lampart critique sévèrement la méthode du groupe Ammann. «Quand une entreprise veut informer sur un vote, ces informations se doivent d'être correctes.» Il n'est certes pas interdit de s'adresser à ses collaborateurs avant une votation, pour autant que soient respectées la protection de la vie privée et la liberté d'expression.

Mais dans les faits, l'immense majorité des entreprises renonce à ce genre de démarche. Et lorsqu'elles le font, elles ne donnent aucune recommandation de vote, contrairement au groupe Ammann qui recommande à ses collaborateurs de voter «oui» le 12 février. La direction n'a pas voulu s'exprimer à ce sujet.

Créé: 31.01.2017, 10h59

Articles en relation

Le sort de la RIE III bientôt tranché

Votations 12 février Les Suisses devront trancher le 12 février sur la 3e réforme de la fiscalité des entreprises. Un projet dénoncé par la gauche et les syndicats. Plus...

SwissHoldings soutient RIE III

Votation du 12 février L'organisation estime que la 3e réforme de l'imposition des entreprises sera favorable à la Suisse sur le plan international. Plus...

De nombreux emplois sont menacés, selon une étude

RIE III Une analyse, commandée par economiesuisse, fait le point sur les pertes, à tous les niveaux, si le peuple dit «non» à cette réforme. Plus...

L'austérité en cas de non à RIE III, avertit Maurer

Economie Le ministre des Finances estime qu'il faudra faire des sacrifices budgétaires durant quatre à huit ans si la réforme ne passe pas. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.